La contraception masculine

La contraception est aujourd’hui considérée comme une prérogative féminine : lorsqu’on parle de contraception, on pense en premier lieu aux contraceptions féminines ayant une forme de permanence (stérilet, contraception hormonale voire stérilisation féminine#[1]) en empêchant la fécondation (en bloquant l’ovulation dans le cas de la pilule ou la nidification dans le cas du stérilet), tandis que la contraception masculine empêche généralement la rencontre des gamètes au moment de l’acte sexuel (préservatif, retrait). Depuis la mise au point de la pilule contraceptive féminine dans les années soixante, l’industrie médicale et pharmaceutique n’a cessé d’en améliorer la formule ou du moins d’en proposer plusieurs variantes afin de s’adapter à différentes physiologies féminines (par exemple, une pilule progestative ou micro-dosée est arrivée sur le marché dans les années 1970 afin de proposer une pilule contenant moins d’hormones) et de proposer une contraception hormonale sous d’autres formes (patch et anneau contraceptif, stérilet hormonal, etc.), tandis que depuis les années 1970 la recherche et le développement de méthodes de contraception réversibles pour les hommes ont été limitées à l’amélioration de la fiabilité et du confort du préservatif (Oudshoorn, 2003) et la pilule masculine n’est toujours pas présente sur le marché des contraceptifs. Pourquoi n’y a-t-il pas de « pilule pour homme » ? Cela semble d’autant plus paradoxal qu’historiquement, la contraception semble une responsabilité masculine. De plus, dans les pratiques, une contraception masculine existe, ce qui pourrait induire une demande de contraception hormonale masculine. Cependant, cette contraception masculine est largement occultée dans les représentations des agents, ce qui conduit à une quasi-absence d’investissement des organismes de recherches scientifiques et industriels dans la mise au point d’une pilule masculine, et à une invisibilisation des avancées en la matière dans le débat public. Pourtant, des techniques de contraception masculines, y compris hormonales, existent et font l’objet d’une demande par une partie de l’opinion publique.

 

La contraception n’a pas toujours été perçue comme une responsabilité d’abord féminine. C’est l’arrivée de la contraception médicalisée (notamment hormonale) dans les années 1960 mais aussi les mouvements féministes qui ont conduit (au moins en Occident) à faire de la contraception une pratique sous le contrôle des femmes. Cependant, cette assignation n’empêche pas quelques recherches encore balbutiantes sur la mise au point d’une contraception hormonale masculine.

Jusqu’au XIXème siècle, la contraception est encore sous le contrôle masculin. En effet, la méconnaissance médical du processus de procréation faisait que les méthodes de contraception les plus efficaces sont celles qui empêchaient la rencontre des gamètes : le coït interrompu, le préservatif (masculin, le préservatif féminin sous sa forme actuelle n’ayant été mis au point que dans les années 1980 après la disparition d’un préservatif féminin lancé au début du XXème siècle) voire la stérilisation masculine. Certes, il existait quelques méthodes de contraception féminines (par l’usage d’herbes médicinales et de spermicides), mais les contraceptions masculines, notamment le coït interrompu, auraient été les plus utilisées, au moins depuis l’Antiquité et jusqu’à l’arrivée des contraceptions féminines médicalisées (Desjeux, 2009).

Le préservatif a pris de nombreuses formes avant d’être fabriqué en latex ou en polyuréthane : dès l’Antiquité, on utilise des vessies ou des intestins d’animaux. En Asie au Xème siècle, les Chinois utilisent du papier de soie huilée et les Japonais des accessoires en écaille de tortue ou en cuir. Dans les années 1840 commence la commercialisation de préservatifs faits à base de caoutchouc vulcanisé et vers 1880 est mis au point un préservatif en latex, mais il faudra attendre les années 1930 pour que son utilisation se répande (Vidal, 1993). Après avoir été interdit en France dans le cadre de la politique nataliste adoptée après la Première Guerre mondiale, l’Etat en autorisera finalement la publicité en 1987, suite à l’apparition du Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH).

Historiquement, la vasectomie a été pratiquée dans une visée médicale, mais pas contraceptive : la première vasectomie sur un être humain (en 1883) a été pratiquée par White pour traiter une hypertrophie bénigne de la prostate (bien qu’on sache aujourd’hui que cette opération n’avait pas d’efficacité thérapeutique sur cette hypertrophie). Elle a ensuite été utilisée dans un but eugénique (pour empêcher des criminels, des personnes pauvres ou jugées « dégénérées » comme les handicapés mentaux ou les déments d’avoir des enfants) (Giami, Leridon, 2000) ou thérapeutique (pour guérir les maladies des voies urinaires et de la prostate, traiter l’impuissance ou atténuer la libido) (Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 1989). Si cette opération est souvent pratiquée dans les pays anglo-saxons ou ceux menant une politique de planification familiale comme l’Inde ou la Chine, elle est nettement moins pratiquée dans les pays latins, dans la mesure où elle est associée à une mutilation, à une castration mais aussi du fait de craintes des hommes que l’opération ait des conséquences néfastes sur leur virilité ou leur sexualité (en partie du fait d’une confusion entre stérilité et impuissance) (Jardin, 2008). En France, la vasectomie (en tout cas comme moyen contraceptif) a d’abord été interdite par la loi du 31 juillet 1920 qui interdisait la propagande et la distribution de produits anticonceptionnels et de l’avortement (en effet, la France ayant entamé sa transition démographique plus tôt -au cours du XIXème siècle- que les autres pays européens et notamment que l’Allemagne, sa croissance démographique était plus faible, ce qui a incité l’Etat à mener une politique nataliste). En 1976, la France a signé une convention européenne déclarant que la vasectomie est un acte médical. Cependant, en juillet 1994, dans la loi de bioéthique, la vasectomie est interdite de façon sous-jacente par l’article de loi 16-3 qui stipule que « il ne peut être porté atteinte à l’intégrité du corps humain qu’en cas de nécessité thérapeutique pour la personne », ce qui limite considérablement la possibilité de recourir à ce procédé. Cet article a été modifié en 1999 en substituant le terme « médical » au terme « thérapeutique », ce qui laisse une plus grande marge de manœuvre au médecin pour apprécier la raison de santé. Enfin, à partir de juillet 2001, une loi permet à « toute personne majeure et reconnue apte à disposer d’un consentement éclairé » de se faire stériliser. Pourtant, ce moyen contraceptif reste encore peu connu et il fait l’objet de peu de promotion (Jardin, 2006). Différentes méthodes peuvent être employées pour obstruer les canaux déférents (qui amènent les spermatozoïdes au liquide séminal) : par ligature (attache), cautérisation, excision (ablation d’une partie), clampage (mise en place d’une agrafe) ou par une gaine.

Le développement d’une contraception féminine, avec la mise au point au XIXème siècle du stérilet, du diaphragme, de la méthode des cycles et de la stérilisation féminine mais surtout en 1960 de la pilule féminine a contribué à faire de la contraception une prérogative féminine (avec l’apparition de la pilule, « les hommes se trouvent ainsi dessaisis d’une forme de responsabilité qui leur incombait en grande partie » (Jaspard, 2005, p. 58, cité par Desjeux, 2009)). La contraception hormonale a d’abord été à destination des femmes en raison du cadre institutionnel entourant les champs médicaux et pharmaceutiques : les hormones dites « féminines » étaient plus « disponibles » pour que les médecins puissent les étudier (puisqu’elles sont présentes en abondance dans l’urine des femmes enceintes et parce qu’il y a eu plus d’ablation d’ovaires au cours du XIXème et du XXème siècle que d’ablation de testicules par exemple) mais aussi parce que les matériaux biologiques dont on les extrayait (comme l’urine de femmes enceintes donc, mais aussi le placenta et les ovaires) étaient recueillies dans des structures en lien avec la sphère médicale(à la différence des hormones dites « masculines », qui étaient potentiellement « disponibles » dans des lieux exclusivement masculins comme les prisons, les usines ou les casernes, c’est-à-dire des institutions sans lien avec la sphère médicale et qui n’avaient pas l’habitude de recueillir les urines), ce qui a permis une meilleure connaissance du fonctionnement hormonal de la reproduction chez les femmes que chez les hommes (Oudshoorn, 1990, 2003). Cela peut également s’expliquer par la différence des systèmes reproductifs de l’homme et de la femme (là où la femme produit un ovule par mois, l’homme produit 30 millions de spermatozoïdes par jour : il y a donc l’idée qu’il serait plus facile d’empêcher la production ponctuelle du premier que la production constante des seconds) et par la différence du rôle des hormones dans le processus reproducteur (manipuler le taux de testostérones chez les hommes présente plus d’effets secondaires que manipuler le taux d’œstrogènes et de progestérones chez les femmes[2]). De plus, l’idée que la contraception devait être entre les mains des femmes a été soutenue par de nombreuses féministes, notamment dans les années 1960. Cela a pour conséquence que de nos jours, sur 566 millions d’usagers de moyens contraceptifs dans le monde, 428 millions (soit plus de 75%) étaient des femmes en 1998 (Journet, 2000).

Par la suite, d’autres facteurs ont contribué à ce que la contraception hormonale masculine ne soit pas devenue un enjeu majeur de la recherche médicale : Nelly Oudshoorn dans The Male Pill souligne que dans les années 1960 et 1970, les recherches sur le fonctionnement de la reproduction étaient mieux considérées que la recherche appliquée sur la contraception, ce qui a contribué à ce que les recherches sur la contraception masculine soient considérées comme n’étant pas prestigieuses. De plus, cette recherche se heurtait à des contraintes liées au découpage des champs disciplinaires internes à la médecine : là où il existe un expert de la reproduction féminine (le gynécologue) ; plusieurs spécialités s’intéressent à la reproduction masculine (l’urologue, l’endocrinologue, l’andrologue, etc.) et plus souvent préoccupés par des questions de fertilité que de contraception. Enfin, dans les années 1970, les risques liés à la contraception hormonale féminine ont contribué à ce que l’industrie pharmaceutique se tourne vers des productions contraceptives moins risquées et plus lucratives, les faisant délaisser les recherches sur une contraception hormonale masculine : ce désinvestissement de la part des laboratoires pharmaceutiques semble avoir été décisif dans le manque de recherches sur de nouvelles formes de contraception masculine et sur leur visibilité (Oudshoorn, 2003).

La contraception masculine est donc un phénomène ancien, qui est longtemps restée plus répandue dans les pratiques que la contraception féminine. Cependant, les contraintes propres aux champs médical et pharmaceutique ont empêché qu’une contraception médicalisée masculine soit mise au point à la suite de la contraception hormonale féminine. Alors que depuis les années 1950, les scientifiques ont mis au point treize nouvelles méthodes de contraception à destination des femmes, les méthodes de contraceptions destinées aux hommes n’ont presque pas changé depuis quatre-cents ans, à part la stérilisation (un mode de contraception irréversible) (Davidson et al., 1985 ; cité par Oudshoorn, 2003).

 

Le fait que la contraception hormonale ait d’abord été développée pour les femmes n’empêche pas cependant que des recherches aient été menées sur une contraception masculine, d’autant que l’introduction sur le marché dans la fin des années 1990 du Viagra semblait ouvrir la voie pour une médicalisation de la reproduction masculine. Dès les années 1930 et 1940, des firmes pharmaceutiques ont travaillé à la production d’hormones masculines mais ces recherches ont été menées par l’armée allemande (il s’agissait d’ailleurs plus de contrer des problèmes de fertilité masculine que de chercher un moyen de contraception) et ont été arrêtées après la Seconde Guerre mondiale (Gaudillière, 2003, cité par Desjeux, 2009). Dès 1950, une possibilité hormonale a été découverte permettant aux hommes de maitriser leur fécondité (Soufir, 1996, p. 277-283, cité par Desjeux, 2009), mais il semble que cette découverte n’ait pas eu de suite. Au début des années 1980, des groupes d’expérimentations se sont mis en place en France pour mettre au point de nouveaux moyens de contraception masculin, mais dès 1984 le mouvement d’essouffle (Desjeux, 2010).

Depuis, de nombreuses recherches de contraception masculine, pour la plupart hormonales, ont été menées par l’OMS (qui a beaucoup œuvré pour mettre en place des recherches sur de nouveaux moyens de contraception masculine[3] (Oudshoorn, 2003)) et par des laboratoires et ont abouti à de nombreuses découvertes prometteuses. Les problèmes médicaux à surmonter de la part des scientifiques concernaient les effets secondaires (notamment, la testostérone n’intervient pas seulement dans la formation des spermatozoïdes mais aussi dans le développement musculaire, la libido…) et la réversibilité de la stérilité[4]. De nombreuses possibilités s’offrent pourtant aux chercheurs, puisqu’il suffit de compromettre ou d’agir sur une étape du processus de fertilité (de la production des spermatozoïdes à leur mise en contact avec l’ovule) pour empêcher la fertilité : les techniques contraceptives peuvent agir sur la production ou la maturation des spermatozoïdes, sur leur mobilité ou leur capacité à se mêler au liquide séminal ou cibler la capacité du spermatozoïde à féconder l’ovule. Plusieurs moyens d’action ont été explorés pour l’instant[5] : l’action hormonale (en faisant consommer au sujet des hormones supplémentaires ou en altérant la production ou l’intégrité des hormones produites par le sujet, voire en donnant au patient des agonistes ou des antagonistes d’une hormone), l’action thermique, l’action immunitaire (par des anticorps s’attaquant aux spermatozoïdes), une action sur les canaux déférents, etc. (pour une liste plus exhaustive, consulter l’article de Huygues et al., 2007).

En ce qui concerne la contraception hormonale, deux grands types de protocoles ont été envisagés : la testostérone en monothérapie et la testostérone en association avec une autre molécule (notamment des hormones dites « féminines » comme la progestérone ou l’estrogène). En effet, un excès de testostérone a pour effet paradoxal de provoquer une inhibition de la spermatogénèse[6] : des tests ont donc été réalisés avec des injections de testostérone hebdomadaire ou sous des formes à libération prolongée (implant, patchs, microsphères biodégradables, etc. En effet, cette hormone ne peut pas être administrée par voie orale car elle est détruite par le foie) (Oudshoorn, 1999a ; Huygues et al., 2007). En ce qui concerne les essais combinant la testostérone et une autre hormone, on peut citer à titre d’exemple la formule mise au point fin 2003 par un institut de recherche australien, qui se compose d’un implant (à changer tous les quatre mois) contenant de la testostérone et d’une injection trimestrielle de progestérone, qui empêcherait le cerveau de stimuler la production de sperme. Des tests avaient été fait dans ce sens dès les années 1980, avec la prise par l’homme de deux pilules par jour d’hormones progestatives associées à un gel de testostérone à appliquer sur l’abdomen, mais les recherches ont été abandonnées car le gel « contaminait » la partenaire et contribuait à augmenter sa pilosité (Desjeux, 2010). Certaines recherches cherchent à neutraliser l’effet de la GnRH (ou gonadolibérine, hormone responsable de la synthèse et de la sécrétion de la FSH (Follicle Stimulating Hormon) et de la LH (hormone lutéinisante) qui elles-mêmes interviennent dans la production de testostérone et dans la spermatogenèse) ou de la FSH sur la spermatogenèse (par exemple, une association de testostérone et d’antagonistes[7] ou d’agonistes[8] de la GnRH permettraient un effet contraceptif (Huygues et al., 2007). Dans un autre test, des chercheurs seraient parvenus à provoquer une réaction immunitaire contre la GnRH en associant à sa protéine l’antitoxine tétanique, utilisée dans le vaccin contre le tétanos, ce qui permettrait une stérilité d’un an avant une reprise de la fertilité).

Certaines recherches portent également sur des moyens de contraception masculine non hormonaux. On peut citer les méthodes thermiques (qui consistent à prendre des bains chauds supérieurs à 41 degrés ou à porter des sous-vêtements qui augmentent la température des testicules en les rapprochant du corps[9]), les vaccins contraceptifs (en effet, certains hommes présentent un taux relativement élevé d’anticorps anti-spermatozoïdes. On pourrait donc développer des molécules antigéniques du spermatozoïde ou de l’ovocyte[10]. Théoriquement, un tel vaccin pourrait fonctionner aussi bien sur les hommes que sur les femmes.) ou certains composés naturels, comme l’huile de neem (un arbre du sous-continent indien et de l’Asie du Sud-Est) qui a une activité spermicide, les feuilles d’un arbuste (le Gandarusa) qui suspend l’activité de certaines enzymes présents dans le sperme et qui empêche les spermatozoïdes de pénétrer l’ovule ou le gossypol[11] (un composé dérivé de l’huile de coton) qui a pour effet de perturber la spermatogenèse et d’inhiber la mobilité des spermatozoïdes (Huyghe et al., 2007). Une autre technique a également été mise au point, le procédé « Reversible Inhibition of Sperm Under Guidance » (RISUG) : il s’attaque aux canaux déférents, qu’il bloque avec une forme de gel, ce qui permet d’acquérir dix ans de stérilité, réversible à tout moment. Un moyen de contraception masculine a même été trouvé par hasard : en décembre 2002, des chercheurs anglais auraient découvert qu’un traitement de la maladie de Gaucher (qui provoque une hypertension artérielle) entrainerait une déformation des spermatozoïdes, les rendant impropres à la fécondation. Cependant, la plupart de ces recherches sont encore au stade des essais cliniques. En conclusion, on peut souligner que la mise en place du Viagra et l’absence de mise en place d’une contraception hormonale masculine a contribué à faire de la sexualité un aspect essentiel de la masculinité, et non la reproduction (Oudshoorn, 2003).

Ainsi, des recherches ont été menées depuis les années 1960 (notamment sous l’égide de l’OMS) pour proposer aux hommes des moyens de contraception médicalisés, mais ces derniers ne sont toujours pas largement accessibles comme le sont les contraceptifs médicalisés féminins. Cependant, si une contraception hormonale masculine efficace et largement disponible sur le marché n’est pas encore d’actualité, d’autres méthodes de contraception masculines existent néanmoins.

 

Les pratiques de contraception masculine en France sont généralement considérées comme secondaires, car associées à des pratiques « ponctuelles », mobilisées au moment du rapport sexuel. Cela conduit à une invisibilisation de ces pratiques dans les représentations des agents. De plus, le fait que les hommes ne prennent pas nécessairement la responsabilité de la contraception ne signifie pas qu’ils en sont désinvestis.

Si en France, le mot « contraception » est associé plutôt à la pilule (qui représente 57% des moyens de contraception utilisés) et éventuellement au préservatif, dans le monde le principal moyen de contraception dans le monde est plutôt la stérilisation. Si on exclut cette dernière (qui peut être féminine comme masculine, bien qu’elle soit majoritairement féminine), les deux principaux moyens de contraception dans le monde sont le stérilet (23% des moyens de contraception utilisés dans le monde) et la pilule (15%), tandis que le préservatif représente 10% des moyens de contraception et le retrait 4%[12]. En France, le préservatif masculin aurait été utilisé par 7% des femmes en 2000, d’après Cyril Desjeux (Desjeux, 2008). Les méthodes de contraception masculines semblent donc occuper la seconde place par rapport aux méthodes de contraception féminines. De plus, dans le cas du préservatif masculin[13], il peut être considéré comme secondaire dans la mesure où il a été principalement envisagé en France comme la seule façon de se protéger des Infections Sexuellement transmissibles (IST), notamment du VIH, plutôt que comme un contraceptif (le Planning familial l’aurait longtemps considéré comme n’étant pas fiable pour cette dernière fonction) (Desjeux, 2009). De fait, « bien que le préservatif puisse être utilisé aussi bien comme contraception que comme protection contre les IST, ce double usage peut être dissocié dans la pratique et dans les représentations. Lorsqu’il est dissocié et qu’il est utilisé dans un but de protection, sa dimension contraceptive est mise de côté, voire disparaît. » (Desjeux, 2008).

Cette place secondaire qu’occupe la contraception masculine (notamment le préservatif masculin) a pour conséquence une invilisibilisation des pratiques masculines de contraception. En effet, si en France le moyen de contraception principalement utilisé est la pilule, elle peut ne pas être le seul moyen de contraception utilisé (par une femme ou par un couple) : elle peut être coupellé ou en alternance avec un autre moyen de contraception (notamment le préservatif masculin, dont on a vu qu’il est utilisé généralement comme protection contre les IST. Il peut également être utilisé en cas d’oubli de la pilule.). Ainsi, il est possible qu’une partie des femmes ne reconnaissent pas certaines pratiques masculines de contraception comme telle (comme l’utilisation du préservatif masculin, qui n’est pas forcément perçu comme un contraceptif, même quand il est utilisé sans autre moyen de contraception) (Desjeux, 2008).

De plus, l’absence de pratiques masculines de contraception n’exclut pas une forme de participation, qu’elle soit sous forme de contribution financière (l’homme participe financièrement à l’achat ou achète lui-même le contraceptif), d’attention portée à la prise de contraceptif hormonal de la part de la partenaire (par exemple, une interrogée de Cyril Desjeux a découvert que son partenaire vérifiait presque tous les jours qu’elle avait pris sa pilule (Desjeux, 2008)) ou de rappel de prendre le contraceptif, d’accompagnement lors de la consultation gynécologique (en attendant sa partenaire dans la salle d’attente ou en l’accompagnant dans la salle de consultation) voire de participation symbolique (en prenant une gélule au moment où la partenaire prend sa pilule) (Desjeux, 2008).

Ainsi, bien que les moyens de contraception les plus utilisés soient féminins, les hommes participent largement à la contraception, bien que cette participation soit occultée dans les pratiques, ce qui pourrait justifier l’introduction de moyens contraceptifs médicalisés masculins sur le marché. Cependant, cette introduction semble compromise par les représentations qui entourent la contraception.

 

De nombreuses représentations entourent les pratiques masculines de contraception, que ce soit le postulat d’une incompétence masculine en matière de contraception, les craintes dans les représentations masculines que la contraception masculine hormonale contribue à une « perte de la virilité » et une méconnaissance des méthodes explorées par les laboratoires en termes de contraception hormonale médicalisée, méconnaissance entretenue par une faible promotion de ces découvertes, en lien avec des enjeux économiques.

La contraception hormonale féminine a été perçue par les milieux féministes comme un moyen de libération de la femme : cette dernière aurait enfin une maitrise de sa fécondité et ne serait donc plus soumise au risque de grossesses non-désirées ou à répétition. Les mouvements féministes, notamment dits « anti-user », soutiennent l’idée que la contraception doit être féminine afin de garantir la liberté aux femmes, car les hommes ne seraient pas fiables sur le plan de la contraception (n’ayant pas à assumer physiquement une grossesse éventuelle, ils feraient preuve de désinvolture vis-à-vis de la contraception) (Journet, 2000)[14] mais aussi dans une certaine mesure pour leur permettre d’accéder à une forme de maitrise de leur propre corps. Ce discours reste ancré dans les représentations puisque un des arguments mobilisés lors de la promotion du préservatif féminin était que cette méthode de contraception était « contrôlée par les femmes » et pourrait être utilisé dans le cas où l’homme refuserait d’utiliser un préservatif masculin (ce qui signifie que dans les représentations, les hommes sont considérés comme potentiellement irresponsables et indifférents aux risque de contamination par une IST et de grossesse). Ainsi, le débat sur la nécessité ou non d’une contraception médicale masculine s’est tenu à l’écart des hommes, soupçonnés de ne pas être fiables voire d’y être hostiles (Oudshoorn, 2003).

Nikos Kalampalikis et Fabrice Buschini ont mené une enquête sur les représentations sociales qui entourent la contraception masculine médicalisée et les valeurs qui y sont engagées auprès de 46 personnes (Kalampalikis, Buschini, 2007). Ils montrent que la contraception masculine médicalisée fait l’objet de craintes liées à la méconnaissance des méthodes de contraception masculines médicalisées, mais aussi de rejet en raison d’enjeux symboliques en lien avec la nature et la virilité. En effet, parmi les interrogés de leur enquête, de nombreux individus considèrent la contraception médicale  comme une intervention sur le corps humain au détriment de sa « nature », selon trois dimensions : le non-respect d’un ordre naturel voire divin, le déséquilibrage d’un ordre social et l’atteinte à l’intégrité corporelle de l’homme. Ainsi, la contraception masculine médicale serait rejetée d’une part à cause des effets secondaires que les interrogés lui prêtent, pensés par analogie avec la contraception hormonale féminine (« Ces effets peuvent être à court terme (prise de poids, fatigue, humeurs) ou à long terme (cancer, difficulté de reprise de la procréation, à retrouver sa fertilité) » ; Kalampalikis, Buschini, 2007), dont les effets sont plutôt bien connus, à l’inverse du lien entre les hormones et les mécanismes liés à la fertilité masculine (qui ne semble pas faire partie des connaissances des enquêtés) : la contraception masculine médicalisée semble donc d’emblée pensée sur le mode d’une contraception hormonale (alors comme on l’a vu, elle peut prendre de nombreuses autres formes). D’autre part, les enquêtés semblent envisager cette contraception comme une « atteinte à [la] "virilité-puissance" et notamment en termes de "restriction" ou encore de "transformation" d’un potentiel biologique » (Kalampalikis, Buschini, 2007) voire d’une forme de « castration temporaire », virilité-puissance qui serait caractéristique de l’identité masculine (la virilité est décrite par les enquêtés en terme « d’élan », de « force » ; Kalampalikis, Buschini, 2007). Ces craintes seraient liées à une atteinte symbolique à trois dimensions de la virilité. Tout d’abord, les craintes concerneraient l’impact de la contraception masculine médicalisée sur le fonctionnement même de l’appareil génital masculin, le plaisir lié au rapport sexuel ou la libido. Ensuite, si on considère la masculinité comme une identité radicalement opposée dans son essence à la féminité, prendre une contraception risquerait de « féminiser » l’homme, en lui faisant adopter une pratique pour l’instant pensée comme féminine, voire de « l’homosexualiser » (du fait d’une féminisation du corps masculin par des hormones féminines mais aussi peut-être par une pratique sexuelle sans fonction reproductive). Enfin, cette contraception risquerait de déposséder l’homme de sa position sociale de domination (comme l’illustre la parole d’un des enquêtés : « Parce que, de manière très générale encore, dans cette société, où l’homme domine tout, quoi ! C’est pas la femme qui domine. Je vois pas des footballeurs sortir leur pilule dans un vestiaire, quoi ! Il y en a qui, dans leur tête, n’accepteraient pas, sans doute, parce qu’ils imagineraient se rendre inférieurs, sans doute. » ; Kalampalikis, Buschini, 2007), en partie liée à sa position biologique de géniteur (d’autant que les enquêtés manquent d’information sur la réversibilité d’un tel processus contraceptif et l’associent à la vasectomie).

Si à la fin des années 1990, quelques laboratoires ont lancé des programmes de recherche sur de nouveaux moyens de contraception masculine(Oudshoorn, 2003), leurs résultats et plus généralement les moyens de contraception autre que le préservatif  (et c’est sans doute lié à son caractère de protection contre les IST) ne font pas pour autant l’objet de promotion de la part des pouvoirs publics ou des laboratoires pharmaceutiques en France. Dans le cas des contraceptions hormonales, des vaccins anti-spermatozoïdes, voire des substances contraceptives naturelles comme l’huile de neem ou le gossypol, cela peut s’expliquer tout d’abord par le fait que ces derniers postulent qu’il n’y aurait pas de marché pour ces innovations (puisque « les femmes s’en chargent déjà » et que les hommes ne seraient pas intéressés). Ensuite, la contraception masculine médicalisée est généralement envisagée dans le cadre d’un couple stable (pour alterner la prise en charge des responsabilités contraceptives ou en cas d’impossibilité majeure de la part de la  femme ; Kalampalikis, Buschini, 2007) dans la mesure où pour des relations de plus court terme, les femmes ne feraient pas forcément confiance à leur partenaire pour « faire le nécessaire » en matière de risque de grossesse (ce qui limite considérablement les utilisateurs potentiels). Enfin, on peut faire l’hypothèse qu’une telle innovation ne serait pas forcément rentable : « Frederick Weber-Dielt du groupe Schering estime que le développement de l’injection d’enanthate de testostérone coûterait près de 250 millions de dollars, et ne « vaudrait pas le coup car l’investissement resterait disproportionné par rapport au coût » [Courrier international, n° 338, 1997] » (cité par Desjeux, 2009). Une telle méthode serait d’autant moins rentable dans le cas de la méthode RISUG mise au point par le scientifique indien S.K. Guha, qui ne nécessiterait que deux piqures pour dix ans de stérilité (ce qui est beaucoup moins rentable que de vendre 2520 comprimés à une femme sur la même période). De plus, de nombreuses recherches sur la contraception hormonale masculine passent par des injections (intra-musculaires ou dans le scrotum), ce qui pourraient faire craindre aux laboratoires l’impopularité d’une telle méthode qui serait douloureuse (d’autant que les injections sont souvent prévues pour être administrées à un rythme hebdomadaire)[15]. La féministe américaine Gena Coréa dénonce également le fait que selon elle, cette absence d’investissement est liée au refus de l’institution médicale de risquer « d’abimer le corps masculin » (à propos des méthodes de contraception masculine thermiques) (d’après Desjeux, 2010). Dans tous les cas, cette absence de popularisation des méthodes existantes empêche de fait la constitution d’une demande visible pour de telles techniques  parce qu’elle n’incite pas les hommes à se projeter comme responsables ou coresponsables de la contraception dans la relation homme-femme et parce qu’elle contribue à entretenir des préjugés sur les effets de telles méthodes, ce qui n’incite pas les utilisateurs potentiels à se renseigner.

La diffusion de contraceptifs masculins médicalisés semble donc découragée par d’une part une représentation des hommes comme incapables de prendre en charge une responsabilité contraceptive et d’autre part par les craintes qui entourent la prise de contraceptifs par les hommes, alimentés par une absence de publicité autour de ces derniers.

 

La contraception masculine (en dehors du préservatif masculin, de la méthode du retrait et de la vasectomie) a-t-elle un avenir ? La réponse semble être oui, dans la mesure où il existe une demande de nouveaux moyens de contraception masculins de la part de certains individus et que les avancées en la matière semblent promettre une contraception moins contraignante que les méthodes destinées aux femmes (notamment la procédure « RISUG »).

En Occident, la demande d’une « pilule pour hommes » a d’abord été portée par les féministes : dans les années 1970, des auteurs comme Barbara Seaman demandaient un partage des risques associés aux contraceptifs médicalisés avec les hommes (cependant, cet argument aurait été avancé moins pour lui-même que pour dénoncer les risques de la contraception hormonale sur la santé des femmes) (Oudshoorn, 1999b). Dans les années 1980, après que les inconvénients de la pilule aient été réduits en partie, certaines féministes ont défendu l’idée que la contraception masculine était un enjeu moral et social, une condition de l’égalité homme-femme, en faisant partager la responsabilité contraceptive dans le couple et en sensibilisant les hommes à leurs responsabilités parentales et sexuelles (Oudshoorn, 1999b). De plus, certains auteurs féministes voient dans la contraception masculine un autre levier de la domination masculine : si la contraception féminine a contribué à redéfinir l’identité féminine, en passant d’un modèle de « destin maternel » (la maternité serait inévitable pour une femme) à un modèle plus diversifié (où l’identité féminine serait faite certes de la maternité mais aussi d’un épanouissement affectif et sexuel et d’une activité professionnelle), elle a également contribué au développement d’une norme contraceptive qui fait peser exclusivement sur les femmes la responsabilité contraceptive et qui stigmatise celles s’engageant dans un rapport sexuel sans protection contraceptive (à moins qu’un projet parental soit engagé entre les deux partenaires du rapport) et d’une norme procréative (la contraception doit permettre à ne pas avoir des enfant tout de suite mais la femme doit être attentive à « programmer » une ou plusieurs grossesses au cours de son parcours de vie, son investissement professionnel devant passer après la maternité, comme le montre le fait que les femmes soient encore aujourd’hui assignée à la majorité des tâches parentales, sont les plus nombreuses dans des emplois à temps partiel choisi ou subi, …) : le fait que la femme puisse choisir le moment où elle veut un enfant ne fait que conforter le modèle de la « mère disponible », pour qui les enfants passent avant tout (Bajos, Ferrand, 2004). Ainsi, ceux qui ont défendu le développement d’une contraception hormonale masculine (les responsables politiques et les féministes) ont parlé au nom des utilisateurs (les hommes) mais ne sont pas forcément représentatifs de leur demande (Oudshoorn, 2003).

Les enquêtes qui ont été menées pour savoir si les hommes étaient ou non favorables à une contraception hormonale masculine sont rares. Cependant, parmi celles qui ont été menées, les hommes semblent plutôt favorables à l’idée de partager les responsabilités contraceptives[16] (la plupart des hommes trouveraient en effet plus acceptables les méthodes de contraception hormonale masculine que la vasectomie ou le préservatif, selon la première publication en 1982 des résultats des études « d’acceptabilité » de la contraception masculine menées par l’OMS (Oudshoorn, 2003 : 217)).

Certains d’entre eux semblent y être plus que favorables, puisqu’ils ont milité pour le développement d’une contraception masculine alternative aux méthodes existantes. Cyril Desjeux évoque les témoignages relayés dans la presse d’hommes ayant à des essais cliniques de contraception masculine. Ils déclarent avoir participé en raison de ressorts identitaires évidents (comme le fait de ne pas ou de ne plus vouloir d’enfant et surtout « de se prémunir d’une paternité qui ne serait pas décidée, mais subie »[17], de la peur que la femme leur fasse « un enfant dans le dos », Desjeux, 2010) et d’autres moins immédiats, comme le fait d’avoir accompagné une partenaire lors d’une interruption volontaire de grossesse ou d’avoir eu des accidents de contraception (Desjeux, 2009). Cette volonté de prendre un contraceptif de la part des hommes semble avoir été très liée à des enjeux pratiques, dans le cas où la partenaire tolérait mal une contraception hormonale : la demande d’une contraception masculine dans les années 1980 viendrait essentiellement de la partenaire, lorsque l’inconfort à prendre une contraception hormonale était tel que la femme arrêtait d’en prendre, ce qui était cause de tensions dans le couple (du fait de l’absence de rapports sexuels), voire de risque de séparation (Desjeux, 2010) (« l’enjeux pour certains hommes a été de préserver leur couple et de maintenir une sexualité », Desjeux, 2010). Dans une enquête menée sur l’Association pour la recherche et le développement de la contraception masculine, Cyril Desjeux montre que les hommes qui ont tenté de promouvoir une recherche sur la contraception masculine, issus d’organisation d’extrême-gauche et proches des féministes (Welzer-Lang, 1997), ont des capitaux culturels élevés et ont connu des difficultés contraceptives avec leur compagne (Desjeux, 2010). De plus, les hommes des pays en voie de développement qui comprennent l’importance de limiter la taille de la famille peuvent également être demandeurs de ce type de contraception (Oudshoorn, 2003). Cependant, cette recherche de Cyril Desjeux montre que de nouvelles méthodes de contraception masculine sont envisagées par les individus dans le cadre d’un couple stable, pour alterner la contraception, plus que comme une option de contraception par défaut (comme la pilule peut l’être pour les femmes)[18].

Il existe donc une demande de contraceptifs masculins médicalisés, mais elle est largement occultée dans les représentations (qui partent du principe que les hommes ne sont ni intéressés ni compétents dans la prise en charge de la responsabilité contraceptive) et elle est généralement envisagée pour un nombre d’utilisateurs restreints (les hommes engagés dans une relation hétérosexuelle stable) par rapport à la population masculine totale.

 

 

Le livre de Nelly Oudshoorn The male Pill (publié en 2003) s’achève sur une note d’espoir quant à la mise sur le marché d’une contraception hormonale masculine : à la fin des années 1990, des industries pharmaceutiques se sont finalement lancées dans des programmes de contraception masculine, semblant indiquer une disponibilité prochaine de tels produits (Oudshoorn, 2003).Pourtant, en 2012 (presque dix ans plus tard), ces derniers ne sont toujours pas disponibles ou s’ils ne sont, ils ne font l’objet d’aucune publicité. Que faut-il en conclure ? Pas que la technologie n’est pas disponible, puisque comme on l’a vu, de nombreuses possibilités alternatives à la vasectomie ou au préservatif sont mises au point ou ont passé avec succès les premiers tests cliniques. Ni qu’une telle technologie serait trop « révolutionnaire » dans le paysage de la contraception par rapport au passé, puisque la contraception masculine a longtemps été la plus utilisée (jusqu’à l’arrivée de la contraception hormonale féminine) et qu’elle est encore pratiquée (notamment le préservatif et la vasectomie). Ni qu’elle n’est pas mise en vente parce que l’opinion publique n’est pas prête à les tolérer, puisque les études d’acceptabilité qui ont été menées sur le sujet semblaient indiquer que non seulement une majorité d’hommes et de femmes se disent prêts à les utiliser ou à ce que leur partenaire les utilise mais aussi qu’une contraception hormonale masculine paraitrait à certains préférable aux contraceptions masculines alternatives existantes et même que certaines parties de l’opinion y est favorable (certaines féministes, des hommes désirant soulager leur conjointe de la charge de la contraception ou désirant maitriser leur fécondité, …). L’absence de contraception masculine nouvelle disponible sur le marché est donc peut-être à chercher du côté des représentations. L’absence de publicisation de possibilités de contraception alternatives ne permet pas aux individus de se projeter dans l’usage d’une contraception masculine et donc d’en faire la demande. De plus, cette absence d’information favorise des idées fausses sur les effets secondaires de ces produits, dissuadant de se renseigner sur eux. On peut également souligner que le caractère largement invisible des pratiques de contraception masculine actuelles (notamment le préservatif mais aussi des formes de participation de certains hommes à la contraception de leur partenaire) confortent l’idée dans les représentations notamment des femmes que la contraception reste une responsabilité féminine, qu’elles peuvent même revendiquer en tant que telle dans la mesure où elle est un moyen de maitriser leur fécondité et représente un progrès social en termes de rapports hommes-femmes. Cependant, cette persistance de la perception de la contraception comme une affaire féminine est dommageable, d’une part parce qu’elle fait peser sur la femme les risques en termes de santé et la « charge mentale » (c’est-à-dire la nécessité de penser à prendre son contraceptif, à en racheter, à renouveler sa prescription médicale, etc.) de la contraception, et d’autre part parce qu’elle contribue à maintenir la femme au niveau symbolique du côté de la nature (selon les oppositions traditionnellement faites entre l’homme et la femme : l’homme serait du côté de la culture et de la rationalité et inversement la femme serait du côté de la nature et de l’irrationalité, de l’émotion), dans la continuité des représentations dominantes de la médecine au tournant du XIXème siècle et du XXème siècle : le corps féminin reste l’objet médical par excellence et le sexe et la reproduction sont perçus comme plus constitutifs du corps féminin que du corps masculin (Oudshoorn, 2003).

 

Références bibliographiques
Bajos Nathalie, Ferrand Michèle, « La contraception, levier réel ou symbolique de la domination masculine ? », Sciences Sociales et Santé, Vol . 22, n°3, 2004
Davidson Andrew R., Ahn Kye Choon, Chandra Subhas, Diaz-Guerro Rogelio, Dubey D. C. and Mehryar Amir, « Contraceptive choices for men: Existing and potential male methods. », rapport préparé pour être présenté au « Seminar on Determinants of Contraceptive Method Choice », 26-29 août, East West Population Institute, Honolulu, Hawaii, 1985
Desjeux Cyril, « Une occultation des pratiques masculines de contraception », Interrogations, n°6, juin 2008
Desjeux Cyril « Histoire et actualité des représentations et pratiques de contraception masculine »,  Autrepart, Vol. 52, n°4, 2009, p. 49-63.
Desjeux Cyril, « Histoire de la contraception masculine – l’expérience de l’Association pour la recherche et le développement de la contraception masculine (1979-1986) », Politiques sociales et familiales, n°100, juin 2010, pp. 110-114
Gaudrillère Jean-Paul, « La fabrique moléculaire du genre : hormones sexuelles, industrie et médecine avant la pilule », La distinction entre sexe et genre : une histoire entre biologie et culture, (Sous la direction de Löwy I., Rouch H.), Cahier du genre, n° 34. 2003, p. 58-80
Giami Alain, Leridon Henri, Les enjeux de la stérilisation, Ined/Inserm, 2000
Huygues Eric, Nohra Joe, Vezzosi Delphine, Bennet Antoine, Caron Philippe, Mieusset Roger, Bujan Louis, Plante Pierre, « Contraceptions masculines non déférentielles : revue de la littérature », Progrès en Urologie, 17, 2007, p.156-164
Jardin Alain, Où en est la stérilisation masculine en France ?, Trentièmes journées nationales du CNGOF, 2006
Jardin Alain, « Pourquoi si peu de vasectomies en France ? », Gynécologie, obstétriques et fertilités, vol. 36, n°2, 2008, pp. 156-164
Jaspard MaryseSociologie des comportements sexuels, Paris, La Découverte, 2005, 122 p
Journet Nicolas, « Pourquoi la pilule pour homme n’existe pas », Sciences humaines, n°2004, avril 2000
Kalampalikis Nikos et Buschini Fabrice, « La contraception masculine médicalisée : enjeux psychosociaux et craintes imaginaires », Nouvelle revue de psychosociologie 2/2007 (n° 4), p. 89-104.
Leclair Annemiek, « Waar blijft het gejuich om de bilprik? », Haagse Post/De Tijd, 12 April, 1996,  pp.8-10
Oudshoorn, « Of the making of sex hormones : Research materials and the production of knowledge », Social studies of science, Vol. 20, n°1, février 1990, pp. 5-33
Oudshoorn Nelly, « On masculinites, technologies, and pain : the testing of male contraceptives in the clinic and the media », Science, technology, & human values, Vol. 24, n°2, 1999a, pp. 265-289
Oudshoorn Nelly, « Contraception masculine et querelles de genre », Cahiers du genre, n°25, 1999b, pp.139-166
Oudshoorn Nelly, The Male Pill : A biography of technology in the making, Duke University Press, London, 2003
Organisation mondiale de la santé, La vasectomie : guide à l’intention du technicien et du gestionnaire, Genève, 1989
Soufir Jean-Claude, « La contraception hormonale masculine », Endocrinologie masculine (Sous la direction de Drosdowsky M-A., Belaisch J., Vermeulen A.), Doin éditeur, 1996, p. 277-283.
Vidal Vincent, La petite histoire du préservatif, Syros-Alternatives, 1993
Welzer-Lang Daniel, « Les hommes, une longue marche vers l’autonomie », Les temps modernes, n°593, 1997, pp. 199-218


[1]La stérilisation représente 37% des moyens de contraception utilisés dans le monde, sachant que neuf fois sur dix, c’est la femme qui est stérilisée. Sources : Institut National d’Etudes démographiques

[2] Ou du moins, les laboratoires pharmaceutiques auraient moins de scrupules à faire peser des effets secondaires de moyens de contraception sur les femmes que sur les hommes ? Nelly Oudshoorn souligne en effet que dans les années 1970, des groupes féministes ont dénoncé les effets secondaires de la contraception hormonale sur le corps des femmes (Oudshoorn, 2003).

[3] En effet, les mouvements de santé féminine, du fait de l’impact de la contraception hormonale sur la santé des femmes, ont réussi à mobiliser les organisations de planification familiale et l’OMS pour faire inscrire la responsabilité masculine dans la contraception à leurs agendas, mais cette mobilisation n’a pas touché les laboratoires pharmaceutiques, qui ont plutôt cherché à améliorer la contraception hormonale féminine (Oudshoorn, 2003).

[4] Deux problèmes annexes concernant les tests cliniques en tant que tels sont de plus souligné par Nelly Oudshoorn dans The Male Pill. D’une part les chercheurs ont eu des difficultés à trouver des volontaires et des infrastructures, et des financements pour tester les moyens de contraception mis au point. En effet, la difficulté spécifique concernant la contraception est qu’elle s’adresse non à des malades mais à des individus biens portants (d’où la difficulté pour trouver des sujets sur lesquels la tester). De plus, il n’existe pas d’institution réunissant spécifiquement les hommes (où pourraient être menées des campagnes de recrutement de volontaires ou réaliser les tests), à part les casernes ou les prisons, alors que pour trouver les femmes on peut s’adresser à des cliniques de planning familial, ou à des gynécologues ou des obstétriciens. Ces difficultés ont été surmontées en recrutant des volontaires au sein des patients des médecins pratiquant les tests et par le biais d’affiches que des médecins généralistes ont bien voulu mettre dans leur salle d’attente et par la construction d’infrastructures par l’OMS pour réaliser les tests. D’autre part, le corps faisant l’objet du test clinique n’est pas celui sur lequel on pourra voir les résultats du test (puisque c’est la femme qui portera l’enfant si le moyen de contraception échoue), ce qui pose également des problèmes du ou des indicateur(s) à retenir pour juger de la fiabilité d’une méthode (nombre de spermatozoïdes, nombre de grossesse de la compagne – sachant qu’il est possible qu’elle ait des relations sans contraception avec un autre partenaire –, etc.) (Oudshoorn, 2003)

[5] Les études citées ici sont généralement encore au stade de l’essai clinique : elles ont été testées avec succès sur un échantillon de volontaires et la stérilité a pu être inversée. Cependant, l’effet contraceptif met souvent plusieurs mois à agir et inversement, il ne peut être inversé qu’au bout de quelques mois dans la plupart des cas.

[6] D’importantes différences en termes d’efficacité de la procédure ont pu être constatées entre les sujets, notamment selon leur origine ethnique (les Asiatiques y seraient beaucoup plus sensibles que les caucasiens (Huyghe et al., 2007).

[7] Les antagonistes du GnRH ont un effet opposé à celui de cette hormone.

[8] Les agonistes GnRH imitent les effets de la GnRH naturelle.

[9] Des recherches dans ce sens ont été menées au début des années 1980 mais elles demandaient une implication importante des utilisateurs et elles ont été décrédibilisés par les railleries de la presse (Desjeux, 2010)

[10] Par exemple, Primakoff est parvenu à immuniser des porcs de Guinée en ciblant une protéine de surface des spermatozoïdes, qui leur est spécifique.

[11] Il semblerait cependant que cette substance entraine la stérilité chez certains sujets, ce qui limite son intérêt en termes de contraceptif à proprement parler.

[12] Sources : Institut National d’Etudes démographiques

[13] Le préservatif est ici considéré comme un contraceptif masculin car en dépit de l’existence d’un préservatif féminin, dans les représentations le mot « préservatif » est généralement associé au préservatif masculin. En effet, le préservatif féminin est plus récent (il a été mis sur le marché dans les années 1980 bien qu’un préservatif féminin « le pratique » soit apparu au début du XXème siècle, alors que les premiers préservatifs masculins en caoutchouc datent des années 1860), il est moins connu (et il fait l’objet d’une moins grande promotion par les autorités sanitaires) et est plus cher, il est donc moins utilisé que le préservatif masculin.

[14] Quatre-vingt pourcents des femmes désapprouveraient l’idée d’une nouvelle contraception masculine parce qu’elles ne feraient pas confiance à leurs partenaires en matière de contraception (Leclair, 1996, cité par Oudshoorn, 1999a)

[15] Les médias ont d’ailleurs présenté cette méthode comme avant tout douloureuse lors des premiers résultats des études menées sous l’égide de l’OMS (Oudshoorn, 1999a)

[16] A l’enquête de Susan Walker « Attitudes to a male contraceptive pill in a groupe of contraceptive users in UK », 49,5% des répondant auraient indiqué qu’ils utiliseraient une “pilule pour hommes”. Un sondage international réalisé en 2002 par Klaas Heinemann, Farid Saad, Martin Wiesemes, Steven White et Lothar Heinemann auprès de plus de 9 000 hommes issus de quatre continents a eu conclu que 55% des participants ont exprimé leur volonté d’utiliser une méthode de contraception hormonale masculine. De plus, d’après une étude menée par le Kaiser Family Foundation en 1997, 66% des hommes habitant aux Etats-Unis seraient prêts à utiliser une méthode de contraception hormonale masculine. D’après une étudeinternationale conduite à Edimbourg, Hong-Kong, Shangai et Cape Town publiée dans la revue Human Reproduction (Vol. 15, n°3, mars 2000), une majorité d'hommes serait prêts à franchir le pas (entre 43 et 84 % selon la ville). Cependant, d’après un sondage lancé par le Science Museum de Londres, seulement un homme sur dix serait prêt à prendre un comprimé contraceptif.

[17] A ce titre, la contraception masculine pourrait être vue comme un moyen de limiter le mécanisme de la domination masculine si on considère comme Françoise Héritier que cette dernière  a pour origine la volonté des hommes de contrôler le pouvoir de fécondité de la femme ?

[18] C’est aussi la perspective envisagée par les recherches menées sur une contraception hormonale masculine sous l’égide de l’OMS : les chercheurs ont ciblés des couples stables comme volontaires pour les tests cliniques, car ils pensaient que les femmes motiveraient leurs partenaires, excluant d’emblée une grande partie des utilisateurs possibles : les hommes engagés dans des relations occasionnelles, des couples récents, les hommes célibataires ou bisexuels (Oudshoorn, 2003).

 

Références bibliographiques

  • Davidson Andrew R., Ahn Kye Choon, Chandra Subhas, Diaz-Guerro Rogelio, Dubey D. C. and Mehryar Amir, « Contraceptive choices for men: Existing and potential male methods. », rapport préparé pour être présenté au « Seminar on Determinants of Contraceptive Method Choice », 26-29 août, East West Population Institute, Honolulu, Hawaii, 1985
  • Desjeux Cyril, « Une occultation des pratiques masculines de contraception », Interrogations, n°6, juin 2008
  • Desjeux Cyril « Histoire et actualité des représentations et pratiques de contraception masculine »,  Autrepart, Vol. 52, n°4, 2009, p. 49-63.
  • Desjeux Cyril, « Histoire de la contraception masculine – l’expérience de l’Association pour la recherche et le développement de la contraception masculine (1979-1986) », Politiques sociales et familiales, n°100, juin 2010, pp. 110-114
  • Huygues Eric, Nohra Joe, Vezzosi Delphine, Bennet Antoine, Caron Philippe, Mieusset Roger, Bujan Louis, Plante Pierre, « Contraceptions masculines non déférentielles : revue de la littérature », Progrès en Urologie, 17, 2007, p.156-164
  • Jardin Alain, Où en est la stérilisation masculine en France ?, Trentièmes journées nationales du CNGOF, 2006
  • Jardin Alain, « Pourquoi si peu de vasectomies en France ? », Gynécologie, obstétriques et fertilités, vol. 36, n°2, 2008, pp. 156-164
  • Journet Nicolas, « Pourquoi la pilule pour homme n’existe pas », Sciences humaines, n°2004, avril 2000
  • Oudshoorn, « Of the making of sex hormones : Research materials and the production of knowledge », Social studies of science, Vol. 20, n°1, février 1990, pp. 5-33
  • Oudshoorn Nelly, « On masculinites, technologies, and pain : the testing of male contraceptives in the clinic and the media », Science, technology, & human values, Vol. 24, n°2, 1999a, pp. 265-289
  • Oudshoorn Nelly, « Contraception masculine et querelles de genre », Cahiers du genre, n°25, 1999b, pp.139-166
  • Oudshoorn Nelly, The Male Pill : A biography of technology in the making, Duke University Press, London, 2003
  • Organisation mondiale de la santé, La vasectomie : guide à l’intention du technicien et du gestionnaire, Genève, 1989
  • Vidal Vincent, La petite histoire du préservatif, Syros-Alternatives, 1993

Imprimer ce billet Imprimer ce billet