Police et virilité : réflexions autour de La force de l’ordre de Didier Fassin

1 mars 2013

(Toutes les citations non référencées sont  issues de l’ouvrage de Didier Fassin)

 

Dans La force de l’ordre (2011), Didier Fassin propose une réflexion sur le travail policier en France aujourd’hui, basée sur de longues observations ethnologiques. Cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre, mais l’aspect que j’ai choisi d’explorer ici est celui de la construction genrée du métier policier, et plus précisément des Brigades Anti Criminalité (BAC).

En effet, à la lecture de l’ouvrage de D. Fassin (comme plus généralement de la littérature sociologique sur la police), il apparaît clairement que les normes qui définissent le « vrai » travail policier et le « bon » policier sont extrêmement marquées par les valeurs socialement connotées comme masculines, viriles, et ce d’une manière exacerbée en ce qui concerne les BAC. Le champ lexical correspondant est ainsi omniprésent (« testostérone », « dureté », « imaginaire guerrier », « ne pas reculer », « aller jusqu’au bout », « force physique », « être craint », « brutalité », et même « ne pas baisser son froc » dans la bouche d’un brigardier major…), mais sans que cet aspect soit réellement problématisé. Un passage retient cependant notre attention, quand D. Fassin avance des explications à « la production et la reproduction de cet habitus dominant », « violent » et « raciste », au sein de la BAC qu’il a étudié, dont celle des recrutements sélectifs par le chef de l’unité : de la même manière qu’il « rejetait par avance tout sollicitation provenant d’un gardien de la paix appartenant à une minorité visible qui aurait été désireux d’intégrer son unité », « il s’était opposé aux candidatures féminines – considérant qu’elles seyaient mal à un métier viril » (p. 256). Cette virilité dont il est sans cesse question à propos du travail policier n’est jamais donnée  naturellement, sans cesse à prouver. Un passage de La domination masculine de Bourdieu (1998) entre particulièrement en résonance avec cette idée :

« Certaines formes de ”courage”, celles qu’exigent ou reconnaissent les armées ou les polices (et tout spécialement les ”corps d’élite”) et les bandes de délinquants […] – qui […] encouragent ou contraignent à refuser les mesures de prudence et à dénier ou à défier le danger par des conduites de bravade responsables de nombreux accidents –, trouvent leur principe, paradoxalement, dans la peur de perdre l’estime ou l’admiration du groupe, de ”perdre la face” devant les ”copains”, et de se voir renvoyer dans la catégorie typiquement féminine des ”faibles”, des ”mauviettes”, des ”femmelettes”, des ”pédés”, etc. »

Ainsi, Didier Fassin montre bien par divers exemples comment la prise de risque au volant, à l’issue parfois fatale (les accidents de la route sont la première cause de mortalité des policiers dans l’exercice de leurs fonctions), que ce soit pour se rendre sur les lieux d’un incident où on arrivera de toute manière trop tard, ou encore lors de courses-poursuites illégales et non moins improductives, fonctionne comme un « divertissement légitimé » dans le cadre d’une homosocialité masculine où la prise de risque, même inutile, est justement valorisée pour elle-même.

De plus, comme Bourdieu le soulignait, les policiers n’ont pas l’apanage de ce système de valeur mais le partagent au contraire avec leur public : les agents de la BAC « paraissaient vivre [l'émotion des courses-poursuites] par délégation en assistant à des runs clandestins […]. [Ils] regardaient avec un mélange de mépris et d’envie les courses de voitures ”tunées” dont les propriétaires faisaient admirer les carrosseries et vrombir les moteurs » (p. 128-129) ; à un autre moment, D. Fassin mentionne à nouveau « l’envie » éprouvée par un agent qui « s’émerveille sur la voiture de sport » d’un « Manouche » qu’il « provoque » verbalement (« l’échange est ironique de part et d’autre », mais il n’y aura pas de contrôle) (p. 245). Cette logique s’exprime d’autant plus clairement lors des confrontations physiques des policiers exclusivement hommes, donc, avec les jeunes également exclusivement hommes, situations lors desquelles les uns comme les autres semblent mettre à l’épreuve leur virilité dans un contexte où agressivité et usage de la force physique (par opposition au règlement pacifique des différents) sont valorisées. Ceci avait déjà été très bien décrit par exemple dans un article de Laurent Muchielli et Marwan Mohammed (2006), auquel peuvent faire penser nombre de descriptions issues de l’enquête de Fassin :

« …les jeunes comme les policiers sont pris dans ce jeu dont l’enjeu est de ”sauver la face”, c’est-à-dire préserver son honneur individuel ou collectif. […] Le territoire est ainsi enjeu symbolique fort, dans lequel policiers et bandes de jeunes se livrent à des rituels d’appropriation et ”d’occupation”, qui nourrissent à leur tour les conflits et l’imaginaire collectif. D’un côté comme de l’autre, les violences verbales et physiques sont des modes d’action légitime et la place de la virilité y est centrale. Les dynamiques collectives de surenchère sont liées d’un côté comme de l’autre à la présence de « leaders » qui tirent le reste du groupe dans une dynamique déviante. Les logiques viriles imposent le sens à suivre. Si d’un côté comme de l’autre on fait « front » dans l’action, il est faux de prétendre que l’orientation prise est consensuelle. Dans l’intimité des entretiens, certains policiers comme certains jeunes dénoncent ce qu’ils jugent comme des provocations inutiles qui, engagées par une minorité, mettent en danger le reste du groupe. Mais ces voix sont inaudibles dans le quartier et dans le commissariat, où chacun se soumet à la pression collective ». (c’est nous qui soulignons).

Ces logiques sont connues des sociologues depuis longtemps, et pour ne donner qu’un autre exemple, déjà en 2000, Philippe Juhem affirmait, en s’appuyant notamment sur la thèse de Fabien Jobard (1997) : « la confrontation avec les forces de l’ordre s’insère parfaitement dans la logique virile des groupes d’adolescents masculins et ne nuit aucunement à l’extension de son  emprise ».

 

En réalité, le travail de policier est loin de se limiter à ses dimensions les plus « viriles », au travail de répression et à l’usage de la force physique, il intègre en principe une large gamme d’objectifs, de savoirs-faire et de savoirs-être, comme le résume l’un des policiers (de police-secours) étudiés par D. Fassin, qui explique que « [ce ] qui l’[a] amené à faire ce métier : c’était la diversité des missions, […] le mélange de la dimension sociale et du maintien de l’ordre » et qui n’a pas l’intention de tenter de rejoindre la BAC parce qu’ils vont « trop au conflit », alors qu’il « aime parler et préfère négocier avec les gens pour résoudre les problèmes ». Il s’agit donc de ne pas ignorer la dimension de « care », de « présence sociale » dans le travail policier : on touche à l’idée du souci de l’autre et de la sollicitude, à la présence sur le long terme, au fait de se sentir concerné (to care) par les problèmes du public auprès duquel on travaille, à une certaine responsabilité vis-à-vis de ce public, ou encore à une disponibilité (autant de notions permettant, par approximation, de décrire tout ce qu’englobe le « care »). Ces aspects inévitables de tout métier impliquant le contact avec un public (aussi axé soit-il sur la répression) ne sont évidemment pas neutres du point de vue du genre mais socialement connotés comme féminins. Pour cette raison, ils sont dans une large mesure « invisibilisés » dans les métiers dits « d’hommes », comme a pu l’analyser Marc Bessin pour l’exemple des surveillants de prison (2009 a,b) : alors même qu’on se représente souvent l’essentiel de leur fonction comme répressif, ils sont, de fait, amenés à développer des rapports de « care » sur le long terme avec les prisonniers, une certaine forme de sollicitude et de souci de l’autre qui peut passer par des discussions, le fait d’offrir une cigarette à un détenu, etc. ; or, si cette fonction n’est absolument pas mise en avant, ne fait l’objet d’aucune formation par exemple, elle est bel et bien indispensable à leur métier. On voit bien comment ce type de rapport à autrui peut être dévalorisé dans le cadre du travail de la police : dans l’enquête de D. Fassin comme dans les autres publications sur les forces de l’ordre, nombreux, voire majoritaires, sont ceux qui affirment être entrés dans la police « pour arrêter des délinquants » et non pour « faire du social ». Or, les « baqueux » déchantent vite quand il prennent conscience de la rareté des opportunités de « faire du flagrant délit », du « saute-dessus », et là encore, Fassin montre bien comment ce décalage entre les attentes et la réalité engendre une frustration propice au fait de sauter sur la première occasion de « créer l’évènement », aux engrenages violents. Ainsi, les commissaires eux-mêmes ne semblent pas dupes de ce que les policiers appellent « faire de l’outrage » : « Quand j’ai un policier qui accumule les outrages et rébellions, [explique l'un d'eux], je suspecte une incapacité à gérer les situations, voire une tendance à ne pas gérer sa propre agressivité » (p. 213). Ainsi, il est opérant d’appréhender la problématique des BAC sous l’angle de la survalorisation des qualités dites « masculines » (et de la dévalorisation des qualités dites « féminines »). Ce déséquilibre est présent dès l’étape de la sélection des agents destinés à intégrer ces brigades (sans même parler des logiques subjectives de type « autocensure » ou « copinage » décrites par Fassin) : par exemple,

« les épreuves [d'habilitation] comprenaient surtout des évaluations en matière de sport et d’autodéfense, mais aussi des tests psychologique. Les compétences en matière de procédures judiciaires n’étaient en revanche pas prises en considération ; or, de l’avis unanime de leurs supérieurs, c’est précisément sur ce point que le travail de ces unités s’avérait particulièrement problématique … » (p. 94)

Tout le long de l’ouvrage de Fassin, l’enquête dévoile que dans les BAC tout particulièrement, l’accent est mis sur le conflit, la force physique, la capacité à « être craint », plus que sur tout autre mode de rapport à autrui connotant moins la « virilité » et plus la « féminité », qui est pour sa part, souvent en creux, mais parfois explicitement, largement dévalorisée, renvoyée à une marque de faiblesse et au manque d’efficacité. Cette polarisation genrée des qualités exigées du « bon » gardien de la paix est  d’ailleurs présente dans la rhétorique de ceux qui soutiennent les logiques mises en oeuvre par les BAC. Ainsi, si la phrase de Nicolas Sarkozy qui a retenu particulièrement l’attention de Didier Fassin est celle dans laquelle il affirme vouloir « nettoyer les banlieues au kärcher », c’est une autre de ses déclarations, un peu moins médiatisée, qui nous intéressera ici : en 2002, alors qu’il vient d’être nommé ministre de l’Intérieur, il justifie la suppression des programmes de « police de proximité » en ironisant sur le fait que « les policiers ne sont pas là pour organiser des tournois de foot avec les jeunes ». Cette phrase est intéressante parce qu’elle dit explicitement ce que le travail de la police ne doit pas être (une police du care), ce qui en général n’apparait qu’en creux, par rapport à l’affirmation de ce que la police doit être (une police de la répression). Encore plus explicites sont les mots de Claude Guéant, quand en mars 2011 il annonce officiellement vouloir « améliorer la relation entre la police et la population », et, pour préciser le sens de son programme d’action tout en anticipant les accusations de revenir à la « police de proximité », il rappelle que celle-ci n’a pas été créée par la gauche mais par Charles Pasqua quand il était ministre de l’Intérieur, et que « cela ne signifiait pas que les policiers se transforment en assistants sociaux ou en animateurs sportifs » (Gaillard, 2011). Cette phrase reprend une rhétorique qui s’est mise en place dans son camp politique quelques années auparavant, et l’usage du masculin neutre « assistants sociaux » (qui sonne relativement « faux » par rapport à l’usage courant, tant on sait à quel point cette profession reste majoritairement féminine) peine à masquer sa symbolique genrée qui était à la base assumée : selon certaines sources, c’est Nicolas Sarkozy qui aurait utilisé cette formule imagée pour la première fois en 2003, à l’adresse des policiers toulousains, auxquels il aurait dit « Vous n’êtes pas des assistantes sociales ! » (« Juan », 2011), sous-entendant ainsi très nettement le rejet de ce qui est bel et bien pensé comme une « féminisation » dévalorisante du travail de la police. Il s’agit ici de « féminisation » sur le plan du genre, de la dimension sociale du sexe, et non de l’augmentation de la proportion d’agents de sexe féminin dans la police. Le rejet de la dimension socialement connotée comme féminine du travail de la police peut d’ailleurs a priori être aussi bien le fait des femmes que celui des hommes, comme en témoigne la reprise des propos sur « les assistantes sociales » par Martine Monteil (alors à la Direction centrale de la police judiciaire) (Tchakalof, 2006). De cette manière, il serait trop simpliste de résumer ces questions à la problématique de la féminisation sexuée de la profession policière, comme s’il suffisait, pour contrer les logiques qu’on a décrites, d’augmenter la proportion de femmes dans les BAC (ou à l’inverse d’exclure totalement les femmes de la police pour renforcer sa dimension virile). Il me semble important d’insister sur ce point, car un exemple très parlant proposé par Fassin n’invitait pas forcément à cette réflexion : il raconte un épisode lors duquel une policière, qui a acheté des canettes de soda pour des étrangers en situation irrégulière détenus au commissariat avant leur reconduite à la frontière, essuie les violentes railleries d’un collègue de sexe masculin ; Fassin écrit alors que « la disposition à l’animosité, voire à la cruauté, semble bénéficier d’une plus grande légitimité que la disposition à la bienveillance ». Si dans cet exemple, il y a coïncidence entre sexe et genre (la bienveillance, le care, sont du côté de la femme, tandis que leur rejet est du côté de l’homme), les rôles de la policière et du policier auraient pu être inversés. A ce propos, les travaux de Geneviève Pruvost (2008, 2007) sur les femmes dans la police sont tout à fait éclairants. Ils démontrent qu’une petite proportion de femmes réussit à entrer dans la police et à y accéder à la plupart des postes dans la mesure où elles remplissent les critères androcentriques qui définissent la profession (« La police, un métier d’homme », scande une affiche de recrutement de 1972), au prix d’un réel « travail de virilisation » (vu comme un alignement valorisant sur le « masculin- neutre »), c’est-à-dire de mise en conformité avec les qualités dites « masculines » exigées du policier, et de rupture avec les stéréotypes associés à la féminité. Notamment « les policières [...] ont gagné leur droit d’être considérées comme de véritables policières par leur capacité d’assaut physique ou pour en avoir subis », conformément à la norme qui veut que ce soit « la fonction répressive qui [définisse] la ”vraie” police » (Beauchesne, 2008), comme le résume Line Beauchesne dans sa recension de l’ouvrage de Pruvost De la ”sergote” à la femme flic.  Beauchesne, chercheuse en criminologie, écrit ainsi dans un autre article, qui dresse un bilan des recherches nord-américaines sur l’entrée des femmes dans la police (1999), que nombre d’études se sont penchées sur la question de savoir si « les policières [étaient] de bons policiers », si elles étaient aussi efficaces que leurs collègues hommes dans les domaines traditionnellement marqués par les prérogatives masculines, ce qui a effectivement pu être prouvé. Mais, poursuit-elle, d’autres travaux ont remis en cause le présupposé « sexiste » de la question guidant ce type d’études, et avancé qu’on pourrait tout aussi bien se demander :

« Les policiers sont-ils de bons policiers ? […] Ces études privilégient les indicateurs quantitatifs traditionnels du travail policier qui n’évaluent qu’une très petite partie de leurs tâches : nombre d’arrestations, de contraventions, etc. Pourquoi ne mesure-t-on pas leurs capacités à résoudre sans violence des conflits, à communiquer, à sécuriser, etc. Après tout, 80% à 85% des tâches de cette profession n’ont rien à voir avec le contrôle répressif des activités criminelles mais consistent à des intervention de maintien de la paix et d’assistance publique. Ces tâches ne furent pas évaluées parce qu’elles sont ”féminines” [...] ».

Ainsi, on voit bien que cette problématique excède largement celle de d’une « féminisation » du travail policier par l’entrée progressive de plus de femmes dans la police. Au nom de quelles qualités féminines prétendument naturelles ou innées auraient-elles plus que les hommes la volonté et la capacité à assumer la dimension de care inhérente au métier ? L’enquête de Pruvost montre que « globalement les motivations initiales des femmes sont assez semblables à celles de leurs collègues masculins : elles idéalisent tout autant le métier, ne rêvent pas moins d’action qu’eux et n’ont pas une vocation plus altruiste » (Zolesio, 2007). On touche bien ici à l’idée de « dégenrer le care » qui est au coeur tout un champ d’études (Garrau, Le Goff, 2010) : il pourrait s’agir de déconstruire ce qui touche au care, de le « décoder » pour pouvoir le « recoder » d’une manière qui serait neutre du point de vue du genre ; alors, il serait moins évident de faire comme si la valeur pratique et politique supérieure (ou inférieure) de certaines composantes du travail policier allait de soi, et une réflexion d’autant plus fertile pourrait advenir.

 

 

Bibliographie

  • Beauchesne Line, « Geneviève Pruvost, De la ”sergote” à la femme flic : une autre histoire de l’institution policière (1935-2005), Paris, Éditions La Découverte, 2008, 309 p. », Recherches féministes, Volume 21, numéro 2, 2008, p. 169-171.
  • Beauchesne Line, « Les recherches en Amérique du nord sur l’entrée des femmes dans la police: les difficultés d’intégration dans une culture organisationnelle masculine », In: Déviance et société. 1999 – Vol. 23 – N°3. pp. 341-362.
  • Bessin Marc, « Focus – La division sexuée du travail social », Informations sociales 2/2009 (n° 152), p. 70-73.  URL : www.cairn.info/revue-informations-sociales-2009-2-page-70.htm.
  • Bessin Marc, « Les rôles sexués dans le travail social et les relations de soins en prison », in E. Dorlin et E. Fassin (dir.) Genres et sexualités, Bibliothèque Centre Pompidou, 2009, pp. 67-76.
  • Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
  • Fassin Didier, La force de l’ordre, Paris, Seuil, 2011.
  • Gaillard Eric, « La police va revenir au contact de la population en France », L’Express, 15/03/2011.
  • Garrau Marie, Le Goff Alice, Care, justice et dépendance, Paris, Puf, 2010.
  • Jobard Fabien, « L’usage de la force physique par la police. Sur quelques aspects de la mise en oeuvre du monopole de la violence physique légitime par la police nationale dans la France contemporaine », thèse de science politique, Institut d’études politiques de Paris, 1997.
  • Juhem Philippe. « ”Civiliser” la banlieue. Logiques et conditions d’efficacité des dispositifs étatiques de régulation de la violence dans les quartiers populaires », in Revue française de science politique, 50e année, n°1, 2000. pp. 53-72.
  • Mohammed Marwan, Muchielli Laurent, « La police dans les quartiers populaires : un vrai problème ! », Mouvements, n°44, mars-avril 2006.
  • Pruvost Geneviève, De la sergote à la femme flic, une autre histoire de l’institution policière (1935-2005), Paris, La Découverte, 2008.
  • Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Maisondes sciences de l’homme, Ethnologie de la France, 2007.
  • Zolesio Emmanuelle, « Geneviève Pruvost, Profession : policier. Sexe : féminin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 04 octobre 2007.
  • « Juan Sarkofrance », « Délinquance : tous contre Sarkozy ? », blog « Sarkofrance », 05/02/11. URL : http://www.marianne2.fr/sarkofrance/Delinquance-tous-contre-Sarkozy_a342.html

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Lectures

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Bibliothèque

RSS Calenda – Etudes genre

  • Une erreur est survenue, le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

Carnets de recherche