Sous les matraques, le genre? (I)

Discriminations sexistes et flexibilisation du genre dans la police

L’arrivée progressive des femmes dans la police a-t-elle semé un « trouble dans le genre » ? Voilà l’ambitieuse question que pose Geneviève Pruvost dans Profession : policier. Sexe : féminin[1].  Un livre lumineux et très fouillé, qui dénonce et dénude les machos des commissariats, et éclaire et rend hommage à ces femmes des temps (post)modernes, qui déjouent et combattent le sexisme institutionnalisé.

Au cours du vingtième siècle, sous la pression des mouvements féministes, les femmes ont progressivement réussies à accéder aux différents postes de fonctionnaires de police. Dans les années 1930 tout d’abord où elles furent placées à doses homéopathiques  dans certains services puis progressivement dans l’ensemble des professions policières dans les années 70 à travers l’accès aux concours. Ces femmes contribuent alors à lever l’interdit anthropologique de mise à distance des femmes du port des armes et de la violence légale (Tabet, 1979). Elles ont ainsi jouées les trouble-fêtes dans ce métier d’ordre où les privilèges masculins furent pendant très longtemps inquestionnés. Ici, Geneviève Pruvost problématise cette révolution anthropologique restée assez discrète dans le champ des sciences sociales (elle remarque que seule une thèse sur le sujet a été produite dans les années 1980). Croisant sociologie des professions, de la police et du genre, elle questionne les effets d’un tel bouleversement ; en accédant aux carrières de police, les femmes ont-elles mis à mal l’ordre des genres? Les femmes doivent-elles se battre plus que les hommes pour rentrer, réussir et être reconnues dans le corps policier? Exercent-elles les mêmes tâches que les hommes ou bien l’interdit anthropologique du port des armes et d’usage de la violence la plus spectaculaire est-il sournoisement réinstauré après l’arrivée des femmes? En quoi la virilisation des corps et des caractères des femmes est-elle rendue nécessaire? Comment est-elle devenue une arme de résistance et de reconnaissance pour les policiers de sexe féminin? La porosité des genres dans la police est-elle totale?

Ce livre s’appuie sur 7 ans de recherches, l’approche privilégiée est clairement qualitative et allie plus de 128 récits de vie de 39 hommes et 79 femmes de tous grades, ainsi que plusieurs observations dans des écoles de police et postes de police-secours et police judiciaire de la région parisienne. D’un point de vue théorique, l’auteure s’engage dans une approche interactionniste très goffmanienne, tout en croisant les données qualitatives aux données plus quantitatives ; ce qui est rend l’étude très riche. L’auteure part du plus « macro » en décryptant les manières de se convertir au métier puis enclenche le « zoom » sociologique en dévoilant le travail quotidien des fonctionnaires de police. Elle nous invite finalement à rentrer par le trou de la serrure dans les coulisses de la profession et à voir comment, jusque dans les activités de relâchement, les femmes doivent jouer le jeu de la transgression de genre pour être reconnues.

I.  DISCRIMINATIONS SEXISTES : POLICE & RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE

         1. L’école de police : école de la « valence différentielle des sexes» ?

A plusieurs niveaux, la chercheuse montre combien l’école de police reproduit des règles sexuées par des principes naturalisants la différence des sexes, et notamment dans le port des armes. Ainsi, au niveau des cours de tir, les femmes n’ont pas accès aux mêmes armes que les hommes et s’entrainent sur des armes différentes (sous prétexte d’arguments naturalistes du type : « les femmes ont de plus petites mains que les hommes ») ; ainsi elles sont dotées d’un pistolet à 5 coups (le Ruger) au lieu de 6, ce qui les oblige à recharger plus rapidement et les fait vaciller de leur cible. Cela vient confirmer l’interdit anthropologique du port des armes pour les femmes théorisé par Paola Tabet (Tabet, 1979). En usant de ruses de type naturalistes (les mains des filles sont plus petites a priori biologiquement ) la police s’assure du maintien de cet interdit coutumier. Les cours de self-défense sont également là pour dévaluer les compétences sportives des femmes par le biais de binômes homosexués qui alimentent la vision de plus grande vulnérabilité des femmes par rapport aux hommes et donc de l’impossibilité de duels homme-femme.

2. L’anatomie politique des patrouilles de police

            Pour ce qui est des rapports sociaux de sexe en situation de travail, Geneviève Pruvost montre également que se maintiennent plusieurs discriminations sexistes, malgré la prégnance d’autres hiérarchies et la nécessaire flexibilité du genre sur lesquels nous reviendrons plus tard.     L’exercice du « sale boulot », tel que la dépouille des corps lors de fouilles, obéit à des règles sexuées (des femmes ne peuvent pas fouiller des hommes et inversement). Ensuite, et c’est un élément primordial de l’action des policiers, deux femmes ne peuvent pas circuler en patrouille seules (ici encore, reconfiguration de préjugés naturalistes du type « les femmes sont plus vulnérables que les hommes »). Enfin, certaines brigades demeurent ségrégées sexuellement, c’est notamment le cas des CRS (Corps Républicain de Sécurité), où n’exercent que 0,3% de policiers de sexe féminin! « En 2005, cette direction ne compte que 41 agents féminins» (Pruvost, 2007, p. 107). De même, l’exercice des tâches et du travail policier demande une dévaluation des « valeurs féminines ». Les professions dans la police les plus proches des stéréotypes de genre associés au féminin sont dénigrées. Ainsi, Geneviève Pruvost note l’incompatibilité symbolique de la figure de la « donneuse de vie » avec l’image de « sale boulot » associé à la police ; « il faut lire dans ce refus policier de la maternité une profonde incompatibilité symbolique entre l’image de la femme donneuse de vie et celle de la femme témoin, annonciatrice et parfois donneuse de mort » (Pruvost, 2007, p. 246). Enfin, les excès des coulisses sont genrés et font l’objet d’une sexualisation. L’auteure montre en effet que le « deuxième cercle de la “maison des hommes” demeure ségrégé sexuellement », notamment lors d’affaires de harcèlement sexuel ou de viol qui peuvent faire l’objet d’une dénégation ou d’une requalification. C’est le cas de Mlle G., adjointe de sécurité victime de viol de la part d’un de ses collègues lors d’une permanence (Pruvost, 2007, p.273). Les entretiens avec les fonctionnaires de police du commissariat en question amènent diverses réactions ; la victime est jugée par ses collègues comme « complice » donc il n’y a pas eu viol, quand d’autres parlent de « débordements festifs ». Tout cela montre les « excès » sexistes des activités de relâchement, d’autant plus insidieux qu’ils prennent forme dans un cadre plus général (nous y reviendrons) d’injonction à la virilisation des corps et des esprits. L’ensemble a pour effet de mettre les femmes-victimes dans une position d’invisibilité. Le genre viril à l’honneur interdit tous signes de faiblesse, incompatible avec les impératifs de la profession. Les violences sexuelles sont donc ignorées.

3. Faire carrière : principe de «dissémination des femmes» et «chape de plomb»

             Le cas de la police étudiée par Geneviève Pruvost est un cas d’école pour la sociologie des professions et des rapports sociaux de sexe. En effet, l’auteure montre que,  contrairement aux autres professions, les femmes ne doivent pas faire face à un « plafond de verre » mais bien plutôt à une « chape de plomb ». En effet, les postes à commandement sont plus féminisés que les postes les plus proches du terrain et de la violence. Les grades de commissaires sont ainsi plus féminisés que ceux de gardiens de la paix. La discrimination s’effectue à la vue de tout un chacun mais prend une forme particulière. Pour comprendre ce phénomène, il faut revenir sur les deux principes présidant la gestion des bataillons de sexe féminin de la police.

Le principe de dissémination des femmes prévoit que ces dernières doivent être disséminées dans les services de police. Ce principe est sous-tendu par un autre principe évoqué plus haut : l’interdit pour deux femmes policiers de patrouiller en binôme féminin. Le principe de dissémination des femmes a pour objectif d’éviter les situations de patrouille où deux femmes pourraient se retrouver seules et devenir des « proies vulnérables ». Cette stratégie, visant à maintenir une égalité relative, se trouve donc mis à mal par le fait qu’il renforce un principe sexiste (deux femmes ne peuvent patrouiller seules) et est structurellement bloqué par deux autres principes. Tout d’abord, un des effets pervers (ou escompté?) est de mettre les femmes en position de minorité numérique, renforçant dès lors le principe viril de la profession. De même, cet état de fait bloque le désir de rotation et de mobilité interne des policiers de sexe féminin. Le cas de Mlle Ilieute (lieutenant, PJ, 29 ans) est parlant ; son choix de carrière, qui était de rentrer dans le Groupe de Répression du Banditisme, fut contraint par le fait qu’y étaient déjà présentes trop de femmes. Le chef de service comme les chefs de groupes ne prirent pas le risque de constituer un groupe avec deux femmes. « Mlle Ilieute s’est donc retrouvée en Section économique et Financière (SEF) » (Pruvost, 2007, p.111).

Le principe de chape de plomb, tel que mis en évidence par Geneviève Pruvost, repose selon moi sur deux axes. Tout d’abord, un axe vertical (c’est le noyau dur du livre et le fil rouge des démonstrations) : l’appropriation masculine des outils et des armes est sexuée (Tabet, 1979). Cet interdit central empêche l’accès des femmes aux services d’élite les plus prestigieux, ceux les mieux placés dans la hiérarchie de prestige de la profession. Le cas de Mlle Gardance est là aussi éloquent. Sportive de haut niveau, elle doit surmonter plusieurs étapes avant de devenir garde d’ambassade. Elle parvient finalement à ses fins, devant déjouer les ruses pour empêcher l’accès au poste ; on met en doute sa taille, puis ses résultats aux épreuves avant de finalement l’accepter (Pruvost, 2007, p.120). Ensuite, un axe horizontal : les femmes jouant sur des valeurs trop féminines voient certains postes leur être fermés. C’est le cas de Mme Garlieutu, affectée en unité de sécurité publique après avoir postulé au RAID et en BRB (Brigade de Répression du Banditisme) sans succès. « On m’a dit :vous êtes très bien, compétente, mais vous êtes femme et féminine et il vaut mieux être masculine pour entrer en PJ. Si on commence à avoir les cheveux longs” » (Pruvost, 2007, p.123).

II. TROUBLES-GENRES DANS LA POLICE RÉPUBLICAINE. DES POLICIERS DE SEXE FEMININ «MUTANTES» OU «BATTANTES»?

            Cependant, toutes ces situations de sexuation, de rappel à l’ordre sexué engendrent de manière quasi mécanique des formes de résistance de la part des personnes qui les subissent. Geneviève Pruvost met en lumière ces actes de résistances ordinaires, réactivés par la situation de travail, qui nécessitent de la part de la chercheuse le port de lunettes infra-rouges, et d’un regard micro-sociologique alliant observation de terrain et récits de vie approfondis.

La flexibilisation sous contrainte du genre en situation professionnelle montre que les rapports sociaux de sexe vacillent sous la pression et les impératifs d’un métier qui demande de plus en plus aux frontières de genre d’être poreuses et aux bricolages identitaires d’être des performances de chaque instant. Néanmoins, ces nouvelles femmes « mutantes » n’en sont pas moins des résistantes et des « battantes », et les transgressions de genre encouragées par les situations et les interactions policières sont autant de mises à l’épreuve.

1.  L’école de police, école de la virilité et des transgressions de genre.

            Deux éléments permettent de nuancer le premier tableau et montrent que d’entrée de jeu, les plus « battantes » des « mutantes » arrivent à imposer l’égalité et troublent (sous conditions) le genre.

Geneviève Pruvost, contrairement à ce que nous avons pu avancer précédemment, ne plaide pas entièrement pour l’idée d’une école de la «valence différentielle des sexes» mais plutôt bien pour une école de la virilité. En effet, elle prend au sérieux le regard enchanté des élèves durant ces formations de police et s’interroge sur les éléments qui encouragent l’asexuation des corps et des caractères. Ainsi, un travail de virilisation des apprenti-e-s policiers, défaisant et reconfigurant le genre (en occurrence, viril) est requis par l’institution. L’encadrement militaire ainsi que le port de l’uniforme réglementaire dans ce lieu clos surveillé par des gardes, où cheveux courts ou chignons sont obligatoires, font de l’école un lieu où règne un « masculin neutre », asexué mais masculin. Tout fonctionne pour une marche au pas vers une asexuation/virilisation du corps professionnel : « Les corps se masculinisent insensiblement, par goût pour certaines, par pragmatisme pour d’autres » (Pruvost, 2007, p.60). De même, les stages sont de véritables mises à l’épreuve pour voir qui, des « battantes », arrivera à mettre à distance les stéréotypes de genre accolés au féminin et affronter les affaires de mort, les viols et les violences par une « virilisation » des esprits.

            2. Ces patrouilles qui « défont le genre » : la virilisation en situation

            Au niveau des interactions policières, Geneviève Pruvost montre également que plusieurs situations neutralisent les effets des rapports sociaux de sexe ou les font basculer à un second plan par l’adhésion au genre « viril » et l’asexuation du corps policier. En effet, à plusieurs niveaux, l’auteure montre que l’action policière est régie par d’autres hiérarchies ou fait l’objet d’un travail de résistance et de mise à distance du genre de la part des policiers de sexe féminin en situation.

Les hiérarchies présidant aux interactions sont dominées par des rapports organisationnels qui font du grade (et donc de la classe) et de l’âge des principes générateurs de l’action. Plusieurs éléments viennent appuyer cette idée. Ainsi, l’ancienneté (souvent liée à l’âge) préside en grande partie la trame des interactions et met au second plan les rapports sociaux de sexe. Au niveau du fonctionnement des patrouilles de police, la place dans les voitures de police est là aussi symboliquement hiérarchisée. Le/la plus jeune endosse la place du «sac de sable» à l’arrière, la plus mauvaise place, celle en contact direct avec les prévenu-e-s tandis que les ancien-nes prennent place à l’avant du véhicule. De même, la manière dont se déroulent les auditions des prévenus est significative ; là-aussi, les hiérarchies d’âge et d’ancienneté déterminent les conduites des agents. Geneviève Pruvost prend l’exemple d’une opération menée par la Brigade de Répression du Banditisme ; opération de grande envergure avec mise sous écoute d’un receleur et de ses collaborateurs pendant plusieurs semaines. Une fois arrêtés, les suspects font l’objet d’une audition. Dès lors s’instaure une division du travail en fonction de l’ancienneté. Ainsi, l’audition la plus gratifiante, celle du receleur, est menée par un commandant « qui a de la bouteille », un ancien qui a les faveurs tandis que les auditions des complices et des petites mains sont réservées à d’autres, issus de promotions et de concours internes. «Je n’aurai jamais pu interroger des crapauds pareils” [déclare le commandant en charge de l’audition du receleur en parlant des complices]. Il légitime ainsi la division entre le travail prestigieux (l’audition du receleur) et le travail peu valorisant (l’audition de ses complices, la «racaille») entre travail réservé aux anciens et travail réservé aux jeunes policiers » (Pruvost, 2007, p.182).

Ensuite, le travail de résistance, la capacité d’agir, l’empowerment pourrait-on dire, des policiers de sexe féminin est manifeste dans plusieurs contextes et révèle que le genre est un enjeu de lutte à réitérer en permanence pour les policiers de sexe féminin. Le cas de Mlle Gardia (gardien de la paix, SP, 26ans) est à ce titre exemplaire. Lors d’une affaire de différent familial (violences conjugales), où sont appelés en urgence une patrouille composée de Mlle Gardia et deux co-équipiers, la jeune gardienne de paix redouble d’efforts pour mettre à distance les stéréotypes de sexe et performer le genre «viril». Ainsi, lorsque la patrouille se retrouve sur les lieux du drame, Mlle Gardia ne jette pas un seul regard aux enfants du couple et c’est Mr Gardor qui finit pas s’occuper d’eux. Sur le chemin du commissariat se pose le problème du transport des enfants, Mr Gardor prend le nourrisson dans les bras tandis que la mère porte ses valises. Mlle Gardia montre son refus manifeste de porter le dernier enfant et c’est la sociologue qui fait les frais des tentatives d’assignations de sexe puisqu’elle finit par porter l’enfant. Cette interaction montre la réussite de Mlle Gardia de contrer les assignations de sexe par une performance du genre viril. Geneviève Pruvost note ainsi que « les femmes accomplissent […] un véritable travail de neutralisation des situations en limitant tous gestes et toutes paroles susceptibles de les faire correspondre aux stéréotypes de sexe attendus d’elles » (Pruvost, 2007, p.192-193).

            3. Les coulisses du métier : se battre même dans les activités de relâchement

            Geneviève Pruvost rentre également dans les « coulisses du métier », et montre que là également, les injonctions à la transgression de genre pour les policiers de sexe féminin sont incessantes. Testées, ces policiers d’un genre nouveau doivent se battre et redoubler d’effort pour être reconnue a égalité et échapper aux discriminations en performant le genre «viril».

            Pour décompresser et mettre de coté le «sale boulot», les policiers de sexe féminin pourraient user de stratégies essentialistes (arborer un sourire indéfectible ou prendre congé dans une vie de famille maternante et jouer sur la féminité comme échappatoire aux horreurs du quotidien policier). Or, Geneviève Pruvost montre qu’il n’en est rien. Ainsi, la participation active aux blagues à caractère sexuel est monnaie courante pour les policiers de sexe féminin et montre leurs efforts de performance du genre viril. Ici, Geneviève Pruvost évoque une brigadière s’exclamant : «Putain ces jambons. Venez voir», lorsqu’une femme en minijupe passe dans la rue. Là, elle évoque Mlle Lieutac, 36 ans, lieutenant de sexe féminin qui commente le week-end d’un gardien de la paix avec sa comparse : «C’est sur qu’il n’est pas sorti, il n’a fait que rentrer (rires)»  (Pruvost, 2007, p.261).  Ces blagues et cet humour à caractère sexuel remplit une fonction bien précise, celle de viriliser et dans le même temps de désexualiser ces femmes d’un nouveau genre. Le cas de Mlle Lieutec vient le confirmer : femme aux tendances exhibitionnistes, extravertie et consommatrice d’alcool, elle ne craint pas les avances et assume des tenues très osées dans les vestiaires (peau de panthères, tissus tigrés) mais « l’exubérance et la frivolité physique de Mlle Lieutec ne sont pas interprétées comme des offres sexuelles » (Pruvost, 2007, p.263). Cette image en rappelle une autre dans les représentations policières, celle d’une scène de Robocop (scène plébiscitée par plusieurs policiers selon l’auteure) où hommes et femmes prennent leur douche et se changent dans les même vestiaires, sans qu’une quelconque suspicion ou pudeur sexuelle vienne mettre à mal ce fragile équilibre sexué. « En matière de sexualisation, un dernier point doit être abordé : la participation des femmes à cette activité de coulisse typiquement virile peut très paradoxalement conduire à la mise à distance même de l’activité sexuelle. La lubricité banalisée se désexualise. » (Pruvost, 2007, p.262).

            Conclusion – Le grand strip-tease : sous l’uniforme, le mauvais genre de la police  républicaine.

Dans ce livre audacieux et très riche, la chercheuse nous invite à mettre à nu un des emblèmes de la république française. Ce sont surtout les idéaux égalitaires qui la sous-tendent qui sont remis en question. Même si le mot n’est pas prononcé clairement, l’auteure questionne le maintien des discriminations (et donc des processus de sexuation) à caractère sexiste tout autant que l’érosion des frontières de genre rendue nécessaire par le travail policier. C’est donc un double strip-tease de la République et de la société française. Ici, sont dévoilés d’une part la permanence des rapports sociaux de sexe et d’autre part l’inéluctable (et bénéfique) porosité des frontières de genre. Aujourd’hui mise à nu tant par les minorités sexuées et sexuelles que par les minorités « raciales » (Guénif-Souilamas, 2006), la République doit donc avec cet ouvrage se regarder en face. Ses fonctionnaires de police doivent bel et bien jongler entre discriminations sexistes et performances transgenres pour atteindre l’égalité. Troubles-genre, les femmes-policiers sont aussi trouble-fête et remettent progressivement en cause le monopole masculin du port des armes et de la « violence physique légitime ». Par le travail en urgence ou le maintien d’autres hiérarchies (classe, âge), les policiers de sexe féminin trouvent autant d’opportunités de montrer qu’elles savent se battre et résister aux discriminations.

Cependant, au terme de cet épopée, il convient de retenir plusieurs faits marquants qui montrent que l’égalité n’est pas encore de mise : deux policiers de sexe féminin ne peuvent pas patrouiller ensemble, la minorisation numérique des femmes dans les services perdure, et le corps de CRS reste un bastion quasi exclusivement masculin. De même, la flexibilité des genres n’a pas engendré une même flexibilité des sexualités, et bon gré, mal gré, les normes de genre comme de sexualités, même si elles sont en voie de mutation, ne sont pas pour autant remises en cause dans la police. Il faut voir également dans les points aveugles d’une  recherche d’une telle envergure – notamment la non problématisation des rapports sociaux ethnico/raciaux- une vraie richesse permettant de rebondir et de formuler d’autres questionnements. Ainsi, comment le genre de la police – et la norme virile – agit en retour sur le cadrage des interpellations? Le racisme ordinaire (Jobard, 2006) des policiers se nourrit-il d’une grille sexuée (Mainsant, 2008) ?  La mise au « placard » des violences à caractère sexuelles ou sexistes au sein de l’institution permet-elle de comprendre en retour les logiques du jugement policier , notamment des violences sexuelles? Matrice hétéro-sexiste et genre viril érigés comme normes au sein de l’institution vont-ils de pair avec des privilèges blancs – un blanc-iarcat pourrait-on dire- et un pouvoir discrétionnaire hétéro-raciste ?

BIBLIOGRAPHIE 

BUTLER Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, (trad. KRAUSS Cynthia), Paris, La découverte, 2005, (1990)

– GUENIF-SOUILAMAS Nacira (dir.), La république mise à nu par son immigration, Paris, Ed. La Fabrique, 2006

– HERITIER Françoise, Masculin-Féminin, Paris, Odile Jacob, 1996

– TABET Paola, « Les mains, les outils, les armes», L’Homme, n°3-4, 1979, p.5-61

– JOBARD Fabien, « Police, justice et discriminations raciales » in FASSIN Didier, FASSIN Eric (dir.), De la question sociale à la question raciale?, Paris, La découverte, 2006 p.211-229,

– MAINSANT Gwenaëlle, « L’Etat en action : classements et hiérarchies dans les investigations policières en matière de proxénétisme », Sociétés contemporaines, n°72, 2008/4

– PRUVOST Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, , Maison des sciences de l’homme, Ethnologie de la France, 2007

– PRUVOST Geneviève, De la «sergote» à la femme flic. Pour une autre histoire de l’institution policière, Paris, La découverte, 2008

– PRUVOST Geneviève, L’accès des femmes à la violence légale, thèse de doctorat soutenue à l’EHESS, 2005


[1]  G. PRUVOST, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Editions de la MSH, 2007, 307p.