Journée d’Etudes « Les transformations du régime du genre en Turquie »

programme journée d’études Turquie (1)

Transformations of Gender Regime in Turkey

9h30-10h :Ouverture: Azadeh Kian & Buket Turkmen

10h-12h30

Présidente : Buket Turkmen (Université de Galatasaray, professeure invitée du CEDREF)

Betül Yarar, Historienne, Gazi University (limogée), professeure invitée Philipp Schwartz,

Université de Brême, Looking at the AKP’s Neoconservative Regime from a Critical and

Gender Sensitive Perspective

Ayse Dayi, Sociologue, 29 Mayis University (limogée) ,Université de Lausanne,

Transforming the Gendered Regime Through Reproductive Politics: Neoliberal Health

Restructuring and Reproductive Rights in Turkey

Pause café: 11h-11h15

Hilal Alkan, Anthropologue, Université de 29 Mai à Istanbul, (limogée), Forum

Transregional Studien & Leibniz-Zentrum Moderner Orient, “ Women’s Initiative for Peace:

Peace Activism and the Interaction Between Kurdish and Turkish Feminists”

Discutante: Lucia Direnberger (IHEID, Genève)

12h30-14h30: Déjeuner libre

14h30-18h30

Présidente: Azadeh Kian (LCSP/CEDREF)

Nil Mutluer, Sociologue, NişantaşıUniversity (limogée), Professeure invitée Philipp

Schwartz, Alexander von Humboldt Foundation, Kemalist Feminists and the Crisis of

Women’s Movement

Latife Akyuz, Sociologue, Duzce Université (limogée), Professeure invitée Philipp Schwartz,

Université de Goethe à Mayence, Gendered Border Regime of Turkey

Zeynep Kivilcim, Juriste, Université d’Istanbul (limogée), Université de Gottingen,

Gendering the State of Emergency Regime in Turkey

Pause café: 16h15-16h30

Sezin Topçu, Historienne et épistémologue des sciences et des techniques, CNRS

(CEMS/EHESS), Gouvernement du corps maternel en Turquie : de l’utopie technologique au

contrôle politique

Discutante: Cagla Aykac, Politiste, Université de Fatih (limogée), Université de Genève

Débat général et conclusion

10 février Catherine Cavalin sur les violences interpersonnelles

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire « *Propublics
– Revisiter problèmes publics et controverses publiques : la «
Problem-Centered Democracy » en question(s)*. »  auquel vous êtes
chaleureusement invités.

La prochaine séance aura lieu le *10 février en Salle Cavaillès,
ENS, 45, rue d’ilm de 10:00 à 12:00.
*Nous accueillerons *Catherine Cavalin* qui analysera la conception
et le développement des outils de mesure des violences
interpersonnelles depuis 1995 dans différents espaces nationaux
et internationaux.

Ce séminaire s’inscrit dans le programme de recherche Propublics
soutenu par l’IDEX PSL (ANR-10-IDEX-0001-02)
coordonné par Mathias Girel (UMS3610/USR3608, ENS), Daniel Cefaï
(CEMS-IMM, EHESS), Emmanuel Henry (Université Paris-Dauphine, CNRS,
UMR IRISSO), Nathalie Jas (INRA, RiTME).

Argument
Le présent projet étudie une transformation des sociétés
contemporaines en sociétés de problèmes publics et de controverses
publiques. La question du débat public, des sciences citoyennes, de
la démocratie technique, de la participation politique à une «
problem-centered democracy » reçoit une attention croissante, tout
comme la limitation ou le contournement de la démocratie par des
stratégies et des procédures que le projet décrira et analysera.
L’objectif central est de contribuer au développement de la
recherche existante sur les « publics », avec une attention soutenue
aux controverses sanitaires et environnementales. Cette étude entend
apporter un correctif aux théories existantes sur les institutions
et dispositifs établis de la démocratie représentative. Le projet,
réunissant les compétences d’historiens, de sociologues et de
politistes de PSL ayant déjà formulé des pistes de réflexion sur ces
questions s’articule autour de six axes qui sont nourris par des
recherches en cours dans nos différents laboratoires et qui ont déjà
commencé à être discutés par les chercheurs mobilisés (Généalogie,
Expérience, Publics et communs, Mobilisations, Sciences, Expertise
et décision, Production d’ignorance).

*10 févr. 2017
*
 *Catherine Cavalin (Sociologue au Centre d’études européennes de
   Sciences Po, équipe SILICOSIS associée au LIEPP de Sciences Po et au
   Centre d’études de l’emploi, Noisy-le-Grand).

   « Victimes » de violences interpersonnelles : ancrages, définitions et
   mesures, entre statistique et santé publique depuis la Conférence de
   Pékin (1995)

Lieu : Salle Cavaillès, ENS, 45, rue d’Ulm, 10:00 – 12:00

Ateliers des étudiant-e-s GPS

Ateliers GPS

Venez avec vos questions, repartez avec de nouvelles pistes !

Cette année, nous vous proposons de nous retrouver une fois par mois pour échanger, de façon informelle et en petits groupes, à partir de vos questionnements liés au mémoire.

Méthodologie, terrain (accès, positionnement…), organisation du travail, rédaction… : tous les sujets que vous souhaitez pourront être abordés et ouvriront sur un échange bienveillant.

Les prochaines séances auront lieu au 105 :

– lundi 20 février, 11h-13h, salle 9

– lundi 20 mars, 11h-13h, salle 9

– mardi (lundi férié) 25 avril, 11h-13h, salle 8

– lundi 22 mai, 11h-13h, salle 9

Au plaisir de vous y retrouver !

Les représentantes GPS

Augusta, Zoé, Marianne et Héloïse

Pour toute question ou suggestion, nous restons joignables par mail.

JE  » En marge du couple. Genre et normes conjugales « 

Bonjour à tout-e-s,
L’unité Démographie, genre & sociétés de l’Ined organise la journée d’étude :
 » En marge du couple. Genre et normes conjugales  »
enmargeducouple
 
qui aura lieu le 10 novembre prochain de 9h15 à 17h à l’Ined (133 bd Davout, Paris 20e), salle Sauvy.
En espérant vous voir nombreuses et nombreux !
Bien cordialement,
Le comité d’organisation : Isabelle Attané, Marie Bergström, Zahia Ouadah-Bedidi, Matthias Thibeaud
 
http://journees-unitegenre.site.ined.fr/

Journée d’étude « Socialisations masculines » – 23 septembre 2016

Journée d’étude « Socialisations masculines » – 23 septembre 2016

http://www.test-afs-socio.fr/drupal/node/4675

Le GT50 « Socialisations » de l’AFS a le plaisir de vous inviter à une journée d’étude sur les socialisations masculines, organisée autour du numéro 27 de terrains & travaux.

La demi-journée se déroulera le vendredi 23 septembre 2016, de 14h à 17h30 à l’INED (Salle Sauvy), en présence de Michel Bozon (INED), Isabelle Clair (CNRS, IRIS), Colin Giraud (Université Paris Ouest Nanterre), Alban Jacquemart (CESDIP, Centre Maurice Halbwachs, Centre d’Etudes de l’Emploi).

Discussion introduite et animée par Muriel Darmon (CESSP), en présence des auteur-e-s, et des coordinateurs-trices du numéro (Julien Bertrand, Martine Court, Christine Mennesson, Vinciane Zabban).

En raison du plan vigipirate, inscription obligatoire avant le 22 septembre : gt50afs@gmail.com

“Medicalized” Childbirth as a Public Problem: Risk Culture(s), Gender Politics, Techno-Reflexivities – International Workshop – EHESS, 29-30/09/2016

“Medicalized” Childbirth as a Public Problem:  Risk Culture(s), Gender Politics, Techno-Reflexivities – International Workshop

29-30/09/2016

EHESS, Amphithéâtre François-Furet, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris

Organizers:

  • Sezin Topçu (CEMS/IMM-CNRS-EHESS)
  •  Ilana Löwy (Cermes3-INSERM-EHESS)

Programme : http://cems.ehess.fr/index.php?3765

Presentation:

Obstetrical knowledge, technologies and practices have dramatically transformed women’s reproductive experiences worldwide. Medicalization of childbirth was accelerated in the 20th century by the displacement of childbirth from home to the hospital, and by the generalization of surgical techniques and pharmaceutical products. Medical interventionism took multiple, situated forms. Some countries (Brazil, China, Mexico, Turkey, Italy) normalized C-sections as a no-risk and no-pain alternative to “natural” birth; others, like France and Québec, generalized the use of epidural anesthesia; in many contexts, the induction of labor, its acceleration by oxytocin, and episiotomy became routinely employed techniques.

By the late 20th century, the “overmedicalization of childbirth” became a public problem. Critical voices that denounce the excesses of medical interventionism are, indeed, highly heterogeneous. They include, e.g., radical critique of technology and of medicine as an institution; a fierce defense of “natural” birth, often linked with the rejection of obstetrical techniques and instruments; a focus on the political and organizational aspects of childbirth; or a distinction between “justified” and “unjustified” applications of medical interventions and the rejection of the latter. Critiques of “technological drift” in childbirth are always situated. Obstetrical technologies can be framed in numerous ways, and have multiple meanings. While some Western feminists present intensive medicalization of childbirth as an oppressive and authoritarian meddling in a natural process; in countries in which many women do not have access to good quality health care, control of labor pain can be framed as a class privilege. When only affluent women receive pain relief, the possibility to choose an epidural anesthesia or even a cesarean section can be perceived as empowering for women, including from a feminist or a care perspective. Furthermore, criticism of obstetrical techniques is not limited to consumer groups or feminist movements. Medical and regulatory bodies question them, too. They react to ever-changing scientific evidence on the risk/benefit ratio of different obstetrical approaches, and to the rapid shifting of institutional, juridical and political environments. Highly divergent views thus exist on what counts as an “overmedicalization” of childbirth, but also what a “natural” or “normal” birth is; which interventions empower women and which disempower them; which should be perceived as safe, and which as too risky.

A substantial number of studies tackled the transformation of relations between medicine and childbirth in the 1980s and the 1990s, thereby highlighting the premises of the generalization of a large set of obstetrical technologies and instruments. In more recent scholarly debates however, a relative invisibility of “routine” childbirth technologies may be contrasted with a much greater interest in “extreme” or “dramatic” ones, such as ART (assisted reproductive technologies). With the ambition to remediate this imbalance, we aim to put the “naturalized” technologies/instruments and their subversive capacity at the very center of our analysis, so as to investigate how they transformed and continue to transform childbirth, remodel medical practices, alter maternal experiences, modify health policies and generate public debates. Our approach is firmly grounded in a comparative frame, which is an efficient way to highlight the various ways in which specific technologies, instruments and products are promoted, regulated, and refuted. Relying on cross-cultural investigations and field data from diverse national contexts (France, USA, Italy, Brazil, Senegal, Turkey, Switzerland, Canada…), this international workshop investigates how “technological” birth came into being, and how it is produced, problematized, framed, and negotiated in the 21st century.

Colloque « Intersectionnalité & politique(s) » – 24-25 mai – Université Paris-Dauphine, Paris 1

Voici le programme du colloque « Intersectionnalité & politique(s) » qui se tiendra le 24 mai à l’Université Paris-Dauphine (salle A 709) et le 25 mai au centre Panthéon de Paris 1 (salle 216) :

http://irisso.dauphine.fr/fr/agenda/evenement/event/colloque-intersectionnalite-politiques.html

ASSISES DE L’IEC – Recherches et féminismes. La circulation des savoirs sur le genre (11 mai)

ASSISES DE L’IEC

Recherches et féminismes. La circulation des savoirs sur le genre

Entre Recherches et féminismes, les liens ont toujours été très étroits et, en plus de trente ans, les études sur les femmes, le sexe et le genre ont trouvé un ancrage académique, sans rompre leurs relations spécifiques avec les mouvements féministe et LGBTQI.
Ces 8e assises de l’IEC ont choisi d’insister sur les synergies, les complémentarités et les hybridations entre différents modes de production et de diffusion des savoirs sur le genre.
Qui sont les actrices et acteurs qui favorisent cette mise en circulation? Par quels moyens? Quels sont les enjeux de cette circulation pour la compréhension des inégalités, mais aussi la constitution d’une culture de genre plus égalitaire et libératrice? Quelles perspectives pour l’avenir des féminismes?

(matin): Circulation des savoirs sur les violences et les migrations
Table ronde 1: Violences sexistes
Table ronde 2: Genre et migrations

(après-midi): Les vecteurs de la circulation des savoirs sur le genre
Table ronde 3: Passeuses d’histoire
Table ronde 4: Médias

9h-18h00, Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon (15 rue Hélène Brion, Paris 13e).

Entrée gratuite mais inscription obligatoire.

Colloque « Le doctorat en sciences sociales, pourquoi? Comment? Bilans, enjeux et perspectives » (du 17 au 18 mars, Sorbonne)

Le colloque international « Le doctorat en sciences sociales, pourquoi? Comment? Bilans, enjeux et perspectives » aura lieu les jeudi 17 et vendredi 18 mars 2016 en Sorbonne à l’amphithéâtre Durkheim, au 12 rue Cujas, Paris.

Il est conjointement organisé par l’Université Paris Descartes et l’Université Sorbonne Paris Cité, l’École doctorale 180 Cultures, Individus, Sociétés, le GT18 Être et devenir sociologue, le CR07 Éducation, Formation, Socialisation, et le RéDoc.

Programme en PDF : programme colloque formation doctorale

contact et inscription :
colloque.formationdoc.shs@gmail.com

 

 

Colloque – Les SHS face au foisonnement biographique (du 9 au 11 mars, EHESS)

Dans une société de plus en plus caractérisée par l’individuation et plus d’un demi-siècle après le retour en force de l’intérêt pour le discours des acteurs.trices en sciences sociales, un débat sur l’usage des données biographiques semble nécessaire.

À cette fin, il s’agira d’interroger le foisonnement biographique, le recueil et l’analyse des données allant d’un discours sur soi réalisé au jour le jour à un récit de vie davantage construit (voire rétrospectif), et cela que les biographies soient construites par un tiers ou qu’elles soient le résultat de la réflexivité de l’auteur.e sur sa propre vie.Le foisonnement biographique renvoie ainsi à deux mouvements conjoints : à la multiplication des discours de soi, sur un mode expressif (sur les réseaux numériques, mais aussi journaux intimes, autobiographies amateurs), ou sur une mode injonctif (aux guichets des institutions par exemple) d’une part, à la montée des approches et méthodes biographiques dans les sciences sociales et historiques d’autre part.

Comité d’organisation : Louison Arnault, Emeline Dion, Veronika Duprat-Kushtanina, Elsa Lagier, Elise Pape, Constance Perrin-Joly, Juliette Plé, Pierrine Robin, Bérengère Savinel, Régis Schlagdenhauffen

Programme complet => PGM_Colloque_Biog_EHESS_FR_3-1