Les pères au foyer en France – enquête exploratoire

Mon enquête de mémoire a porté sur les pères au foyer, définis comme des hommes vivant en couple avec une femme active occupée sur le plan professionnel et un ou des enfant(s), et n’ayant pas exercé d’activité professionnelle salariée pendant au moins six mois. 23 pères ont été interrogés dans le cadre d’un entretien semi-directif, ainsi que 7 de leurs conjointes. Cette enquête porte plus particulièrement sur la répartition des tâches domestiques au sein de ces couples, mais également sur la trajectoire biographique de ces pères et de leurs conjointes et le regard que leur entourage porte sur cette situation. Ces données ont été collectées dans le but d’analyser les rapports de force[1] au sein de ces couples.

Cette enquête est inspirée des écrits féministes matérialistes qui posent que l’inégalité de la répartition des tâches ménagères et parentales est le signe de la domination que les hommes exercent sur les femmes dans la société contemporaine. Pour rendre compte de ce qui accroit le pouvoir d’un conjoint dans le couple, la théorie des ressources de Blood et Wolfe[2] a été retenue : la distribution du pouvoir conjugal dépend des contributions fournies par chaque conjoint. Le partenaire qui dispose du plus de ressources socialement valorisées, comme le revenu ou le statut social, aura plus de pouvoir dans la prise de décisions conjugale. L’hypothèse de départ était que chaque conjoint dispose de ressources matérielles et symboliques, qui lui permettent d’infléchir les rapports de forces en sa faveur. Dans le cas des pères au foyer, il s’agissait d’évaluer comment la ressource « être un homme dans un couple hétérosexuel » s’articule avec la perte des ressources (matérielles et symboliques) liées à l’activité professionnelle, composante essentielle de l’identité masculine, et infléchit la répartition des tâches domestiques. Cette répartition a été l’indicateur retenu pour mesurer les rapports de force. Elle semblait le critère le plus pertinent dans la mesure où la situation de père au foyer va théoriquement de pair avec une remise en cause de la division sexuée du travail traditionnelle.

 

La plupart des couples rencontrés sont hypogames[3]. Plusieurs pères ont d’ailleurs souligné qu’ils avaient quitté le marché du travail pour suivre leur conjointe, dont l’emploi était plus stable que le leur ou parce qu’elles avaient saisies une opportunité professionnelle. De plus, de nombreux pères se déclarent insatisfaits de leur carrière professionnelle antérieure : malaise vis-à-vis du salariat ou de leur précédent emploi, lassitude vis-à-vis de leur carrière précédente, carrières discontinues. Cependant, les pères rencontrés étaient rarement en rupture totale avec l’emploi. La situation de père au foyer s’inscrivait souvent comme un entre-deux emplois, et était l’occasion d’une reconversion. Certains pères avancent également de façon secondaire que leur situation est liée à la volonté de garder leurs enfants eux-mêmes, par conviction éducative ou par rejet des autres modes de garde. Par ailleurs, la dimension financière, même si elle ne semble pas le moteur de la décision dans la plupart des cas, est presque toujours évoqué par les pères. La conjointe n’est jamais décrite comme hostile au projet (sauf dans un cas), et ce d’autant que d’après les pères, elles n’auraient pas aimé être elles-mêmes mères au foyer. A un certain « désamour » des pères vis-à-vis du monde salarié s’oppose donc un relatif épanouissement professionnel féminin, et ce d’autant qu’elles exercent souvent des professions prestigieuses.

Chez les pères rencontrés, la situation de père au foyer n’était jamais un projet de longue date. Ce sont souvent des circonstances liées à leur carrière professionnelle ou à celle de leur conjointe qui les ont amenés à endosser ce rôle. Cependant, cette situation n’est pas seulement la conséquence d’un retrait temporaire du marché du travail lié à un « accident » (un renvoi ou une démission dans le cas des suivis de conjointe) : les pères choisissent de la prolonger. Ceux qui se perçoivent comme pères au foyer jusqu’à nouvel ordre prennent plaisir à cette situation, et assument la majorité des tâches domestiques. A l’inverse, certains pères semblent « empêchés » de retourner dans l’emploi. Or, le fait de garder les enfants « en attendant » décourage un investissement important dans cette identité de père au foyer mais aussi dans les tâches domestiques. De façon plus spécifique, les pères qui ne considèrent pas la garde des enfants (et/ou de s’occuper des tâches ménagères) comme leur activité principale, qui ne se pensent donc pas comme « disponibles », ne s’approprient pas cette identité de père au foyer.

 

En ce qui concerne la répartition des tâches domestiques, elle est le plus souvent égalitaire, voire en défaveur des hommes. Les pères au foyer rencontrés prennent en charge en totalité ou en partie des tâches « négociables » (comme le ménage ou la cuisine) et les tâches « masculines » comme le bricolage et le jardinage. A l’inverse, les tâches « féminines » (liées au linge) sont relativement délaissées par eux. En ce qui concerne les tâches parentales, les pères au foyer les prennent souvent en charge en grande partie, notamment les pères ayant des enfants en bas-âge sous leur garde. Cependant, les tâches domestiques semblent peu assignées à un conjoint mais au contraire réparties en fonction de leur disponibilité : si les pères prennent en charge les tâches parentales et ménagères quotidiennes pendant la journée, elles sont souvent partagées voire parfois prises en charge majoritairement par les conjointes le soir et le week-end.

En ce qui concerne l’impact des caractéristiques biographiques des conjoints sur la répartition, plus les ressources matérielles et symboliques de la conjointe sont élevées et plus elle est dans une situation hypogamique par rapport à son conjoint, plus elle bénéficie d’une répartition égalitaire des tâches domestiques. Cette hypogamie suffit à elle seule à expliquer le fait que les pères au foyer prennent en charge plus de tâches domestiques que dans la plupart des couples. Cependant, le fait qu’on n’assiste pas à une inversion systématique des rôles montre bien le poids des ressources affectives (la volonté de la conjointe de préserver son conjoint sur le plan de l’amour-propre) et symboliques (les rôles sexués traditionnels) dans les rapports de force conjugaux. De plus, les pères qui avaient une profession prestigieuse ou ont des ressources économiques prennent en charge moins de tâches domestiques que les autres. Cependant, c’est le rapport que ces pères entretiennent avec cette situation qui semble le mieux rendre compte de la répartition. En effet, c’est leur « bonne volonté » qui détermine une plus grande prise en charge des tâches de leur part. A l’inverse, le fait de la subir ou d’être « occupé »[4] leur permet de « résister » à une assignation aux tâches domestiques.

De plus, si la répartition des tâches domestiques se recompose lorsque le père est au foyer, la répartition antérieure reste prégnante. En effet, de nombreux pères justifient le fait qu’ils ne prennent pas en charge la totalité des tâches domestiques par une « spécialisation » au sein du couple, qu’elle soit la conséquence de routines mises en place dans le couple[5], des goûts et des dégoûts respectifs des conjoints, ou des compétences inégalement maitrisées par eux. Les pères mettent en avant leur prise en charge de certaines tâches sur un ton valorisant, parce qu’elles mobilisent des compétences socialement prestigieuses (la cuisine) ou parce qu’elles permettent de décharger la conjointe. Ils laissent cependant à cette dernière les tâches qui ne les « passionnent pas » pour reprendre l’expression d’un des enquêtés ou qu’ils se déclarent incapables de prendre en charge correctement, comme celles liées au linge. Les pères prennent en charge les tâches qu’ils aiment, et le fait de ne pas aimer une tâche est une raison suffisante pour les laisser à la conjointe. Plus largement, les hommes résistent à leur assignation aux tâches domestiques, en refusant de prendre en charge certaines tâches, en différant leur réalisation ou en ne se conformant pas aux exigences de leurs conjointes[6]. Les hommes bénéficient donc d’une « paternité conditionnelle »[7], c’est-à-dire qu’ils peuvent choisir de prendre ou non en charge des tâches. A l’inverse, les femmes prennent en charge les tâches domestiques par défaut et comblent les manques du père : leurs goûts sont peu évoqués pour justifier qu’elles prennent en charge une tâche et leurs dégoûts ne sont pris en compte que s’ils sont en accord avec les goûts masculins, leurs compétences sont prises pour acquises. Plus largement, elles résistent à un désinvestissement total du foyer : leur socialisation et les injonctions identitaires qui pèsent sur elles en tant que « bonne mère » et « bonne maitresse de maison » rendent difficiles un désinvestissement total des conjointes du foyer.

La répartition plus ou moins implicite entre les conjoints (implicite dans la mesure où la plupart des enquêtés rejettent l’idée de discussion concernant les tâches domestiques[8])  est souvent mise à mal par des « accidents » liés aux exigences de la conjointe en termes de prise en charge des tâches ménagères. Ainsi, plusieurs pères expliquent que leur conjointe les « court-circuite » dans leur prise en charge des tâches ménagères parce qu’elles ont le sentiment qu’elles n’ont pas été réalisées suffisamment tôt. Même lorsqu’elle estime que ce n’est pas à elle de le faire, la conjointe ne peut pas s’empêcher de participer à la prise en charge des tâches ménagères, du fait de son agacement[9] face à la non-prise en charge de ces tâches ou simplement du fait de la difficulté à changer les habitudes en matière de prise en charge des tâches. Dans le cas des tâches parentales, cette prise en charge des tâches par la conjointe peuvent être liées à une volonté de « compenser » le temps passé loin des enfants. Le pouvoir dont dispose les pères et qui se manifeste par leur capacité à se désinvestir de certaines tâches n’est pas seulement liée à leurs propres ressources, mais aussi (et surtout ?) au poids symbolique de la socialisation genrée de leur conjointe et du poids des normes sociales qui pèsent sur les femmes, en tant que maitresse de maison et en tant que mère. Annie Dussuet souligne dans son enquête[10] que les femmes qu’elle a rencontrées envisagent le travail domestique sur le mode du devoir. En effet, s’il est évident que le travail domestique doit être fait, ce travail ne semble évident que pour les femmes. A l’inverse, les hommes ont conscience qu’un certain nombre de tâches doivent être accomplies dans un foyer, mais cette conscience ne va pas forcément de pair avec une prise en charge de ces tâches. Plus spécifiquement, selon Annie Dussuet, l’accomplissement des tâches suppose qu’on les voie, c’est-à-dire qu’on transforme une réalité perçue en tâches à accomplir. L’apprentissage de la « préoccupation domestique »[11] va également de pair avec l’intériorisation de la charge mentale[12] de la gestion du foyer : il ne suffit pas de voir les tâches ménagères, il faut aussi les « avoir dans la tête », prévoir leur réalisation, y compris les tâches ponctuelles comme le nettoyage d’une pièce « à fond » périodiquement ou le lavage des vitres. Ce constat est valable dans le cas des couples où le père est au foyer. En effet, les conjointes ont une plus grande conscience des tâches qu’il y a à prendre en charge et elles les prennent en charge « par défaut », lorsque le père refuse de les accomplir ou lorsqu’elles ont le sentiment que si elles ne les font pas, personne ne le fera.

Si les pères les plus investis déclarent avoir aujourd’hui la responsabilité du foyer, cela ne signifie pas pour autant qu’ils ont intériorisé la totalité de la « charge mentale » liée à la gestion du foyer. En effet, la conjointe garde souvent la gestion « administrative » et rappelle les rendez-vous ou les démarches à effectuer, le père déclarant souvent ne pas être organisé ou agir « au jour le jour ». De plus, les conjointes rappellent souvent au père des tâches à effectuer, notamment en ce qui concerne les tâches ménagères plus ponctuelles, que ce dernier ne « voit » pas. Cependant, dans la plupart des cas, le transfert de la responsabilité est seulement partiel, soit parce que les pères excluent certaines tâches du champ de leur responsabilité, soit parce que le manque de temps leur fait abandonner à leur conjointe (ou à un tiers) un pan de la gestion du foyer. De plus, le sentiment de responsabilité qu’expriment de nombreux pères vis-à-vis des tâches ménagères ne va pas forcément de pair avec une injonction à agir. Cette disjonction entre sentiment de responsabilité et non-intériorisation de l’injonction à agir est signe du pouvoir des pères dans le couple. En effet, l’affirmation du fait que « c’est à eux de le faire » leur permet de se conformer en apparence aux attentes de la conjointe et d’être en conformité avec l’image qu’on se fait du parent au foyer. Cependant, le fait de ne pas « le faire » effectivement montre bien la marge de manœuvre dont ils disposent. Les reproches et remarques des conjointes en matière de prise en charge des tâches ménagères (celles qu’ils ne « voient » pas, celles qu’ils ne prennent pas en charge assez vite) témoignent de l’impossibilité de ces dernières à imposer la répartition qu’elles estiment légitime au père. Ce dernier peut choisir d’investir ce rôle ou non. De plus, certains pères résistent à leur assignation aux tâches ménagères, soit au nom de leur investissement dans d’autres activités comme la reconversion professionnelle ou les travaux dans la maison, soit parce qu’ils estiment que le fait d’être au foyer ne devrait pas aller de pair avec une prise en charge de la totalité des tâches domestiques (en raison d’idéaux féministes par exemple).

Les pères au foyer ont donc des comportements qui les rapprochent des autres hommes. En effet, ils ne renoncent pas à leur identité masculine en adoptant un rôle traditionnellement féminin. A de nombreux égards, ces pères sont des hommes « comme les autres » : ils font du bricolage et des travaux dans leur foyer, ils pourvoient économiquement aux besoins de leur famille[13] tout en choisissant ce qu’ils font parmi les tâches ménagères et parentales, ils gardent un lien avec le monde du travail (ou présentent la paternité au foyer comme un métier à part entière). Cette persistance d’attitudes et de pratiques « masculines » montrent les limites de l’inversion du genre.

 

Les couples rencontrés témoignent d’une inversion initiale des rôles, dans la mesure où ils sont souvent hypogames. Cette situation est source de nombreux bénéfices pour le père, et pour l’ensemble du foyer. En effet, les pères quittent une situation professionnelle peu valorisante ou satisfaisante pour eux, au profit d’une situation qui convient mieux à leurs goûts à court terme ou qui leur permet de préparer leur retour sur le marché du travail dans une situation plus agréable pour eux. Plus largement, cette situation permet d’offrir une meilleure qualité de vie aux membres du foyer et d’établir une relation privilégiée avec leurs enfants. De plus, les pères peuvent aménager leur disponibilité temporelle de façon à s’investir dans des activités qui leurs plaisent et choisir les tâches domestiques qu’ils prennent en charge selon leurs goûts. Ainsi, même les pères qui ne se plaisent pas dans la paternité au foyer ont la possibilité de limiter leur implication dans les tâches domestiques. Enfin, le fait que ces pères aient un large accès aux ressources monétaires de leurs conjointes leur permet d’échapper aux coûts les plus directs de cette situation. Ces pères supportent néanmoins d’autres coûts du fait de cette situation. En effet, ils souffrent du regard dépréciateur que leur entourage porte sur leur mode de vie, et d’un certain isolement, car ils sont privés de l’accès à la socialisation professionnelle et ils sont exclus des collectifs féminins qui se forment autour de la petite enfance.

 

Note de synthèse du mémoire « Père au foyer : un métier comme les autres ? – l’inversion du genre et les rapports de force au sein du couple » – Myriam Chatot


[1] C’est-à-dire la confrontation des pouvoirs dont dispose chaque conjoint dans le couple, mobilisés pour infléchir la prise de décision conjugale.

[2] Blood Robert O., Wolfe Donald M., Husbands and Wives. The dynamics of married living, the free press, Illinois, 1960

[3] L’hypogamie est le fait pour un individu d’avoir pour conjoint une personne ayant une position sociale moins élevée que la sienne. Une union est dite « hypogamique » lorsque la conjointe est d’un rang social plus élevé que celui de son conjoint.

[4] c’est-à-dire de ne pas se penser comme étant disponible pour les prendre en charge

[5] Or, les femmes étaient en général responsables du foyer dans la situation antérieure

[6] En effet, les femmes tendent à prendre en charge les tâches domestiques avant que les hommes ne le fassent ou à les prendre en charge elles-mêmes parce qu’elles ont le sentiment que leur conjoint ne les fera pas suffisamment bien.

[7] Modak Marianne, Palazzo Clothilde, Les pères se mettent en quatre ! Responsabilités quotidiennes et modèles de paternité, Publications universitaires romandes, Cahiers de l’eesp 34, Lausanne, 2002

[8] Certains enquêtés semblent même considérer que les discussions à ce sujet sont le signe d’une mauvaise entente dans le couple. On peut souligner que ce refus d’en discuter donne l’avantage aux pères : dans la mesure où les femmes prennent plus spontanément en charge les tâches ménagères, comme nous le montrerons, le fait de ne pas négocier les tâches ménagères entre les conjoints disqualifie une assignation explicite de l’homme à certaines tâches, qui l’obligerait à la prendre en charge.

[9] Kaufmann Jean-Claude, Agacements – les petites guerres du couple, Armand Colin (coll. « Le livre de poche »), 2008 (2007)

[10] Dussuet Annie, Logiques domestiques – essai sur la représentation du travail domestique chez les femmes actives en milieu populaire, L’Harmattan (coll. « logiques sociales »), 1997

[11] Ibid.

[12] Haicault Monique, « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du Travail, n° 3, 1984, p. 268-275

[13] Par le biais d’une activité rémunérée intermittente ou leurs économies


Vous aimerez aussi...