3 Nov. 2016 au Lieu Dit – Echange autour de l’ouvrage « ’Encyclopédie critique du genre  » coordonné par J. Rennes

http://lelieudit.com/Discussion-Echange-autour-de-l-ouvrage-Encyclopedie-critique-du-genre

Jeudi 3 novembre à 19h00

A l’occasion de la parution de l’Encyclopédie critique du genre, coordonné par J. Rennes, aux éditions La Découverte, nous vous convions à un échange avec l’équipe éditoriale et les auteur-e-s le jeudi 3 novembre, jour de la sortie du livre.

« Désir(s) », « Mondialisation », « Nudité », « Race », « Voix »… Les soixante-six textes thématiques de cette encyclopédie explorent les reconfigurations en cours des études de genre.
Trois axes transversaux organisent cette enquête collective : le corps, la sexualité, les rapports sociaux. Dans les activités familiales, sportives, professionnelles, artistiques ou religieuses, les usages du corps constituent désormais un terrain privilégié pour appréhender les normes et les rapports de genre. Les pratiques érotiques que les sociétés, à travers l’histoire, ont catégorisées comme normales ou déviantes occupent quant à elles une place inédite pour éclairer les articulations entre hiérarchies des sexes et des sexualités. Enfin, les inégalités liées au genre sont de plus en plus envisagées en relation avec celles liées à la classe sociale, la couleur de peau, l’apparence physique, la santé ou encore l’âge. Cette approche multidimensionnelle des rapports sociaux a transformé radicalement les manières de penser la domination au sein des recherches sur le genre.
En analysant les concepts, les enquêtes empiriques et les débats caractéristiques de ces transformations saillantes, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage dessinent une cartographie critique des études de genre en ce début de XXIe siècle.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Encyclop__die_critique_du_genre-9782707190482.html

Vient de paraître « Encyclopédie critique du genre » – Juliette RENNES (dir.)

Encyclopédie critique du genre

Disponible en librairie le 3 novembre

sous la direction de Juliette Rennes

Paris, La Découverte, 2016 (« Hors collection Sciences Humaines »)

Présentation

« Désir(s) », « Mondialisation », « Nudité », « Race », « Voix »… Les soixante-six textes thématiques de cette encyclopédie explorent les reconfigurations en cours des études de genre.

Trois axes transversaux organisent cette enquête collective : le corps, la sexualité, les rapports sociaux. Dans les activités familiales, sportives, professionnelles, artistiques ou religieuses, les usages du corps constituent désormais un terrain privilégié pour appréhender les normes et les rapports de genre. Les pratiques érotiques que les sociétés, à travers l’histoire, ont catégorisées comme normales ou déviantes occupent quant à elles une place inédite pour éclairer les articulations entre hiérarchies des sexes et des sexualités. Enfin, les inégalités liées au genre sont de plus en plus envisagées en relation avec celles liées à la classe sociale, la couleur de peau, l’apparence physique, la santé ou encore l’âge. Cette approche multidimensionnelle des rapports sociaux a transformé radicalement les manières de penser la domination au sein des recherches sur le genre.

En analysant les concepts, les enquêtes empiriques et les débats caractéristiques de ces transformations saillantes, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage dessinent une cartographie critique des études de genre en ce début de XXIe siècle.

Coordonné par Juliette Rennes, sociologue, enseignante-chercheuse à l’EHESS.

Éditrices et éditeurs scientifiques associés :
Catherine Achin, politiste, enseignante-chercheuse à l’université Paris-Dauphine

Armelle Andro, démographe, enseignante-chercheuse à l’université Paris 1

Laure Bereni, sociologue, chercheuse au CNRS, Centre Maurice-Halbwachs

Luca Greco, linguiste, enseignant-chercheur à l’université Sorbonne Nouvelle

Alexandre Jaunait, politiste, enseignant-chercheur à l’université de Poitiers

Rose-Marie Lagrave, sociologue, directrice d’études à l’EHESS

Gianfranco Rebucini, anthropologue, docteur de l’EHESS.

Table des matières

Introduction. La chair des rapports sociaux, par Juliette Rennes, avec Catherine Achin, Armelle Andro, Laure Bereni, Alexandre Jaunait, Luca Greco, Rose-Marie Lagrave, Gianfranco Rebucini

♦ Affects, par Sébastien Roux

♦ Âge, par Juliette Rennes

♦ Animal, par Flo Morin

♦ Arts visuels, par Charlotte Foucher Zarmanian

♦ Beauté, par Rossella Ghigi

♦ Bicatégorisation, par Michal Raz

♦ Bioéthique et techniques de reproduction, par Emmanuelle Yvert

♦ Care, par Francesca Scrinzi

♦ Conjugalité, par Fernanda Artigas Burr et Manuela Salcedo Robledo

♦ Consommation, par Leora Auslander

♦ Contraception et avortement, par Mona Claro

♦ Corps au travail, par Natalie Benelli

♦ Corps légitime, par Isabel Boni-Le Goff

♦ Corps maternel, par Coline Cardi et Chiara Quagliariello

♦ Culture populaire, par Keivan Djavadzadeh

♦ Cyborg, par Delphine Gardey

♦ Danse, par Violeta Salvatierra García de Quirós

♦ Désir(s), par Mathieu Trachman

♦ Drag et performance, par Luca Greco et Stéphanie Kunert

♦ Éducation sexuelle, par Aurore Le Mat

♦ Espace urbain, par Marianne Blidon

♦ Filiation, par Sylvie Steinberg

♦ Fluides corporels, par Nahema Hanafi et Caroline Polle

♦ Gouvernement des corps, par Gwénaëlle Mainsant

♦ Gynécologie, par Marilène Vuille

♦ Handicap, par Pierre Brasseur

♦ Hétéro/homo, par Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch

♦ Incorporation, par Martine Court

♦ Inné/acquis, par Pierre-Henri Gouyon

♦ Internet, par Marie Bergström

♦ Jeunesse et sexualité, par Jean Bérard et Nicolas Sallée

♦ Langage, par Alice Coutant

♦ Mâle/femelle, par Priscille Touraille

♦ Mondialisation, par Milena Jakšić

♦ Mythe/métamorphose, par Anne Creissels

♦ Nation, par Brice Chamouleau et Patrick Farges

♦ Nudité, par Juliette Gaté

♦ Objets, par Anne Monjaret

♦ Organes sexuels, par Sylvie Chaperon

♦ Parenté, par Olivier Allard

♦ Placard, par Rostom Mesli

♦ Plaisir sexuel, par Patricia Legouge

♦ Poids, par Solenn Carof

♦ Pornographie, par Mathieu Trachman et Florian Vörös

♦ Postcolonialités, par Malek Bouyahia

♦ Prostitution, par Clyde Plumauzille

♦ Psychanalyse, par Adrienne Harris et Eyal Rozmarin

♦ Puberté, par Laura Piccand

♦ Queer, par Maxime Cervulle et Nelly Quemener

♦ Race, par Lila Belkacem, Amélie Le Renard et Myriam Paris

♦ Regard et culture visuelle, par Giovanna Zapperi

♦ Religion, par Béatrice de Gasquet

♦ Santé, par Anne-Sophie Cousteaux

♦ Scripts sexuels, par Lucas Monteil

♦ Séduction, par Mélanie Gourarier

♦ Sport, par Anaïs Bohuon et Grégory Quin

♦ Taille, par Priscille Touraille

♦ Technologie, par Lucie Dalibert

♦ Trans’, par Emmanuelle Beaubatie

♦ Travail domestique/domesticité, par Caroline Ibos

♦ Vêtement, par Pascal Barbier, Lucie Bargel, Amélie Beaumont, Muriel Darmon et Lucile Dumont

♦ VIH/Sida, par Gabriel Girard

♦ Violence (et genre), par Ilaria Simonetti

♦ Violence sexuelle, par Alice Debauche

♦ Virginité, par Simona Tersigni

♦ Voix, par Aron Arnold

Les auteur•e•s

Index thématique.

* * *

Laufer Laurie, Rochefort Florence (dir.), Qu’est-ce que le genre ?

Laufer Laurie, Rochefort Florence (dir.), Qu’est-ce que le genre ?.

Compte-rendu de Caroline Sordia, M2 GPS.

Qu'est-ce que le genre ? L’Institut Émilie du Châtelet publie ce recueil pluridisciplinaire en réponse aux controverses autour de la prétendue « théorie du genre ». L’objectif est double : apporter une réaction documentée mais aussi donner un aperçu de la richesse des études de genre, dans un ouvrage qui se veut à la fois scientifique et engagé. Les contributions sont ici regroupées en trois parties qui semblent relever chacune d’une orientation différente.

Lire la suite

Police et virilité : réflexions autour de La force de l’ordre de Didier Fassin

(Toutes les citations non référencées sont  issues de l’ouvrage de Didier Fassin)

 

Dans La force de l’ordre (2011), Didier Fassin propose une réflexion sur le travail policier en France aujourd’hui, basée sur de longues observations ethnologiques. Cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre, mais l’aspect que j’ai choisi d’explorer ici est celui de la construction genrée du métier policier, et plus précisément des Brigades Anti Criminalité (BAC).

En effet, à la lecture de l’ouvrage de D. Fassin (comme plus généralement de la littérature sociologique sur la police), il apparaît clairement que les normes qui définissent le « vrai » travail policier et le « bon » policier sont extrêmement marquées par les valeurs socialement connotées comme masculines, viriles, et ce d’une manière exacerbée en ce qui concerne les BAC. Le champ lexical correspondant est ainsi omniprésent (« testostérone », « dureté », « imaginaire guerrier », « ne pas reculer », « aller jusqu’au bout », « force physique », « être craint », « brutalité », et même « ne pas baisser son froc » dans la bouche d’un brigardier major…), mais sans que cet aspect soit réellement problématisé. Un passage retient cependant notre attention, quand D. Fassin avance des explications à « la production et la reproduction de cet habitus dominant », « violent » et « raciste », au sein de la BAC qu’il a étudié, dont celle des recrutements sélectifs par le chef de l’unité : de la même manière qu’il « rejetait par avance tout sollicitation provenant d’un gardien de la paix appartenant à une minorité visible qui aurait été désireux d’intégrer son unité », « il s’était opposé aux candidatures féminines – considérant qu’elles seyaient mal à un métier viril » (p. 256). Cette virilité dont il est sans cesse question à propos du travail policier n’est jamais donnée  naturellement, sans cesse à prouver. Un passage de La domination masculine de Bourdieu (1998) entre particulièrement en résonance avec cette idée :

« Certaines formes de  »courage », celles qu’exigent ou reconnaissent les armées ou les polices (et tout spécialement les  »corps d’élite ») et les bandes de délinquants […] – qui […] encouragent ou contraignent à refuser les mesures de prudence et à dénier ou à défier le danger par des conduites de bravade responsables de nombreux accidents –, trouvent leur principe, paradoxalement, dans la peur de perdre l’estime ou l’admiration du groupe, de  »perdre la face » devant les  »copains », et de se voir renvoyer dans la catégorie typiquement féminine des  »faibles », des  »mauviettes », des  »femmelettes », des  »pédés », etc. »

Ainsi, Didier Fassin montre bien par divers exemples comment la prise de risque au volant, à l’issue parfois fatale (les accidents de la route sont la première cause de mortalité des policiers dans l’exercice de leurs fonctions), que ce soit pour se rendre sur les lieux d’un incident où on arrivera de toute manière trop tard, ou encore lors de courses-poursuites illégales et non moins improductives, fonctionne comme un « divertissement légitimé » dans le cadre d’une homosocialité masculine où la prise de risque, même inutile, est justement valorisée pour elle-même.

De plus, comme Bourdieu le soulignait, les policiers n’ont pas l’apanage de ce système de valeur mais le partagent au contraire avec leur public : les agents de la BAC « paraissaient vivre [l’émotion des courses-poursuites] par délégation en assistant à des runs clandestins […]. [Ils] regardaient avec un mélange de mépris et d’envie les courses de voitures  »tunées » dont les propriétaires faisaient admirer les carrosseries et vrombir les moteurs » (p. 128-129) ; à un autre moment, D. Fassin mentionne à nouveau « l’envie » éprouvée par un agent qui « s’émerveille sur la voiture de sport » d’un « Manouche » qu’il « provoque » verbalement (« l’échange est ironique de part et d’autre », mais il n’y aura pas de contrôle) (p. 245). Cette logique s’exprime d’autant plus clairement lors des confrontations physiques des policiers exclusivement hommes, donc, avec les jeunes également exclusivement hommes, situations lors desquelles les uns comme les autres semblent mettre à l’épreuve leur virilité dans un contexte où agressivité et usage de la force physique (par opposition au règlement pacifique des différents) sont valorisées. Ceci avait déjà été très bien décrit par exemple dans un article de Laurent Muchielli et Marwan Mohammed (2006), auquel peuvent faire penser nombre de descriptions issues de l’enquête de Fassin :

« …les jeunes comme les policiers sont pris dans ce jeu dont l’enjeu est de  »sauver la face », c’est-à-dire préserver son honneur individuel ou collectif. […] Le territoire est ainsi enjeu symbolique fort, dans lequel policiers et bandes de jeunes se livrent à des rituels d’appropriation et  »d’occupation », qui nourrissent à leur tour les conflits et l’imaginaire collectif. D’un côté comme de l’autre, les violences verbales et physiques sont des modes d’action légitime et la place de la virilité y est centrale. Les dynamiques collectives de surenchère sont liées d’un côté comme de l’autre à la présence de « leaders » qui tirent le reste du groupe dans une dynamique déviante. Les logiques viriles imposent le sens à suivre. Si d’un côté comme de l’autre on fait « front » dans l’action, il est faux de prétendre que l’orientation prise est consensuelle. Dans l’intimité des entretiens, certains policiers comme certains jeunes dénoncent ce qu’ils jugent comme des provocations inutiles qui, engagées par une minorité, mettent en danger le reste du groupe. Mais ces voix sont inaudibles dans le quartier et dans le commissariat, où chacun se soumet à la pression collective ». (c’est nous qui soulignons).

Ces logiques sont connues des sociologues depuis longtemps, et pour ne donner qu’un autre exemple, déjà en 2000, Philippe Juhem affirmait, en s’appuyant notamment sur la thèse de Fabien Jobard (1997) : « la confrontation avec les forces de l’ordre s’insère parfaitement dans la logique virile des groupes d’adolescents masculins et ne nuit aucunement à l’extension de son  emprise ».

 

En réalité, le travail de policier est loin de se limiter à ses dimensions les plus « viriles », au travail de répression et à l’usage de la force physique, il intègre en principe une large gamme d’objectifs, de savoirs-faire et de savoirs-être, comme le résume l’un des policiers (de police-secours) étudiés par D. Fassin, qui explique que « [ce ] qui l'[a] amené à faire ce métier : c’était la diversité des missions, […] le mélange de la dimension sociale et du maintien de l’ordre » et qui n’a pas l’intention de tenter de rejoindre la BAC parce qu’ils vont « trop au conflit », alors qu’il « aime parler et préfère négocier avec les gens pour résoudre les problèmes ». Il s’agit donc de ne pas ignorer la dimension de « care », de « présence sociale » dans le travail policier : on touche à l’idée du souci de l’autre et de la sollicitude, à la présence sur le long terme, au fait de se sentir concerné (to care) par les problèmes du public auprès duquel on travaille, à une certaine responsabilité vis-à-vis de ce public, ou encore à une disponibilité (autant de notions permettant, par approximation, de décrire tout ce qu’englobe le « care »). Ces aspects inévitables de tout métier impliquant le contact avec un public (aussi axé soit-il sur la répression) ne sont évidemment pas neutres du point de vue du genre mais socialement connotés comme féminins. Pour cette raison, ils sont dans une large mesure « invisibilisés » dans les métiers dits « d’hommes », comme a pu l’analyser Marc Bessin pour l’exemple des surveillants de prison (2009 a,b) : alors même qu’on se représente souvent l’essentiel de leur fonction comme répressif, ils sont, de fait, amenés à développer des rapports de « care » sur le long terme avec les prisonniers, une certaine forme de sollicitude et de souci de l’autre qui peut passer par des discussions, le fait d’offrir une cigarette à un détenu, etc. ; or, si cette fonction n’est absolument pas mise en avant, ne fait l’objet d’aucune formation par exemple, elle est bel et bien indispensable à leur métier. On voit bien comment ce type de rapport à autrui peut être dévalorisé dans le cadre du travail de la police : dans l’enquête de D. Fassin comme dans les autres publications sur les forces de l’ordre, nombreux, voire majoritaires, sont ceux qui affirment être entrés dans la police « pour arrêter des délinquants » et non pour « faire du social ». Or, les « baqueux » déchantent vite quand il prennent conscience de la rareté des opportunités de « faire du flagrant délit », du « saute-dessus », et là encore, Fassin montre bien comment ce décalage entre les attentes et la réalité engendre une frustration propice au fait de sauter sur la première occasion de « créer l’évènement », aux engrenages violents. Ainsi, les commissaires eux-mêmes ne semblent pas dupes de ce que les policiers appellent « faire de l’outrage » : « Quand j’ai un policier qui accumule les outrages et rébellions, [explique l’un d’eux], je suspecte une incapacité à gérer les situations, voire une tendance à ne pas gérer sa propre agressivité » (p. 213). Ainsi, il est opérant d’appréhender la problématique des BAC sous l’angle de la survalorisation des qualités dites « masculines » (et de la dévalorisation des qualités dites « féminines »). Ce déséquilibre est présent dès l’étape de la sélection des agents destinés à intégrer ces brigades (sans même parler des logiques subjectives de type « autocensure » ou « copinage » décrites par Fassin) : par exemple,

« les épreuves [d’habilitation] comprenaient surtout des évaluations en matière de sport et d’autodéfense, mais aussi des tests psychologique. Les compétences en matière de procédures judiciaires n’étaient en revanche pas prises en considération ; or, de l’avis unanime de leurs supérieurs, c’est précisément sur ce point que le travail de ces unités s’avérait particulièrement problématique … » (p. 94)

Tout le long de l’ouvrage de Fassin, l’enquête dévoile que dans les BAC tout particulièrement, l’accent est mis sur le conflit, la force physique, la capacité à « être craint », plus que sur tout autre mode de rapport à autrui connotant moins la « virilité » et plus la « féminité », qui est pour sa part, souvent en creux, mais parfois explicitement, largement dévalorisée, renvoyée à une marque de faiblesse et au manque d’efficacité. Cette polarisation genrée des qualités exigées du « bon » gardien de la paix est  d’ailleurs présente dans la rhétorique de ceux qui soutiennent les logiques mises en oeuvre par les BAC. Ainsi, si la phrase de Nicolas Sarkozy qui a retenu particulièrement l’attention de Didier Fassin est celle dans laquelle il affirme vouloir « nettoyer les banlieues au kärcher », c’est une autre de ses déclarations, un peu moins médiatisée, qui nous intéressera ici : en 2002, alors qu’il vient d’être nommé ministre de l’Intérieur, il justifie la suppression des programmes de « police de proximité » en ironisant sur le fait que « les policiers ne sont pas là pour organiser des tournois de foot avec les jeunes ». Cette phrase est intéressante parce qu’elle dit explicitement ce que le travail de la police ne doit pas être (une police du care), ce qui en général n’apparait qu’en creux, par rapport à l’affirmation de ce que la police doit être (une police de la répression). Encore plus explicites sont les mots de Claude Guéant, quand en mars 2011 il annonce officiellement vouloir « améliorer la relation entre la police et la population », et, pour préciser le sens de son programme d’action tout en anticipant les accusations de revenir à la « police de proximité », il rappelle que celle-ci n’a pas été créée par la gauche mais par Charles Pasqua quand il était ministre de l’Intérieur, et que « cela ne signifiait pas que les policiers se transforment en assistants sociaux ou en animateurs sportifs » (Gaillard, 2011). Cette phrase reprend une rhétorique qui s’est mise en place dans son camp politique quelques années auparavant, et l’usage du masculin neutre « assistants sociaux » (qui sonne relativement « faux » par rapport à l’usage courant, tant on sait à quel point cette profession reste majoritairement féminine) peine à masquer sa symbolique genrée qui était à la base assumée : selon certaines sources, c’est Nicolas Sarkozy qui aurait utilisé cette formule imagée pour la première fois en 2003, à l’adresse des policiers toulousains, auxquels il aurait dit « Vous n’êtes pas des assistantes sociales ! » (« Juan », 2011), sous-entendant ainsi très nettement le rejet de ce qui est bel et bien pensé comme une « féminisation » dévalorisante du travail de la police. Il s’agit ici de « féminisation » sur le plan du genre, de la dimension sociale du sexe, et non de l’augmentation de la proportion d’agents de sexe féminin dans la police. Le rejet de la dimension socialement connotée comme féminine du travail de la police peut d’ailleurs a priori être aussi bien le fait des femmes que celui des hommes, comme en témoigne la reprise des propos sur « les assistantes sociales » par Martine Monteil (alors à la Direction centrale de la police judiciaire) (Tchakalof, 2006). De cette manière, il serait trop simpliste de résumer ces questions à la problématique de la féminisation sexuée de la profession policière, comme s’il suffisait, pour contrer les logiques qu’on a décrites, d’augmenter la proportion de femmes dans les BAC (ou à l’inverse d’exclure totalement les femmes de la police pour renforcer sa dimension virile). Il me semble important d’insister sur ce point, car un exemple très parlant proposé par Fassin n’invitait pas forcément à cette réflexion : il raconte un épisode lors duquel une policière, qui a acheté des canettes de soda pour des étrangers en situation irrégulière détenus au commissariat avant leur reconduite à la frontière, essuie les violentes railleries d’un collègue de sexe masculin ; Fassin écrit alors que « la disposition à l’animosité, voire à la cruauté, semble bénéficier d’une plus grande légitimité que la disposition à la bienveillance ». Si dans cet exemple, il y a coïncidence entre sexe et genre (la bienveillance, le care, sont du côté de la femme, tandis que leur rejet est du côté de l’homme), les rôles de la policière et du policier auraient pu être inversés. A ce propos, les travaux de Geneviève Pruvost (2008, 2007) sur les femmes dans la police sont tout à fait éclairants. Ils démontrent qu’une petite proportion de femmes réussit à entrer dans la police et à y accéder à la plupart des postes dans la mesure où elles remplissent les critères androcentriques qui définissent la profession (« La police, un métier d’homme », scande une affiche de recrutement de 1972), au prix d’un réel « travail de virilisation » (vu comme un alignement valorisant sur le « masculin- neutre »), c’est-à-dire de mise en conformité avec les qualités dites « masculines » exigées du policier, et de rupture avec les stéréotypes associés à la féminité. Notamment « les policières […] ont gagné leur droit d’être considérées comme de véritables policières par leur capacité d’assaut physique ou pour en avoir subis », conformément à la norme qui veut que ce soit « la fonction répressive qui [définisse] la  »vraie » police » (Beauchesne, 2008), comme le résume Line Beauchesne dans sa recension de l’ouvrage de Pruvost De la  »sergote » à la femme flic.  Beauchesne, chercheuse en criminologie, écrit ainsi dans un autre article, qui dresse un bilan des recherches nord-américaines sur l’entrée des femmes dans la police (1999), que nombre d’études se sont penchées sur la question de savoir si « les policières [étaient] de bons policiers », si elles étaient aussi efficaces que leurs collègues hommes dans les domaines traditionnellement marqués par les prérogatives masculines, ce qui a effectivement pu être prouvé. Mais, poursuit-elle, d’autres travaux ont remis en cause le présupposé « sexiste » de la question guidant ce type d’études, et avancé qu’on pourrait tout aussi bien se demander :

« Les policiers sont-ils de bons policiers ? […] Ces études privilégient les indicateurs quantitatifs traditionnels du travail policier qui n’évaluent qu’une très petite partie de leurs tâches : nombre d’arrestations, de contraventions, etc. Pourquoi ne mesure-t-on pas leurs capacités à résoudre sans violence des conflits, à communiquer, à sécuriser, etc. Après tout, 80% à 85% des tâches de cette profession n’ont rien à voir avec le contrôle répressif des activités criminelles mais consistent à des intervention de maintien de la paix et d’assistance publique. Ces tâches ne furent pas évaluées parce qu’elles sont  »féminines » […] ».

Ainsi, on voit bien que cette problématique excède largement celle de d’une « féminisation » du travail policier par l’entrée progressive de plus de femmes dans la police. Au nom de quelles qualités féminines prétendument naturelles ou innées auraient-elles plus que les hommes la volonté et la capacité à assumer la dimension de care inhérente au métier ? L’enquête de Pruvost montre que « globalement les motivations initiales des femmes sont assez semblables à celles de leurs collègues masculins : elles idéalisent tout autant le métier, ne rêvent pas moins d’action qu’eux et n’ont pas une vocation plus altruiste » (Zolesio, 2007). On touche bien ici à l’idée de « dégenrer le care » qui est au coeur tout un champ d’études (Garrau, Le Goff, 2010) : il pourrait s’agir de déconstruire ce qui touche au care, de le « décoder » pour pouvoir le « recoder » d’une manière qui serait neutre du point de vue du genre ; alors, il serait moins évident de faire comme si la valeur pratique et politique supérieure (ou inférieure) de certaines composantes du travail policier allait de soi, et une réflexion d’autant plus fertile pourrait advenir.

 

 

Bibliographie

  • Beauchesne Line, « Geneviève Pruvost, De la  »sergote » à la femme flic : une autre histoire de l’institution policière (1935-2005), Paris, Éditions La Découverte, 2008, 309 p. », Recherches féministes, Volume 21, numéro 2, 2008, p. 169-171.
  • Beauchesne Line, « Les recherches en Amérique du nord sur l’entrée des femmes dans la police: les difficultés d’intégration dans une culture organisationnelle masculine », In: Déviance et société. 1999 – Vol. 23 – N°3. pp. 341-362.
  • Bessin Marc, « Focus – La division sexuée du travail social », Informations sociales 2/2009 (n° 152), p. 70-73.  URL : www.cairn.info/revue-informations-sociales-2009-2-page-70.htm.
  • Bessin Marc, « Les rôles sexués dans le travail social et les relations de soins en prison », in E. Dorlin et E. Fassin (dir.) Genres et sexualités, Bibliothèque Centre Pompidou, 2009, pp. 67-76.
  • Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
  • Fassin Didier, La force de l’ordre, Paris, Seuil, 2011.
  • Gaillard Eric, « La police va revenir au contact de la population en France », L’Express, 15/03/2011.
  • Garrau Marie, Le Goff Alice, Care, justice et dépendance, Paris, Puf, 2010.
  • Jobard Fabien, « L’usage de la force physique par la police. Sur quelques aspects de la mise en oeuvre du monopole de la violence physique légitime par la police nationale dans la France contemporaine », thèse de science politique, Institut d’études politiques de Paris, 1997.
  • Juhem Philippe. «  »Civiliser » la banlieue. Logiques et conditions d’efficacité des dispositifs étatiques de régulation de la violence dans les quartiers populaires », in Revue française de science politique, 50e année, n°1, 2000. pp. 53-72.
  • Mohammed Marwan, Muchielli Laurent, « La police dans les quartiers populaires : un vrai problème ! », Mouvements, n°44, mars-avril 2006.
  • Pruvost Geneviève, De la sergote à la femme flic, une autre histoire de l’institution policière (1935-2005), Paris, La Découverte, 2008.
  • Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Maisondes sciences de l’homme, Ethnologie de la France, 2007.
  • Zolesio Emmanuelle, « Geneviève Pruvost, Profession : policier. Sexe : féminin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 04 octobre 2007.
  • « Juan Sarkofrance », « Délinquance : tous contre Sarkozy ? », blog « Sarkofrance », 05/02/11. URL : http://www.marianne2.fr/sarkofrance/Delinquance-tous-contre-Sarkozy_a342.html

Histoire de l’homosexualité en Russie

Dan Healey : « What Can We Learn From the History of Homosexuality in Russia ? », History Compass, 1 (2003), EU 047, 1–6.

(N.B. : toutes les citations non référencées proviennent de l’article qui fait l’objet de ce compte-rendu, et il s’agit d’une traduction personnelle)

Cet article, qui fait écho à l’ouvrage de Dan Healey, Homosexual Desire in Revolutionnary Russia: The Regulation of Sexual and Gender Dissent (Healey, 2001), pourrait s’intituler « histoire des représentations dominantes de l’homosexualité en Russie ». Il ne s’agit pas ici d’une histoire des pratiques homosexuelles, ni d’une histoire de ses représentations alternatives par les premiers intéressés, mais bien d’une histoire du « regard médical » (la référence à Foucault est en effet centrale) russe sur l’homosexualité, et surtout de ses interactions fluctuantes avec les politiques étatiques.

Tout l’intérêt de la démarche de Healey réside dans la tentative d’appliquer au contexte russe et soviétique l’approche foucaldienne de « l’histoire de la sexualité ». C’est extrêmement intéressant, à plus d’un titre. D’abord puisque la Russie d’avant la Révolution, en raison de son enracinement européen, s’est effectivement inscrite, dans une certaine mesure et avec sa temporalité propre, dans cette histoire occidentale de la sexualité que Foucault a voulu écrire. Et c’est d’autant plus intéressant qu’à partir des années 1930 (après l’arrivée au pouvoir de Staline), la Russie semble se dérober à l’analyse foucaldienne : la sexualité est frappée d’un tel tabou généralisé que la thèse de « la multiplication des discours » mise en avant par Foucault semble tout d’un coup inopérante, et c’est étrangement « l’hypothèse répressive » qui semble s’imposer (mais dans quelle mesure, et surtout pour combien de temps ?). Ainsi, la démarche de Healey est cruciale pour ne pas céder ni au simplisme de la nationalisation des scénarios des politiques de la sexualité (et notamment à l’illusion d’une éternelle spécificité russe, ou encore d’une spécificité communiste qui expliqueraient tout), ni à la réduction de toute l’histoire de la sexualité soviétique à une « sexophobie répressive » univoque (Kon, 2010).

Dan Healey commence dans son article par souligner que l’histoire de l’homosexualité en Russie fait partie des sujets dont l’étude n’a été rendue possible qu’après la fin du régime soviétique, avec la fin de la censure et l’ouverture des archives. Depuis, un certain nombre de travaux, russes et surtout américains, tentent de combler les « silences de l’histoire » de l’homosexualité en Russie[1].

Puis, l’auteur met en avant « l’un des aspects de cette histoire [de l’homosexualité en Russie] » qui « illustre comment les mythologies sexuelles peuvent devenir importantes quand il s’agit de  »faire nation » à l’époque de la Modernité : le mythe de l’innocence sexuelle de la Russie et la  »géographie de la perversion » que les Russes ont imaginée pour se représenter leur pays et le monde ». Historiquement, on retrouve dans toute l’Europe occidentale ce mythe d’une homosexualité (surtout masculine) forcément allogène, systématiquement renvoyée aux pays voisins (typiquement, elle fut appelée en France « le vice anglais ») – mythe mis au service du processus de constitution d’une l’identité nationale hétérosexuelle devant apparaître comme naturelle.

En Russie, cette manière d’appréhender l’homosexualité comme le fait des « Autres » (de « l’Ailleurs ») a pris deux types de formes :

  • Tout d’abord, dans le contexte multiethnique de l’Empire russe puis de l’URSS, elle s’est inscrite dans le concept de « civilisation », l’idée qu’il était de la responsabilité du peuple russe, le plus « avancé », de « civiliser » les autres peuples restés à des stades plus « primitifs » de l’évolution des sociétés humaines.
  • En même temps, la Russie avait tendance à se considérer comme une « jeune » nation par rapport à celle d’Europe occidentale, une nation en quelque sorte restée « pure » et « innocente », à l’image de sa paysannerie (qui représentait 80% de sa population).

Ainsi, il s’agissait toujours inconsciemment de rejeter le « problème » de l’homosexualité vers l’Orient ou vers l’Occident.

« Dans  »l’Orient de l’intérieur » de la Russie, les hommes  »primitifs » originaire du Caucase et d’Asie centrale [Ouzbékistan, Tadjikistan…] étaient accusés de faire preuve d’un goût pour la pédérastie qui serait acquis culturellement, et non inné. Dans ces régions, les traditions islamiques telles que l’isolement (seclusion) des femmes était couramment mentionnées comme encourageant une prédisposition universelle à l’homosexualité ».

A l’inverse, l’Occident, vu comme la source de la « civilisation », était aussi sensé être atteint par « les maux de la civilisation » qu’étaient la neurasthénie et les perversions sexuelles. Lorsque les médecins russes analysaient sur le mode de la pathologie des cas de patients « efféminés », il s’agissait d’exemples « empruntés à la littérature médicale allemande, autrichienne et française, mais rarement de leurs patients nationaux ». On mettait en avant que « les perversions sexuelles étaient des importations en provenance de ces pays, et si elles contaminaient les Russes, c’était via la diffusion du mode de vie urbain et probablement limité à la seule ville de Saint Pétersbourg [la plus cosmopolite] ». En effet, Healey rappelle que dans le dernier tiers du XIXe siècle, les grandes villes russes n’avaient rien à envier à l’Europe en termes de « lieux de drague» (« cruising territories »), de « signaux de drague » (« pick-up signals »), « d’argot pédéraste » (« ‘pederastic’ slang ») et de prostitution masculine.

Ainsi, à partir de la fin du XIXe siècle et pendant tout le premier quart du XXe siècle, dans les discours dominants, « le modèle biomédical » de l’homosexualité renvoyait aux maux des civilisations avancées (qu’on dira « bourgeoises » après la Révolution), tandis que son explication par les causes sociales évolutionnistes renvoyait aux nations « arriérées » des marges de l’Empire.

La dépénalisation de l’homosexualité masculine par les bolchéviques, en 1922, correspond donc en fait, au moment de la brève heure de gloire de l’approche pathologisante de l’homosexualité, à « un geste révolutionnaire ambigu », basé sur l’idée que si l’homosexualité est une maladie, alors c’est la médecine, et non la loi, qui doit la prendre en charge. « Mais en réalité la science soviétique n’a jamais entièrement pu convaincre les bolcheviques de prendre les explications médicales de l’homosexualité au sérieux. L’opportunité de renvoyer l’homosexualité à des groupes sociaux ou à des idéologies opposés au Communisme, à  »l’Autre », était tout simplement trop séduisante pour la laisser passer ».

Après que Staline ait de nouveau criminalisé l’homosexualité en 1934, Maxime Gorky a justifié le changement de cap en opposant la santé et la vigueur du vaillant peuple russe à l’image d’une Allemagne nazie affaiblie, en proie « à l’homosexualité et aux autres maux de la civilisation : alcoolisme, syphilis, hystérie ».

« Par la suite, les condamnations soviétiques de l’homosexualité ont continué à l’attribuer à des contaminations venant de l’extérieur, avec une Russie naturelle et en bonne santé prise entre d’un côté des Européens corrompus par les maux du trop-plein de civilisation (alors reconceptualisés comme de la  »dégénérescence bourgeoise ») et de l’autre des peuples  »orientaux » dont l’organisation sociale les prédisposait à la  »pédérastie » ».

Selon Healey, c’est bien ce dont Rudy Bleys parlait lorsqu’il a forgé le concept de « géographie de la perversion » (Bleys, 1995) [2], pour décrire la double attitude des pays européens vis-à-vis de l’homosexualité, selon qu’ils l’attribuaient à une minorité d’individus au sein de la nation, ou aux peuples colonisés et à leur supposée « barbarie ».

De même, pour Healey, il faut relier cette conception géographique (et coloniale, donc) du concept de perversion à «  »une radicale et irréductible incohérence », une tension entre « minoriser » (« minoritising« ) et « universaliser » (« universalising« ) les conceptions occidentales de l’homosexualité » telle que l’a analysée Eve K. Sedgwick dans Épistémologie du placard (Sedgwick, 2008).

Notes :

[1]  Voir notamment les travaux sur ce thème de Simon Karlinsky, Konstantin K. Rotikov, Olga Zhuk, Laura Engelstein, Evgenii Bershtein.

[2] Voir également sur ce thème la recension faite par Rudy Bleys de l’essai de Robert Aldrich, Colonialism and Homosexuality, Routledge, 2003 : http://mrzine.monthlyreview.org/2010/bleys220210.html

Bibliographie :

  • Bleys Rudy, The Geography of Perversion: Male-to-Male Behavior Outside the West and the Ethnographic Imagination, 1750-1918, NYU Press, 1995.
  • Healey Dan, Homosexual Desire in Revolutionnary Russia: The Regulation of Sexual and Gender Dissent, University of Chicago Press, 2001.
  • Kon Igor, La culture sexuelle en Russie (Klubnichka na berezke. Seksual’naya kul’tura v Rossii), Vremia, 2010 (3e édition).
  • Sedgwick Kosovsky Eve, Epistémologie du placard, Amsterdam, Paris, 2008.

Sous les matraques, le genre? (I)

Discriminations sexistes et flexibilisation du genre dans la police

L’arrivée progressive des femmes dans la police a-t-elle semé un « trouble dans le genre » ? Voilà l’ambitieuse question que pose Geneviève Pruvost dans Profession : policier. Sexe : féminin[1].  Un livre lumineux et très fouillé, qui dénonce et dénude les machos des commissariats, et éclaire et rend hommage à ces femmes des temps (post)modernes, qui déjouent et combattent le sexisme institutionnalisé.

             Au cours du vingtième siècle, sous la pression des mouvements féministes, les femmes ont progressivement réussies à accéder aux différents postes de fonctionnaires de police. Dans les années 1930 tout d’abord où elles furent placées à doses homéopathiques  dans certains services puis progressivement dans l’ensemble des professions policières dans les années 70 à travers l’accès aux concours. Ces femmes contribuent alors à lever l’interdit anthropologique de mise à distance des femmes du port des armes et de la violence légale (Tabet, 1979). Elles ont ainsi jouées les trouble-fêtes dans ce métier d’ordre où les privilèges masculins furent pendant très longtemps inquestionnés. Ici, Geneviève Pruvost problématise cette révolution anthropologique restée assez discrète dans le champ des sciences sociales (elle remarque que seule une thèse sur le sujet a été produite dans les années 1980). Croisant sociologie des professions, de la police et du genre, elle questionne les effets d’un tel bouleversement ; en accédant aux carrières de police, les femmes ont-elles mis à mal l’ordre des genres? Les femmes doivent-elles se battre plus que les hommes pour rentrer, réussir et être reconnues dans le corps policier? Exercent-elles les mêmes tâches que les hommes ou bien l’interdit anthropologique du port des armes et d’usage de la violence la plus spectaculaire est-il sournoisement réinstauré après l’arrivée des femmes? En quoi la virilisation des corps et des caractères des femmes est-elle rendue nécessaire? Comment est-elle devenue une arme de résistance et de reconnaissance pour les policiers de sexe féminin? La porosité des genres dans la police est-elle totale?

Ce livre s’appuie sur 7 ans de recherches, l’approche privilégiée est clairement qualitative et allie plus de 128 récits de vie de 39 hommes et 79 femmes de tous grades, ainsi que plusieurs observations dans des écoles de police et postes de police-secours et police judiciaire de la région parisienne. D’un point de vue théorique, l’auteure s’engage dans une approche interactionniste très goffmanienne, tout en croisant les données qualitatives aux données plus quantitatives ; ce qui est rend l’étude très riche. L’auteure part du plus « macro » en décryptant les manières de se convertir au métier puis enclenche le « zoom » sociologique en dévoilant le travail quotidien des fonctionnaires de police. Elle nous invite finalement à rentrer par le trou de la serrure dans les coulisses de la profession et à voir comment, jusque dans les activités de relâchement, les femmes doivent jouer le jeu de la transgression de genre pour être reconnues.

I.  DISCRIMINATIONS SEXISTES : POLICE & RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE

         1. L’école de police : école de la « valence différentielle des sexes» ?

A plusieurs niveaux, la chercheuse montre combien l’école de police reproduit des règles sexuées par des principes naturalisants la différence des sexes, et notamment dans le port des armes. Ainsi, au niveau des cours de tir, les femmes n’ont pas accès aux mêmes armes que les hommes et s’entrainent sur des armes différentes (sous prétexte d’arguments naturalistes du type : « les femmes ont de plus petites mains que les hommes ») ; ainsi elles sont dotées d’un pistolet à 5 coups (le Ruger) au lieu de 6, ce qui les oblige à recharger plus rapidement et les fait vaciller de leur cible. Cela vient confirmer l’interdit anthropologique du port des armes pour les femmes théorisé par Paola Tabet (Tabet, 1979). En usant de ruses de type naturalistes (les mains des filles sont plus petites a priori biologiquement ) la police s’assure du maintien de cet interdit coutumier. Les cours de self-défense sont également là pour dévaluer les compétences sportives des femmes par le biais de binômes homosexués qui alimentent la vision de plus grande vulnérabilité des femmes par rapport aux hommes et donc de l’impossibilité de duels homme-femme.

2. L’anatomie politique des patrouilles de police

            Pour ce qui est des rapports sociaux de sexe en situation de travail, Geneviève Pruvost montre également que se maintiennent plusieurs discriminations sexistes, malgré la prégnance d’autres hiérarchies et la nécessaire flexibilité du genre sur lesquels nous reviendrons plus tard.     L’exercice du « sale boulot », tel que la dépouille des corps lors de fouilles, obéit à des règles sexuées (des femmes ne peuvent pas fouiller des hommes et inversement). Ensuite, et c’est un élément primordial de l’action des policiers, deux femmes ne peuvent pas circuler en patrouille seules (ici encore, reconfiguration de préjugés naturalistes du type « les femmes sont plus vulnérables que les hommes »). Enfin, certaines brigades demeurent ségrégées sexuellement, c’est notamment le cas des CRS (Corps Républicain de Sécurité), où n’exercent que 0,3% de policiers de sexe féminin! « En 2005, cette direction ne compte que 41 agents féminins» (Pruvost, 2007, p. 107). De même, l’exercice des tâches et du travail policier demande une dévaluation des « valeurs féminines ». Les professions dans la police les plus proches des stéréotypes de genre associés au féminin sont dénigrées. Ainsi, Geneviève Pruvost note l’incompatibilité symbolique de la figure de la « donneuse de vie » avec l’image de « sale boulot » associé à la police ; « il faut lire dans ce refus policier de la maternité une profonde incompatibilité symbolique entre l’image de la femme donneuse de vie et celle de la femme témoin, annonciatrice et parfois donneuse de mort » (Pruvost, 2007, p. 246). Enfin, les excès des coulisses sont genrés et font l’objet d’une sexualisation. L’auteure montre en effet que le « deuxième cercle de la “maison des hommes” demeure ségrégé sexuellement », notamment lors d’affaires de harcèlement sexuel ou de viol qui peuvent faire l’objet d’une dénégation ou d’une requalification. C’est le cas de Mlle G., adjointe de sécurité victime de viol de la part d’un de ses collègues lors d’une permanence (Pruvost, 2007, p.273). Les entretiens avec les fonctionnaires de police du commissariat en question amènent diverses réactions ; la victime est jugée par ses collègues comme « complice » donc il n’y a pas eu viol, quand d’autres parlent de « débordements festifs ». Tout cela montre les « excès » sexistes des activités de relâchement, d’autant plus insidieux qu’ils prennent forme dans un cadre plus général (nous y reviendrons) d’injonction à la virilisation des corps et des esprits. L’ensemble a pour effet de mettre les femmes-victimes dans une position d’invisibilité. Le genre viril à l’honneur interdit tous signes de faiblesse, incompatible avec les impératifs de la profession. Les violences sexuelles sont donc ignorées.

3. Faire carrière : principe de «dissémination des femmes» et «chape de plomb»

             Le cas de la police étudiée par Geneviève Pruvost est un cas d’école pour la sociologie des professions et des rapports sociaux de sexe. En effet, l’auteure montre que,  contrairement aux autres professions, les femmes ne doivent pas faire face à un « plafond de verre » mais bien plutôt à une « chape de plomb ». En effet, les postes à commandement sont plus féminisés que les postes les plus proches du terrain et de la violence. Les grades de commissaires sont ainsi plus féminisés que ceux de gardiens de la paix. La discrimination s’effectue à la vue de tout un chacun mais prend une forme particulière. Pour comprendre ce phénomène, il faut revenir sur les deux principes présidant la gestion des bataillons de sexe féminin de la police.

Le principe de dissémination des femmes prévoit que ces dernières doivent être disséminées dans les services de police. Ce principe est sous-tendu par un autre principe évoqué plus haut : l’interdit pour deux femmes policiers de patrouiller en binôme féminin. Le principe de dissémination des femmes a pour objectif d’éviter les situations de patrouille où deux femmes pourraient se retrouver seules et devenir des « proies vulnérables ». Cette stratégie, visant à maintenir une égalité relative, se trouve donc mis à mal par le fait qu’il renforce un principe sexiste (deux femmes ne peuvent patrouiller seules) et est structurellement bloqué par deux autres principes. Tout d’abord, un des effets pervers (ou escompté?) est de mettre les femmes en position de minorité numérique, renforçant dès lors le principe viril de la profession. De même, cet état de fait bloque le désir de rotation et de mobilité interne des policiers de sexe féminin. Le cas de Mlle Ilieute (lieutenant, PJ, 29 ans) est parlant ; son choix de carrière, qui était de rentrer dans le Groupe de Répression du Banditisme, fut contraint par le fait qu’y étaient déjà présentes trop de femmes. Le chef de service comme les chefs de groupes ne prirent pas le risque de constituer un groupe avec deux femmes. « Mlle Ilieute s’est donc retrouvée en Section économique et Financière (SEF) » (Pruvost, 2007, p.111).

Le principe de chape de plomb, tel que mis en évidence par Geneviève Pruvost, repose selon moi sur deux axes. Tout d’abord, un axe vertical (c’est le noyau dur du livre et le fil rouge des démonstrations) : l’appropriation masculine des outils et des armes est sexuée (Tabet, 1979). Cet interdit central empêche l’accès des femmes aux services d’élite les plus prestigieux, ceux les mieux placés dans la hiérarchie de prestige de la profession. Le cas de Mlle Gardance est là aussi éloquent. Sportive de haut niveau, elle doit surmonter plusieurs étapes avant de devenir garde d’ambassade. Elle parvient finalement à ses fins, devant déjouer les ruses pour empêcher l’accès au poste ; on met en doute sa taille, puis ses résultats aux épreuves avant de finalement l’accepter (Pruvost, 2007, p.120). Ensuite, un axe horizontal : les femmes jouant sur des valeurs trop féminines voient certains postes leur être fermés. C’est le cas de Mme Garlieutu, affectée en unité de sécurité publique après avoir postulé au RAID et en BRB (Brigade de Répression du Banditisme) sans succès. « On m’a dit :vous êtes très bien, compétente, mais vous êtes femme et féminine et il vaut mieux être masculine pour entrer en PJ. Si on commence à avoir les cheveux longs » (Pruvost, 2007, p.123).

II. TROUBLES-GENRES DANS LA POLICE RÉPUBLICAINE. DES POLICIERS DE SEXE FEMININ «MUTANTES» OU «BATTANTES»?

            Cependant, toutes ces situations de sexuation, de rappel à l’ordre sexué engendrent de manière quasi mécanique des formes de résistance de la part des personnes qui les subissent. Geneviève Pruvost met en lumière ces actes de résistances ordinaires, réactivés par la situation de travail, qui nécessitent de la part de la chercheuse le port de lunettes infra-rouges, et d’un regard micro-sociologique alliant observation de terrain et récits de vie approfondis.

La flexibilisation sous contrainte du genre en situation professionnelle montre que les rapports sociaux de sexe vacillent sous la pression et les impératifs d’un métier qui demande de plus en plus aux frontières de genre d’être poreuses et aux bricolages identitaires d’être des performances de chaque instant. Néanmoins, ces nouvelles femmes « mutantes » n’en sont pas moins des résistantes et des « battantes », et les transgressions de genre encouragées par les situations et les interactions policières sont autant de mises à l’épreuve.

1.  L’école de police, école de la virilité et des transgressions de genre.

            Deux éléments permettent de nuancer le premier tableau et montrent que d’entrée de jeu, les plus « battantes » des « mutantes » arrivent à imposer l’égalité et troublent (sous conditions) le genre.

Geneviève Pruvost, contrairement à ce que nous avons pu avancer précédemment, ne plaide pas entièrement pour l’idée d’une école de la «valence différentielle des sexes» mais plutôt bien pour une école de la virilité. En effet, elle prend au sérieux le regard enchanté des élèves durant ces formations de police et s’interroge sur les éléments qui encouragent l’asexuation des corps et des caractères. Ainsi, un travail de virilisation des apprenti-e-s policiers, défaisant et reconfigurant le genre (en occurrence, viril) est requis par l’institution. L’encadrement militaire ainsi que le port de l’uniforme réglementaire dans ce lieu clos surveillé par des gardes, où cheveux courts ou chignons sont obligatoires, font de l’école un lieu où règne un « masculin neutre », asexué mais masculin. Tout fonctionne pour une marche au pas vers une asexuation/virilisation du corps professionnel : « Les corps se masculinisent insensiblement, par goût pour certaines, par pragmatisme pour d’autres » (Pruvost, 2007, p.60). De même, les stages sont de véritables mises à l’épreuve pour voir qui, des « battantes », arrivera à mettre à distance les stéréotypes de genre accolés au féminin et affronter les affaires de mort, les viols et les violences par une « virilisation » des esprits.

            2. Ces patrouilles qui « défont le genre » : la virilisation en situation

            Au niveau des interactions policières, Geneviève Pruvost montre également que plusieurs situations neutralisent les effets des rapports sociaux de sexe ou les font basculer à un second plan par l’adhésion au genre « viril » et l’asexuation du corps policier. En effet, à plusieurs niveaux, l’auteure montre que l’action policière est régie par d’autres hiérarchies ou fait l’objet d’un travail de résistance et de mise à distance du genre de la part des policiers de sexe féminin en situation.

Les hiérarchies présidant aux interactions sont dominées par des rapports organisationnels qui font du grade (et donc de la classe) et de l’âge des principes générateurs de l’action. Plusieurs éléments viennent appuyer cette idée. Ainsi, l’ancienneté (souvent liée à l’âge) préside en grande partie la trame des interactions et met au second plan les rapports sociaux de sexe. Au niveau du fonctionnement des patrouilles de police, la place dans les voitures de police est là aussi symboliquement hiérarchisée. Le/la plus jeune endosse la place du «sac de sable» à l’arrière, la plus mauvaise place, celle en contact direct avec les prévenu-e-s tandis que les ancien-nes prennent place à l’avant du véhicule. De même, la manière dont se déroulent les auditions des prévenus est significative ; là-aussi, les hiérarchies d’âge et d’ancienneté déterminent les conduites des agents. Geneviève Pruvost prend l’exemple d’une opération menée par la Brigade de Répression du Banditisme ; opération de grande envergure avec mise sous écoute d’un receleur et de ses collaborateurs pendant plusieurs semaines. Une fois arrêtés, les suspects font l’objet d’une audition. Dès lors s’instaure une division du travail en fonction de l’ancienneté. Ainsi, l’audition la plus gratifiante, celle du receleur, est menée par un commandant « qui a de la bouteille », un ancien qui a les faveurs tandis que les auditions des complices et des petites mains sont réservées à d’autres, issus de promotions et de concours internes. «Je n’aurai jamais pu interroger des crapauds pareils [déclare le commandant en charge de l’audition du receleur en parlant des complices]. Il légitime ainsi la division entre le travail prestigieux (l’audition du receleur) et le travail peu valorisant (l’audition de ses complices, la «racaille») entre travail réservé aux anciens et travail réservé aux jeunes policiers » (Pruvost, 2007, p.182).

Ensuite, le travail de résistance, la capacité d’agir, l’empowerment pourrait-on dire, des policiers de sexe féminin est manifeste dans plusieurs contextes et révèle que le genre est un enjeu de lutte à réitérer en permanence pour les policiers de sexe féminin. Le cas de Mlle Gardia (gardien de la paix, SP, 26ans) est à ce titre exemplaire. Lors d’une affaire de différent familial (violences conjugales), où sont appelés en urgence une patrouille composée de Mlle Gardia et deux co-équipiers, la jeune gardienne de paix redouble d’efforts pour mettre à distance les stéréotypes de sexe et performer le genre «viril». Ainsi, lorsque la patrouille se retrouve sur les lieux du drame, Mlle Gardia ne jette pas un seul regard aux enfants du couple et c’est Mr Gardor qui finit pas s’occuper d’eux. Sur le chemin du commissariat se pose le problème du transport des enfants, Mr Gardor prend le nourrisson dans les bras tandis que la mère porte ses valises. Mlle Gardia montre son refus manifeste de porter le dernier enfant et c’est la sociologue qui fait les frais des tentatives d’assignations de sexe puisqu’elle finit par porter l’enfant. Cette interaction montre la réussite de Mlle Gardia de contrer les assignations de sexe par une performance du genre viril. Geneviève Pruvost note ainsi que « les femmes accomplissent […] un véritable travail de neutralisation des situations en limitant tous gestes et toutes paroles susceptibles de les faire correspondre aux stéréotypes de sexe attendus d’elles » (Pruvost, 2007, p.192-193).

            3. Les coulisses du métier : se battre même dans les activités de relâchement

            Geneviève Pruvost rentre également dans les « coulisses du métier », et montre que là également, les injonctions à la transgression de genre pour les policiers de sexe féminin sont incessantes. Testées, ces policiers d’un genre nouveau doivent se battre et redoubler d’effort pour être reconnue a égalité et échapper aux discriminations en performant le genre «viril».

            Pour décompresser et mettre de coté le «sale boulot», les policiers de sexe féminin pourraient user de stratégies essentialistes (arborer un sourire indéfectible ou prendre congé dans une vie de famille maternante et jouer sur la féminité comme échappatoire aux horreurs du quotidien policier). Or, Geneviève Pruvost montre qu’il n’en est rien. Ainsi, la participation active aux blagues à caractère sexuel est monnaie courante pour les policiers de sexe féminin et montre leurs efforts de performance du genre viril. Ici, Geneviève Pruvost évoque une brigadière s’exclamant : «Putain ces jambons. Venez voir», lorsqu’une femme en minijupe passe dans la rue. Là, elle évoque Mlle Lieutac, 36 ans, lieutenant de sexe féminin qui commente le week-end d’un gardien de la paix avec sa comparse : «C’est sur qu’il n’est pas sorti, il n’a fait que rentrer (rires)»  (Pruvost, 2007, p.261).  Ces blagues et cet humour à caractère sexuel remplit une fonction bien précise, celle de viriliser et dans le même temps de désexualiser ces femmes d’un nouveau genre. Le cas de Mlle Lieutec vient le confirmer : femme aux tendances exhibitionnistes, extravertie et consommatrice d’alcool, elle ne craint pas les avances et assume des tenues très osées dans les vestiaires (peau de panthères, tissus tigrés) mais « l’exubérance et la frivolité physique de Mlle Lieutec ne sont pas interprétées comme des offres sexuelles » (Pruvost, 2007, p.263). Cette image en rappelle une autre dans les représentations policières, celle d’une scène de Robocop (scène plébiscitée par plusieurs policiers selon l’auteure) où hommes et femmes prennent leur douche et se changent dans les même vestiaires, sans qu’une quelconque suspicion ou pudeur sexuelle vienne mettre à mal ce fragile équilibre sexué. « En matière de sexualisation, un dernier point doit être abordé : la participation des femmes à cette activité de coulisse typiquement virile peut très paradoxalement conduire à la mise à distance même de l’activité sexuelle. La lubricité banalisée se désexualise. » (Pruvost, 2007, p.262).

            Conclusion – Le grand strip-tease : sous l’uniforme, le mauvais genre de la police  républicaine.

Dans ce livre audacieux et très riche, la chercheuse nous invite à mettre à nu un des emblèmes de la république française. Ce sont surtout les idéaux égalitaires qui la sous-tendent qui sont remis en question. Même si le mot n’est pas prononcé clairement, l’auteure questionne le maintien des discriminations (et donc des processus de sexuation) à caractère sexiste tout autant que l’érosion des frontières de genre rendue nécessaire par le travail policier. C’est donc un double strip-tease de la République et de la société française. Ici, sont dévoilés d’une part la permanence des rapports sociaux de sexe et d’autre part l’inéluctable (et bénéfique) porosité des frontières de genre. Aujourd’hui mise à nu tant par les minorités sexuées et sexuelles que par les minorités « raciales » (Guénif-Souilamas, 2006), la République doit donc avec cet ouvrage se regarder en face. Ses fonctionnaires de police doivent bel et bien jongler entre discriminations sexistes et performances transgenres pour atteindre l’égalité. Troubles-genre, les femmes-policiers sont aussi trouble-fête et remettent progressivement en cause le monopole masculin du port des armes et de la « violence physique légitime ». Par le travail en urgence ou le maintien d’autres hiérarchies (classe, âge), les policiers de sexe féminin trouvent autant d’opportunités de montrer qu’elles savent se battre et résister aux discriminations.

Cependant, au terme de cet épopée, il convient de retenir plusieurs faits marquants qui montrent que l’égalité n’est pas encore de mise : deux policiers de sexe féminin ne peuvent pas patrouiller ensemble, la minorisation numérique des femmes dans les services perdure, et le corps de CRS reste un bastion quasi exclusivement masculin. De même, la flexibilité des genres n’a pas engendré une même flexibilité des sexualités, et bon gré, mal gré, les normes de genre comme de sexualités, même si elles sont en voie de mutation, ne sont pas pour autant remises en cause dans la police. Il faut voir également dans les points aveugles d’une  recherche d’une telle envergure – notamment la non problématisation des rapports sociaux ethnico/raciaux- une vraie richesse permettant de rebondir et de formuler d’autres questionnements. Ainsi, comment le genre de la police – et la norme virile – agit en retour sur le cadrage des interpellations? Le racisme ordinaire (Jobard, 2006) des policiers se nourrit-il d’une grille sexuée (Mainsant, 2008) ?  La mise au « placard » des violences à caractère sexuelles ou sexistes au sein de l’institution permet-elle de comprendre en retour les logiques du jugement policier , notamment des violences sexuelles? Matrice hétéro-sexiste et genre viril érigés comme normes au sein de l’institution vont-ils de pair avec des privilèges blancs – un blanc-iarcat pourrait-on dire- et un pouvoir discrétionnaire hétéro-raciste ?

BIBLIOGRAPHIE 

BUTLER Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, (trad. KRAUSS Cynthia), Paris, La découverte, 2005, (1990)

– GUENIF-SOUILAMAS Nacira (dir.), La république mise à nu par son immigration, Paris, Ed. La Fabrique, 2006

– HERITIER Françoise, Masculin-Féminin, Paris, Odile Jacob, 1996

– TABET Paola, « Les mains, les outils, les armes», L’Homme, n°3-4, 1979, p.5-61

– JOBARD Fabien, « Police, justice et discriminations raciales » in FASSIN Didier, FASSIN Eric (dir.), De la question sociale à la question raciale?, Paris, La découverte, 2006 p.211-229,

– MAINSANT Gwenaëlle, « L’Etat en action : classements et hiérarchies dans les investigations policières en matière de proxénétisme », Sociétés contemporaines, n°72, 2008/4

– PRUVOST Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, , Maison des sciences de l’homme, Ethnologie de la France, 2007

– PRUVOST Geneviève, De la «sergote» à la femme flic. Pour une autre histoire de l’institution policière, Paris, La découverte, 2008

– PRUVOST Geneviève, L’accès des femmes à la violence légale, thèse de doctorat soutenue à l’EHESS, 2005


[1]  G. PRUVOST, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Editions de la MSH, 2007, 307p.