Offre de stage (temps plein) – Violences faites aux femmes – Centre Hubertine Auclert

Offre de stage: Appui à l’activité du groupe de travail « Mieux protéger et accompagner les enfants co-victimes de violences conjugales » de l’Observatoire Régional des Violences faites aux Femmes – Centre Hubertine Auclert

Le Centre Hubertine Auclert – centre francilien pour l’égalité femmes -hommes – est un espace d’information et d’expertise dont l’objectif est de promouvoir une culture de l’égalité entre femmes et hommes. Organisme associé de la Région Ile-de-France, il est composé de quatre collèges : Région Ile-de-France, institutionnel, associatif et syndical. Il rassemble aujourd’hui 146 membres : 111 associations, 12 syndicats et 23 Collectivités locales. Avec l’ensemble de ses membres, le Centre Hubertine Auclert contribue à la lutte contre les inégalités et les discriminations fondées sur le sexe et promeut l’égalité femmes-hommes.

L’Observatoire Régional des Violences faites aux Femmes est intégré au Centre Hubertine Auclert. Les principales missions de l’Observatoire sont les suivantes : Renforcer la connaissance et l’expertise sur les violences faites aux femmes en Ile-de-France ; Mieux accompagner et protéger les femmes victimes de violences par la mise en réseau des actrices et des acteurs franciliens agissant sur ce champ ; Sensibiliser contre les violences faites aux femmes.

Contexte :

En septembre 2016 l’Observatoire régional des violences faites aux femmes a mis en place un groupe de travail « Mieux protéger et accompagner les enfants co-victimes de violences conjugales », qui réunit des représentant-e-s institutionnel-le-s et associatives, expert-e-s de cette thématique.

Les objectifs de ce groupe de travail :

Les violences conjugales ont des conséquences graves et durables sur les enfants qui sont directement victimes et/ou témoins de ces violences. En France, les conséquences de ces violences sont encore peu connues et prises en compte. L’objectif de ce groupe de travail est d’engager une réflexion sur des leviers juridiques et institutionnels qui permettraient de mieux protéger les enfants co-victimes des violences conjugales, notamment :

-Identifier des manquements et des obstacles qui existent actuellement en matière de protection des enfants co-victimes des violences conjugales ;

-Identifier des bonnes pratiques et des leviers existants ;

-Emettre des préconisations en matière de réformes législatives et institutionnelles.

Missions :

La/le stagiaire aura pour mission (en lien avec la chargée de mission de l’Observatoire régional des violences faites aux femmes) :

–          organisation des réunions du groupe de travail : recherches documentaires, préparation des auditions, rédaction des comptes-rendus ;

–          rédaction du rapport final ;

–          organisation de l’évènement final de restitution des travaux ;

–          participation aux activités générales du Centre Hubertine Auclert.

Conditions : Indemnisation forfaitaire légale, prise en charge des déjeuners, remboursement partiel du forfait de transport.

Profil : Formation supérieure. Cursus juridique/science politique/sociologie. Connaissance des thématiques des violences faites aux femmes/ égalité femmes-hommes. Bonne maîtrise de l’anglais (recherche documentaire).

Durée : stage conventionné du 12 octobre 2016 au 28 février 2017 (temps plein)

Contact : Envoyer CV et LM à Iman Karzabi, Observatoire régional des violences faites aux femmes du Centre Hubertine Auclert : iman.karzabi@hubertine.fr

Date limite de candidature : 3 octobre 2016

Journée d’étude « Socialisations masculines » – 23 septembre 2016

Journée d’étude « Socialisations masculines » – 23 septembre 2016

http://www.test-afs-socio.fr/drupal/node/4675

Le GT50 « Socialisations » de l’AFS a le plaisir de vous inviter à une journée d’étude sur les socialisations masculines, organisée autour du numéro 27 de terrains & travaux.

La demi-journée se déroulera le vendredi 23 septembre 2016, de 14h à 17h30 à l’INED (Salle Sauvy), en présence de Michel Bozon (INED), Isabelle Clair (CNRS, IRIS), Colin Giraud (Université Paris Ouest Nanterre), Alban Jacquemart (CESDIP, Centre Maurice Halbwachs, Centre d’Etudes de l’Emploi).

Discussion introduite et animée par Muriel Darmon (CESSP), en présence des auteur-e-s, et des coordinateurs-trices du numéro (Julien Bertrand, Martine Court, Christine Mennesson, Vinciane Zabban).

En raison du plan vigipirate, inscription obligatoire avant le 22 septembre : gt50afs@gmail.com

Recrutement chargé.e de mission sensibilisation à l’égalité femme-homme – Association « Pour qu’elle revienne »

Date limite pour candidater : mercredi 28 septembre 2016.

Présentation de l’association :

Depuis 2006, l’association Pour qu’elle revienne développe des activités de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, les filles et les garçons en partant de constats de terrain, principalement issus de rencontres avec des adolescent.e.s.

Parce que l’association conçoit les échanges et l’éducation comme des moyens de progrès et d’émancipation citoyenne, nous avons depuis mis en place des actions de sensibilisation à l’égalité femmes-hommes et prévention des violences sexistes sous trois formes :

  • La caravane et ses reportages : nous réalisons des reportages en installant notre caravane dans l’espace public depuis 2006.
  • Les projections débats : nous organisons des projections débats à partir de ces reportages comme support à la rencontre, à l’échange et au débat depuis 2009.
  • Les ateliers pluridisciplinaires : nous mettons en place une action longue et pérenne depuis 2012. Il s’agit d’un module d’ateliers pour questionner les stéréotypes sous différents angles d’approche (ethnologie, sociohistoire, analyse de l’image, arts plastiques, etc.) dans lequel les participant.e.s deviennent ambassadeur.drice.s de l’égalité.

Description du poste :

Le/la chargé.e de mission aura en charge l’organisation et la mise en œuvre des actions de sensibilisation à l’égalité F-H et de prévention des comportements sexistes :

– Planification et co-animation de séances d’échanges, d’analyse et déconstruction des stéréotypes sexistes (projections débats ; prévention du cybersexisme ; sensibilisation à l’égalité dans les relations affectives, amoureuses et sexuelles, etc.) auprès d’un public varié.

– Organisation des ateliers pluridisciplinaires pour l’égalité femmes-hommes avec différent.e.s intervenant.e.s dans les établissements scolaires franciliens (gestion de l’emploi du temps, réunions de présentation et de sensibilisation auprès des équipes éducatives, mise en cohérence et suivi des différents ateliers).

– Création d’outils pédagogiques et de trames d’animation pour promouvoir l’égalité femmes-hommes et prévenir les violences sexistes et les discriminations sous toutes leurs formes.

– Elaboration de bilans quantitatif/qualitatif à partir d’outils d’évaluation.

– Relation partenaires et développement du réseau.

– Alimentation régulière du site Internet et du Facebook de l’association.

– Recherche de financements publics et privés.

Profil du ou de la candidat.e :

  • Compétences :

– Compréhension des enjeux autour des questions de genre et des discriminations.

– Capacité en gestion de projet : conception, suivi, évaluation.

– Connaissance du fonctionnement des collectivités territoriales et de leurs modes de financements ;

– Bonnes capacités d’analyse, de rédaction et de synthèse ;

– Autonomie dans l’utilisation de l’environnement informatique (traitement de texte, messagerie, tableur, PDF, mise en page graphique avec Adobe Illustrator par ex.)

– Intérêt pour les méthodes d’éducation populaire et de pédagogie active.

  • Qualités :

– Aptitudes relationnelles fortes : savoir écouter et dialoguer avec différents publics

– Dynamisme et force de propositions

– Polyvalence : poste administratif et de terrain

Conditions du poste :

  • ­Type de contrat : CDD d’un an renouvelable une fois en CUI/CAE.

Merci d’avance de vérifier votre éligibilité auprès de votre agence Pôle Emploi.

Ex : Personnes âgées de – de 26 ans / Demandeurs d’emploi de longue durée / Personnes bénéficiaires du RSA socle / Demandeurs d’emplois reconnus TH ou âgés de + de 50 ans, etc.

  • ­Durée : A partir de mi-octobre 2016, 26H par semaine.
  • ­Salaire / Indemnités : SMIC + possibilité de primes
  • ­Lieu de travail : 139 rue de Rosny, 93100 MONTREUIL + déplacements en Ile de France

Contact et processus de recrutement :

Aline Laplace / Association Pour qu’elle revienne

Envoyer CV + LM par email : coordination@egalitefemmeshommes.fr

Date limite pour candidater : mercredi 28 septembre 2016.

Période des entretiens : fin septembre/début octobre 2016.

“Medicalized” Childbirth as a Public Problem: Risk Culture(s), Gender Politics, Techno-Reflexivities – International Workshop – EHESS, 29-30/09/2016

“Medicalized” Childbirth as a Public Problem:  Risk Culture(s), Gender Politics, Techno-Reflexivities – International Workshop

29-30/09/2016

EHESS, Amphithéâtre François-Furet, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris

Organizers:

  • Sezin Topçu (CEMS/IMM-CNRS-EHESS)
  •  Ilana Löwy (Cermes3-INSERM-EHESS)

Programme : http://cems.ehess.fr/index.php?3765

Presentation:

Obstetrical knowledge, technologies and practices have dramatically transformed women’s reproductive experiences worldwide. Medicalization of childbirth was accelerated in the 20th century by the displacement of childbirth from home to the hospital, and by the generalization of surgical techniques and pharmaceutical products. Medical interventionism took multiple, situated forms. Some countries (Brazil, China, Mexico, Turkey, Italy) normalized C-sections as a no-risk and no-pain alternative to “natural” birth; others, like France and Québec, generalized the use of epidural anesthesia; in many contexts, the induction of labor, its acceleration by oxytocin, and episiotomy became routinely employed techniques.

By the late 20th century, the “overmedicalization of childbirth” became a public problem. Critical voices that denounce the excesses of medical interventionism are, indeed, highly heterogeneous. They include, e.g., radical critique of technology and of medicine as an institution; a fierce defense of “natural” birth, often linked with the rejection of obstetrical techniques and instruments; a focus on the political and organizational aspects of childbirth; or a distinction between “justified” and “unjustified” applications of medical interventions and the rejection of the latter. Critiques of “technological drift” in childbirth are always situated. Obstetrical technologies can be framed in numerous ways, and have multiple meanings. While some Western feminists present intensive medicalization of childbirth as an oppressive and authoritarian meddling in a natural process; in countries in which many women do not have access to good quality health care, control of labor pain can be framed as a class privilege. When only affluent women receive pain relief, the possibility to choose an epidural anesthesia or even a cesarean section can be perceived as empowering for women, including from a feminist or a care perspective. Furthermore, criticism of obstetrical techniques is not limited to consumer groups or feminist movements. Medical and regulatory bodies question them, too. They react to ever-changing scientific evidence on the risk/benefit ratio of different obstetrical approaches, and to the rapid shifting of institutional, juridical and political environments. Highly divergent views thus exist on what counts as an “overmedicalization” of childbirth, but also what a “natural” or “normal” birth is; which interventions empower women and which disempower them; which should be perceived as safe, and which as too risky.

A substantial number of studies tackled the transformation of relations between medicine and childbirth in the 1980s and the 1990s, thereby highlighting the premises of the generalization of a large set of obstetrical technologies and instruments. In more recent scholarly debates however, a relative invisibility of “routine” childbirth technologies may be contrasted with a much greater interest in “extreme” or “dramatic” ones, such as ART (assisted reproductive technologies). With the ambition to remediate this imbalance, we aim to put the “naturalized” technologies/instruments and their subversive capacity at the very center of our analysis, so as to investigate how they transformed and continue to transform childbirth, remodel medical practices, alter maternal experiences, modify health policies and generate public debates. Our approach is firmly grounded in a comparative frame, which is an efficient way to highlight the various ways in which specific technologies, instruments and products are promoted, regulated, and refuted. Relying on cross-cultural investigations and field data from diverse national contexts (France, USA, Italy, Brazil, Senegal, Turkey, Switzerland, Canada…), this international workshop investigates how “technological” birth came into being, and how it is produced, problematized, framed, and negotiated in the 21st century.

Prix Mnémosyne – Histoire des femmes et du genre

Décerné au mois de janvier de chaque année, le prix Mnémosyne créé par l’Association pour le développement de l’Histoire des femmes et du genre couronne un mémoire de master 2 de langue française d’un-e étudiant-e dont les travaux portent sur l’histoire des femmes et du genre en France ou à l’étranger.

Le mémoire doit avoir été soutenu dans une université française entre le 1er septembre 2014 et le 30 septembre 2016.

Les masters soutenus en  2014-2015 et 2015-2016 sont désormais autorisés à concourir. Cependant les candidat-e-s ne peuvent concourir qu’UNE SEULE fois.

Le montant du prix est de 800 euros, le chèque est remis à la parution du manuscrit. Le ou la lauréat-e s’engage à retravailler son mémoire pour publication aux Presses Universitaires de Rennes accompagné par l’association.

Les résumés des mémoires présentés au prix sont publiés en ligne sur le site de la revue Genre & Histoire, http://genrehistoire.revues.org/.

Adresser les mémoires :

en deux exemplaires papier, avec coordonnées téléphoniques, électroniques et postales + un résumé en deux exemplaires papier (5000 caractères, le résumé seulement sous format papier ET sous fichier Word)

à : Pascale Barthélémy, ENS de Lyon, Site Descartes, 15 Parvis René Descartes, BP 7000, 69 342 Lyon Cedex 07

et en fichiers pdf  (Un fichier mémoire et un fichier pdf) à : Pascale.barthelemy@ens-lyon.fr

avant le 30 septembre 2016

Seuls les dossiers complets seront pris en compte.

http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/prix-mnemosyne/les-modalites/

Appel à candidature – doctorat et enseignement en études de genre à l’Université de Genève

Doctorant-e – Assistant-e (A2) à l’Insitut des Etudes genre de la Faculté des sciences de la société

Date limite pour candidater : 20-08-2016

Description du poste

Le-la candidat-e retenu-e devra assurer des enseignements dispensés à l’Institut des Etudes genre au niveau bachelor et master, encadrer des étudiant-e-s, préparer ou corriger des examens et travaux d’évaluation suivant ses domaines de spécialité et les besoins des plan d’études.

Il-elle devra en particulier assister les Professeur-e-s pour le cours obligatoire de bachelor « Inégalités en tous genre » et en fonction des besoins scientifiques et pédagogiques de l’Institut.

Il-elle s’engage à faire une thèse en Etudes genre sous la direction de la Prof. Delphine Gardey et/ou de la  Dr. Lorena Parini.

Le projet de recherche et la thèse devront porter sur l’une des sous thématiques suivantes :

  • Genre, sexualités, LGBT;
  • Droits des minorités sexuelles;
  • Mobilisations sociales et politiques des minorités sexuelles.

Il-elle s’engage à participer aux activités scientifiques et pédagogiques de l’lnstitut des Etudes genre et au programme doctoral en Etudes genre de la Conférence Suisse Universitaire Occidentale.

Titre et compétences exigés

Le-la candidat-a doit être détenteur-trice d’un master en études genre ou dans une des disciplines des sciences sociales suivantes (sous réserve que le mémoire de master porte de façon substantielle sur des questions de genre et/ou de sexualité dans une perspective de genre) : histoire, sciences politiques, sociologie du droit, anthropologie.

Parmi les qualités particulièrement recherchées :

  • maîtrise de l’enquête de terrain, de l’analyse de données ou de corpus
  • qualités rédactionnelles, maîtrise de l’écriture scientifique et du français
  • compétence en langue anglaise et capacité à lire la littérature scientifique en français et en anglais
  • autonomie dans le travail et capacité de collaboration dans une équipe
  • aisance dans le rapport avec les étudiant-e-s
  • intérêt pour l’enseignement.

Entrée en fonction

1er novembre 2016

Contact

Les candidatures comportant une lettre de motivation, un curriculum vitae, les copies de diplômes universitaires, les relevés de notes bachelor/licence et master/maîtrise et le projet de thèse (2 pages maximum) doivent être déposées exclusivement en ligne en cliquant sur le bouton ci-dessous « Postuler/Apply now ».

Notre système de recrutement en ligne n’accepte qu’un seul document par rubrique. Dans le cas où vous avez plusieurs documents pour une même catégorie, il vous faudra regrouper vos fichiers en un seul.

Les demandes d’informations complémentaires sont à adresser par e-mail à la direction de l’Institut des Etudes genre Delphine.Gardey@unige.ch avec copie au secrétariat de l’Institut:Veronique.Savary@unige.ch

Informations complémentaires

La durée d’engagement est de 3 ans, avec possibilité de prolonger le contrat pour une durée totale maximum de 5 ans, en fonction des disponibilités budgétaires.

La première année constitue une période d’essai au cours de laquelle il peut être mis fin aux rapports de service moyennant le respect d’un délai de résiliation de 3 mois pour la fin d’un mois.

https://jobs.unige.ch/www/wd_portal.show_job?p_web_site_id=1&p_web_page_id=22878