Représenter le corps socialiste : l’exemple du peintre A. Deïneka (1899-1969)

Quelles visions des genres et quels types de désirs le réalisme socialiste soviétique met-il en scène ? 

En URSS, dès 1934, la doctrine du « réalisme socialiste » fonctionne comme un ensemble de normes esthétiques contraignantes dans le domaine des arts visuels. Sensé être le point de départ de tout acte de création artistique, « fondé sur la vision marxiste-léniniste du monde », officiellement, « le réalisme socialiste encourage les efforts des artistes et les aide à définir des formes et des styles divers en harmonie avec leurs inclinations personnelles [leur point de vue communiste] » [1]. Mais constitue-t-il pour autant l’aboutissement univoque de toute production dans le domaine des arts plastiques ? Sans qu’il s’agisse ici de trancher le débat entre, d’une part, l’école historiographique dite « totalitarienne » – qui insiste sur la subordination totale de la sphère artistique au pouvoir politique – et, d’autre part, les interprétations reconnaissant une plus grande marge de manœuvre aux artistes soviétiques, on notera que l’ensemble des œuvres rassemblées sous l’étiquette « réalisme socialiste » ne saurait être résumé à son programme « intelligibilité et lisibilité immédiates » [2]. Correspondant à un ensemble de canons – dont celui, central, du corps prolétaire, jeune, musclé et en bonne santé –, fait de passages obligés – le corps au travail, le corps sportif, et, semble-t-il dans une moindre mesure, le corps guerrier [3]–, le corpus du réalisme socialiste est aussi traversé par une recherche esthétique qui en permanence compose et entre en tension avec la contrainte formelle, il comporte potentiellement différents niveaux de lecture.

Si les représentations à dimension « érotique », condamnées par les autorités, n’ont pas, en principe, leur place dans le réalisme socialiste, les représentations des corps nus ou dénudés sont possibles, « à titre marginal » [4], et, semble-t-il, dans la mesure où elle participe à une forme de glorification du corps prolétaire capté dans son rapport à la construction du socialisme : dans l’effort physique bien-sûr (avec toujours le triptyque travail, sport, guerre), mais aussi dans son rapport plus diffus à un style de vie (« Soviet way of life »), à un idéal, à un « avenir radieux » qui existerait déjà dans le présent.

L’œuvre d’Alexandre Deïneka (Александр Дейнека) (1899-1969), considéré comme l’un des peintres russes les plus importants du XXe siècle, et notamment au sein du courant du réalisme soviétique, me semble particulièrement intéressante du point de vue des études de genre. Je proposerai ici quelques pistes de réflexions autour de certaines de ses réalisations.

S’il est difficile de résumer son parcours en quelques lignes, on peut retenir son enthousiasme pour la Révolution de 1917, son admiration pour Vladimir Maïakovski, son rôle fondateur dans la création de l’Association des peintres de la Russie révolutionnaire, ses affiches de propagande (surtout dans les années 1920-30), ses monumentales peintures à thématique guerrière (dès 1928, avec sa célèbre Défense de Pétrograd, mais surtout pendant la « Grande guerre patriotique », dans les années 1940), et, élément crucial de son œuvre, ses nombreuses toiles centrées sur « la culture physique » (« fizkultura », nouvelle façon d’envisager la pratique sportive dans la novlangue et dans la pratique soviétique, sensée être basée sur les valeurs de l’égalité et du partage et non sur celles de l’individualisme et de la compétition [5]) et sur l’univers balnéaire (notamment dans les années 1930, et jusqu’à la fin de sa vie), enfin ses immenses mozaïques et plafonds peints décorant les bâtiments officiels et les stations de métro moscovites (après la guerre). Décoré par les plus hautes distinctions soviétiques (Artiste du peuple d’URSS, Héros du travail socialiste), il est aussi reconnu et récompensé dans le monde occidental, et s’il a pu être vu comme « le chantre du totalitarisme soviétique », il est plus resté à distance de l’art dit “idéologique” que certains de ses homologues comme Alexandre Guerassimov ou Isaak Brodski, et n’a jamais réalisé de portraits de dirigeants par exemple, se concentrant sur la représentation  du « peuple soviétique » [6].

 

Dans le Donbass. 1925.

Juste avant la descente à la mine. 1925.

La défense de Pétrograd. 1928.

Ces trois toiles ci-dessus sont parmi ses plus célèbres, et leurs thématiques sont emblématiques : travail et guerre. Cependant, reflétant la législation, le programme politique, et dans une certaine mesure la réalité de la Russie révolutionnaire des années 1920, ces tableaux ne les représentent pas comme des domaines réservés du masculin, comme en témoigne la silhouette de femme, à gauche, sur l’échafaudage de Dans le Donbass, et la rangée de femmes soldats au centre de La défense de Pétrograd (des bataillons féminins existaient effectivement dans l’Armée rouge).

Ainsi, de nombreuses toiles de Deïneka ont pour objet des femmes travaillant, entre elles, ou bien aux côtés d’hommes et effectuant le même travail qu’eux, y compris du travail physique, à l’usine, dans le bâtiment, etc. témoignant du programme d’inclusion des femmes dans le projet révolutionnaire, et permettant la déclinaison au féminin de la figure de “l’homme nouveau”.

Une énigme pour le vieillard. 1926.

Légende : “Tant de bonnes femmes, et pas une seule en train de prier. Où est-ce que j’ai atterri ?”

A la presse. 1931.

Donbass. 1947.

Paisibles chantiers. 1959-60.

A la mer. 1957.

On voit dans ces exemples que les femmes conservent majoritairement un ou des attributs traditionnels de la “féminité” (robes, cheveux longs, foulards noués dans les cheveux, formes visibles et voire soulignées…).

Or, des chercheurs, cherchant à analyser la particularité des normes de genres en URSS par rapport à l’Occident, ont souligné l’existence de certaines normes de genre de type “androgyne” en Union Soviétique, d’une relative “asexuation”, effacement de la différence entre les sexes, qui auraient été mises en avant surtout de la Révolution à la période stalinienne, puis qui auraient coexisté avec d’autres normes soulignant au contraire la différence entre les sexes (mais sans pour autant valoriser une image sexualisée du corps féminin du type de celle qu’on connaît en Occident). Ces normes auraient été caractérisées par un alignement du féminin sur un modèle masculin valorisé, avec des corps de femmes “virilisés”, mis sur un plan d’égalité avec les corps masculins [7]. Ce type de représentation est présent dans l’œuvre de Deïneka, dans le domaine sportif.

Pratiquante de la culture physique. 1933.

Légende : “Travailler, construire, et sans se plaindre ! / Le chemin vers une nouvelle vie nous est tout tracé / Tu peux ne pas être un athlète, mais tu te dois de pratiquer la culture physique” (l’original est rimé).

Course de relai. 1947.

Gardien de but. 1934.

Jeunesse. 1961-62.

Coureuse du cent mètres. 1947.

Joueurs de hockey. 1959-60.

Basketball. 1964.

Dans ces exemples, hommes et femmes apparaissent globalement comme également beaux et musclés dans la pratique de la “culture physique”, prenant les uns comme les autres du plaisir dans l’effort. Cette “égalité dans la ressemblance” s’incarne de manière paradigmatique dans la mixité de la Course de relai, représentation qu’on a du mal à imaginer faire l’objet d’une célébration en Europe ou aux États-Unis à la même époque (1947) [8].

Cette thématique de la “culture physique” au sens large, qui est bien centrale dans le réalisme socialiste, sera aussi chez Deïneka le principal cadre (le prétexte ?) de la représentation de la nudité, qui s’épanouit, elle, dans la non-mixité.

Jeu de ballon. 1932.

Jeunes filles courant. 1941.

 Baigneuses. 1952.

Garçons sortant de l’eau en courant. 1930-35.

Belle matinée. 1959-60. (mosaïque)

Dessin pour la mosaïque “Belle matinée”. 1959-60.

Dans ses représentations des corps nus ou dénudés, Deïneka déborde  de la thématique sportive, il s’éloigne de la simple célébration d’un idéal politique. Certains regards, certaines postures, dessinent des lignes de fuite.

Le peintre nous donne peut-être à voir, ici ou là, autre chose que l’énergie de la jeunesse et les bienfaits des activités de plein-air : des moments de rêverie, de flottement, des pionniers et des jeunes communistes qui contrastent avec les images d’Épinal, sans leurs uniformes, dans des postures parfois nonchalantes.

Les futurs aviateurs. 1938.

Pionniers de Crimée. 1934.

Dans le sud. 1966.

Toujours en jouant avec la contrainte de la thématique de l’effort physique dans le sport ou dans le travail, et en repoussant les limites de l’art officiel, Deïneka a posé son regard sur le moment qui vient après l’effort.

Le matin. 1947. (toile ayant servi de base à une mosaïque intitulée “Jour de congé“. 1949)

Après le travail. 1948.

Après la bataille. 1937-42.

Ce dernier tableau, tout particulièrement, a vu commentée sa dimension “homoérotique” [9], dimension souvent présente dans le “réalisme socialiste”, avec également les exemples paradigmatiques des dessins et du cinéma de Sergueï Eisenstein, de la peinture de Kouzma Petrov-Vodkin, dela poésie de Sergueï Essenine [10]. Le tableau Après la bataille rappelle d’ailleurs étrangement une photographie de Boris Ignatovitch (qui a dirigé le groupement artistique Octobre, dont Deïneka avait été l’un des membres fondateurs).

Douche. 1932. (Boris Ignatovitch)

Cet homoérotisme masculin entretient des liens étroits avec le projet révolutionnaire de destruction de la famille et du mariage traditionnels et de construction de nouveaux types de liens sociaux basés sur des valeurs avant tout collectives, avec l’idée selon laquelle les liens d’amitié et de camaraderie entre hommes (homosocialité, “male bonding) sont autant voire plus important que les liens affectifs hétérosexuels. C’est surtout dans la période allant de la Révolution aux années 1930 que les valeurs de l’amitié et de la camaraderie semblent particulièrement mises en avant au détriment des liens amoureux, très dévalorisés en tant que “petits-bourgeois”, mais même plus tard, avec le projet stalinien de “restauration” de la famille, on peut faire l’hypothèse que les liens affectifs et amoureux au sein du couple hétérosexuel n’ont jamais fait l’objet d’une représentation culturelle omniprésente et valorisante de l’ampleur de celle qu’on peut connaître en Occident [11]. La chercheuse Lilya Kaganovsky, analysant la culture visuelle soviétique (et en particulier des films cultes des années 1930 et 1940), parle de “panique hétérosexuelle”, en réponse au concept de “panique homosexuelle” forgé par Eve K. Segdwick : selon Kaganovsky, les oeuvres culturelles soviétiques reflètent largement l’idée selon laquelle les relations d’amitié, notamment homosociales, et notamment entre hommes, sont d’une valeur morale supérieure à celle des relations hétérosexuelles [12]. Dans une telle cosmologie, les relations hétérosexuelles pouvaient être perçues comme allant moins de soi et risquant de mettre en péril les relations homosociales de camaraderie et d’amitié, et par la même, la cohésion sociale et nationale, pensée comme fondée sur des valeurs collectives entrant en contradiction avec la valeur de l’exclusivité dans le couple, le “confort douillet du foyer” [13].

Notes :

[1] Berger John, Garrigues Antoine, Daniel Howard, « Réalisme socialiste », Encyclopedia Universalis.

[2] Aucouturier Michel, le Réalisme socialiste, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?, n° 3320), 1998.

[3] C’est sur ce point – moindre importance de la thématique militaire – que le réalisme socialiste semble notamment se différencier de “l’art nazi”, avec lequel il partage certaines caractéristiques.

De plus, le réalisme socialiste, dont l’idéal n’est pas racial mais social, serait moins enclin à représenter la “perfection”, à héroïser, et au contraire plus capable de profondeur historique (par opposition à l’atemporalité de la “pureté raciale”) et de représentations de la souffrance, cf. Bazin Jérôme, “Nouveaux regards sur le réalisme socialiste”, Arts et sociétés. Lettre du séminaire n°14 (Centre d’histoire de Sciences Po), Séminaire du 25 janvier 2007. URL : http://www.artsetsocietes.org/f/f-bazin.html

[4] Heller Leonid, “Un pas en avant, deux pas en arrière ou Comment on étudie le réalisme socialiste soviétique”. In: Revue des études slaves, Tome 73, fascicule 4, 2001. La littérature soviétique aujourd’hui. pp. 719-738. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/slave_0080-2557_2001_num_73_4_6748

[5] L’olympisme est, aux débuts de l’URSS, rejeté officiellement en tant qu’il reposerait sur les valeurs capitalistes de l’individualisme et de la concurrence. Ce n’est que plus tard, notamment dans le cadre de la “Guerre froide”, que le sport passe en quelque sorte du statut d’outil de la politique intérieur à celui d’outil de la politique extérieure, dans la compétition avec “l’Ouest”. Cf Le Guellec Gurvan, “Les guerres olympiques de l’URSS”, Regard sur l’Est, Dossier n°28 “L’Est court toujours”, 01/01/2002. URL : http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=254

[6] Tkatch Ekaterina, « Alexandre Deineka : un héros au-delà du réalisme socialiste », Art Press, n°384, décembre 2011. URL : http://www.artpress.com/Alexandre-Deineka–un-heros-au-delagrave-du-realisme-socialiste,8909.media?a=25948

[7] Voir notamment les travaux suivants : Gurko T., « Sociologie du sexe et des relations de genre » (« Sociologia pola i gendernyh otnoshenij »), in. La sociologie en Russie (Sociologia v Rossii), (dir.) Iadova V. A., Institut de sociologie de l’Académie des sciences russe, 1998 (2ème édition) ; Kon Igor, La culture sexuelle en Russie (Klubnichka na berezke. Seksual’naya kul’tura v Rossii), Vremia, 2010 (3eédition)Temkina A., Zdravomyslova E., « La construction étatique du genre dans la société soviétique » (« Gosudarstvennoe konstruirovanie gendera v sovetskom obshjestve »), Jurnal issledovanij social’noj politiki, tom 1 (3/4), pp. 299-321.

Et dans le domaine du sport en particulier : “Le sport occupe, en effet, une place d’importance dans les stratégies d’émancipation et permet de façonner une nouvelle femme. […] la représentation de la fizkul´turnica [la sportive] favorise une nouvelle image de la femme : beauté centrée sur la santé, habillée de vêtements pratiques, simples, semblables à ceux des hommes, images d’une apparente égalité. Dans les années 1930, les femmes participent également à la militarisation de la culture physique. Le tir, l’aviation deviennent très populaires, certaines qualités féminines (responsabilité, concentration) étant très appréciées dans ces activités” cf Dufraisse Sylvain, « Sandra Budy, Nikolaus Katzer, Alexandra Köhring, Manfred Zeller, eds., Euphoria and Exhaustion », Cahiers du monde russe [En ligne], 51/4 | 2010. URL : http://monderusse.revues.org/7409

[8] Par exemple, en France, l’Education Physique et Sportive (EPS) reste non-mixte jusque 1975-1980. A ce sujet, deux articles très intéressants : Attali Michaël, Ottogalli-Mazzacavallo Cécile, Saint-Martin Jean, « Mixité et Éducation Physique et Sportive (1959-1975) », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 28 | 2008. URL : http://clio.revues.org/8852 ; Szerdahelyi Loïc, « L’Éducation Physique et Sportive entre sport et mixité durant les années 68 », Clio 1/2009 (n° 29), p. 119-129. URL : www.cairn.info/revue-clio-2009-1-page-119.htm.

[9] Tkatch Ekaterina, ibid. ; Vassiliev Vassili, « L’homoérotisme soviétique » (« Sovetski gomoerotizm »). URL : http://www.gay.ru/science/culture/sovgmero.html ; « Le réalisme socialiste comme homoérotisme institutionnalisé » (« Socrealizm kak uzakonenny gomoerotizm »). URL : http://dernier-homme.livejournal.com/63652.html.

[10] LaValley Al, « Maintaining, Blurring and Transcending Gender Lines in Eisenstein », in. LaValley Albert J., Barry Scherr P., Eisenstein at 100: a reconsideration, Rutgers (New Jersey), Rutgers University Press, 4 avril 2001, pp. 52-64. https://books.google.fr/books?id=qk9XxQnieQMC&lpg=PA52&ots=rb1dcZ98DM&dq=eisenstein%20homoerotic&hl=fr&pg=PA52#v=onepage&q=eisenstein%20homoerotic&f=false

[11] En ce qui concerne la période post-stalinienne, la culture semble donner plus de place à l’amour hétérosexuel (quoique jamais sous une forme explicitement sexuelle avant la Perestroïka), mais celui-ci apparaît probablement plus comme un problème, un noeud d’incompréhensions, que comme le possible ciment du couple et de la famille.

[12] Kaganovsky Lilya, How the Soviet Man Was Unmade. Cultural Fantasy and Male Subjectivity under Stalin, University of Pittsburgh Press, 2008. https://books.google.fr/books?id=baSZTpXlfa8C&lpg=PA82&ots=hmV2HHUVso&dq=friendship%20homosociality%20ussr&hl=fr&pg=PA67#v=onepage&q=heterosexual%20panic&f=false

[13] Cette expression est empruntée à des écrits communistes des années 1920, cités par Wladimir Berelowitch dans “Les débuts du droit de la famille en RSFSR : Pourquoi et comment ?”, In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 22 N°4. Octobre-Décembre 1981. pp. 351-374. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_0008-0160_1981_num_22_4_1921

 

Bibliographie :

  • Attali Michaël, Ottogalli-Mazzacavallo Cécile, Saint-Martin Jean, « Mixité et Éducation Physique et Sportive (1959-1975) », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 28 | 2008. URL : http://clio.revues.org/8852
  • Aucouturier Michel, le Réalisme socialiste, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?, n° 3320), 1998.
  • Bazin Jérôme, “Nouveaux regards sur le réalisme socialiste”, Arts et sociétés. Lettre du séminaire n°14 (Centre d’histoire de Sciences Po), Séminaire du 25 janvier 2007. URL : http://www.artsetsocietes.org/f/f-bazin.html
  • Berelowitch Wladimir, “Les débuts du droit de la famille en RSFSR : Pourquoi et comment ?”, In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 22 N°4. Octobre-Décembre 1981. pp. 351-374. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_0008-0160_1981_num_22_4_1921
  • Berger John, Garrigues Antoine, Daniel Howard, « Réalisme socialiste », Encyclopedia Universalis.
  • Dufraisse Sylvain, « Sandra Budy, Nikolaus Katzer, Alexandra Köhring, Manfred Zeller, eds., Euphoria and Exhaustion », Cahiers du monde russe [En ligne], 51/4 | 2010. URL : http://monderusse.revues.org/7409
  • Gurko T., « Sociologie du sexe et des relations de genre » (« Sociologia pola i gendernyh otnoshenij »), in. La sociologie en Russie (Sociologia v Rossii), (dir.) Iadova V. A., Institut de sociologie de l’Académie des sciences russe, 1998 (2ème édition).
  • Heller Leonid, “Un pas en avant, deux pas en arrière ou Comment on étudie le réalisme socialiste soviétique”. In: Revue des études slaves, Tome 73, fascicule 4, 2001. La littérature soviétique aujourd’hui. pp. 719-738. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/slave_0080-2557_2001_num_73_4_6748
  • Kaganovsky Lilya, How the Soviet Man Was Unmade. Cultural Fantasy and Male Subjectivity under Stalin, University of Pittsburgh Press, 2008. https://books.google.fr/books?id=baSZTpXlfa8C&lpg=PA82&ots=hmV2HHUVso&dq=friendship%20homosociality%20ussr&hl=fr&pg=PA67#v=onepage&q=heterosexual%20panic&f=false
  • Kon Igor, La culture sexuelle en Russie (Klubnichka na berezke. Seksual’naya kul’tura v Rossii), Vremia, 2010 (3eédition).
  • Kon Igor, « Le nu masculin dans les arts plastiques russes », Cahiers slaves, n°9, UFR d’Études slaves, Université de Paris-Sorbonne, 2007, p. 263-291.
  • LaValley Al, « Maintaining, Blurring and Transcending Gender Lines in Eisenstein », in. LaValley Albert J., Barry Scherr P., Eisenstein at 100: a reconsideration, Rutgers (New Jersey), Rutgers University Press, 4 avril 2001, pp. 52-64. https://books.google.fr/books?id=qk9XxQnieQMC&lpg=PA52&ots=rb1dcZ98DM&dq=eisenstein%20homoerotic&hl=fr&pg=PA52#v=onepage&q=eisenstein%20homoerotic&f=false
  • Le Guellec Gurvan, “Les guerres olympiques de l’URSS”, Regard sur l’Est, Dossier n°28 “L’Est court toujours”, 01/01/2002. URL : http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=254
  • Szerdahelyi Loïc, « L’Éducation Physique et Sportive entre sport et mixité durant les années 68 », Clio 1/2009 (n° 29), p. 119-129. URL : www.cairn.info/revue-clio-2009-1-page-119.htm.
  • Temkina A., Zdravomyslova E., « La construction étatique du genre dans la société soviétique » (« Gosudarstvennoe konstruirovanie gendera v sovetskom obshjestve »), Jurnal issledovanij social’noj politiki, tom 1 (3/4), pp. 299-321.
  • Tkatch Ekaterina, « Alexandre Deineka : un héros au-delà du réalisme socialiste », Art Press, n°384, décembre 2011. URL : http://www.artpress.com/Alexandre-Deineka–un-heros-au-delagrave-du-realisme-socialiste,8909.media?a=25948
  • Vassiliev Vassili, « L’homoérotisme soviétique » (« Sovetski gomoerotizm »). URL : http://www.gay.ru/science/culture/sovgmero.html
  • « Le réalisme socialiste comme homoérotisme institutionnalisé » (« Socrealizm kak uzakonenny gomoerotizm »). URL : http://dernier-homme.livejournal.com/63652.html.

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 23/09/2013

    […] See on gps.hypotheses.org […]

  2. 14/12/2013

    […] le corps socialiste : l’exemple du peintre A. Deïneka (1899-1969),” on the Genre, politique et sexualités website, 16th April 2012 (translation by Google […]

  3. 10/02/2014

    […] le corps socialiste : l’exemple du peintre A. Deïneka (1899-1969) que vous trouvez sur le site de l’EHESS en cliquant sur le […]