La "propagande de l'homosexualité" en Russie (1/2)

Je voudrais proposer ici quelques éléments d'analyse autour de cette fameuse "propagande de l'homosexualité" dont on a tant parlé ces derniers temps en Russie, et qui m'intéresse en tant que construction discursive. Comment comprendre la genèse de ce concept, les imaginaires qu'il convoque, les réappropriations dont il fait l'objet ?

Dans ce premier billet, je tenterai de mettre en perspective la récente interdiction au niveau fédéral de la "propagande de l'homosexualité" : qu'est-ce qui permet à ce "type de discours" dans cette société, d'être "accueilli" et de "fonctionner comme vrai" [1] ? En effet, les médias occidentaux, lorsqu'ils ont relayé la nouvelle, ont pu, en s'appuyant sur les résultats d'un sondage, écrire par exemple que "cette loi fait écho à l’opinion exprimée par une majorité de Russes" [2]. Au delà du scepticisme qui s'impose vis-à-vis de la construction de "l'opinion publique", il me semble que parler d'une "homophobie populaire" qui serait entérinée (et éventuellement in fine renforcée) par une "homophobie d’État" offre finalement assez peu de clés de compréhension. On nous propose en fait une sorte de géographie de la tolérance dans laquelle l'Occident a le beau rôle, et qui occulte l'histoire paradoxale de la construction de l'homosexualité en tant que catégorie médicale et juridique... une construction d'abord occidentale, qui fait ensuite l'objet de circulations complexes.

Dans un deuxième billet, je m'intéresserai aux utilisations du concept de "propagande de l'homosexualité" dans les tentatives de s'opposer à la loi en Russie. Notamment, j'essaierai de montrer comment celles et ceux qui prennent position contre la loi se réapproprient son énoncé pour le reformuler, le contester, ou même le revendiquer.

 

C'est de façon presque unanime que la Douma (chambre basse du Parlement) russe a adopté en première lecture, le 25/01/2013, une loi condamnant "la propagande de l'homosexualité auprès des mineurs" [3] (388 voix pour, une contre [4], une abstention, 60 absents). Les députés ont jusqu'au 25/05/2013 pour adopter des amendements et notamment clarifier le projet de loi en définissant précisément notamment ce qu'il entend par "propagande". Pour l'instant, le document d'accompagnement la définit de la manière suivante :

"Activité orientée vers la diffusion non contrôlée d'informations capables d'avoir une influence négative sur la santé, le développement moral et spirituel, et notamment de former une représentation déformée de la valeur sociale égale des orientations sexuelles traditionnelle et non traditionnelles, auprès des personnes qui n'ont pas, en vertu de leur âge, la possibilité d'évaluer de façon autonome et critique une telle information" [5]

Les élus soutiennent ne pas vouloir condamner l'homosexualité en tant que telle, mais protéger les enfants.

Cette loi fédérale apparaît comme l'aboutissement d'un processus entamé dans les années 2000, lorsqu'un certain nombre de régions russes se sont mises à adopter les unes après les autres des projets de loi similaires, sous différentes formulations, alors qu'en parallèle des tentatives étaient déjà faites pour faire voter une telle loi au niveau fédéral. Par ailleurs, l'Ukraine a adopté une loi similaire le 02/10/2012.

[6]

L'attitude des autorités à l'encontre de l'homosexualité en Russie a une histoire complexe (sur ce thème, voir le billet : http://gps.hypotheses.org/141).

A ce sujet, je m'appuie largement sur les travaux de l'historien Dan Healey (voir bibliographie).

La première interdiction de la "sodomie", d'abord uniquement dans l'armée, en 1716, sous Pierre Ier, qui sera étendue à toute la population civile en 1855, s'inscrivait dans une volonté d'européanisation et de modernisation. Les historiens considèrent que traditionnellement, la religion orthodoxe russe réprimait moins les relations sexuelles entre hommes que les institutions religieuses chrétiennes en Europe de l'Ouest.

Puis, au lendemain de la Révolution de 1917, la Russie est devenue le premier pays à dépénaliser les relations sexuelles entre hommes au XXe siècle. En faisant de l'homosexualité un problème médical plutôt que juridique, les autorités soviétiques ouvraient la voie qui fut suivie par la plupart des pays ouest-européens quelques décennies plus tard.

Mais en 1934, sous Staline, a lieu un changement de cap, avec la re-criminalisation de l'homosexualité masculine, à un moment où l'autorité médicale dans le domaine de la "question sexuelle" est fortement remise en question (ce qui se ressent pour d'autres questions, comme celle de la lutte contre les avortements et les maladies vénériennes, elles aussi marquées par une criminalisation (Bernstein, 2007) ). Comme ailleurs en Europe à la même époque, l'homosexualité est renvoyée à la figure de "l'Autre" et vue comme sapant les bases de l'identité et de la puissance nationale (Tamagne, 2000). Les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes continuèrent d'être envoyés au Goulag même après la Déstalinisation (cinq ans reconductibles automatiquement), tandis que les femmes qui avaient des relations avec d'autres femmes risquaient l'internement psychiatrique sur un mode comparable à ce qui a valu à l'encontre de dissidents politiques. Selon Dan Healey :

"La déstalinisation est allée en Russie avec une forme de modernité sexuelle non-libérale dans laquelle les méthodes scientifiques et policières étaient combinées pour faire appliquer, avec en apparence plus d'efficacité qu'auparavant, une norme d'hétérosexualité obligatoire. (Rien de tout cela n'était bien éloigné de la répression de l'amour entre personnes de même sexe dans les années 1940-1960 au Royaume-Uni, aux États-Unis et dans les deux Allemagnes.)" [7]

Finalement, c'est après la chute du régime soviétique, en 1993, qu'a été dépénalisée l'homosexualité masculine, ce qui a permis de remplir les conditions d'admission au Conseil de l'Europe. Ce changement législatif ne s'est pas accompagné d'une publicisation et d'une politisation, l'homosexualité est restée officiellement une pathologie jusqu'en 1999 -- mais dans les faits cette conception reste prédominante parmi les professions médicales. Parallèlement, l'homosexualité reste une catégorie juridique puisque la loi continue de faire la distinction entre les agressions sexuelles et viols hétéro- d'un côté et homo-sexuels de l'autre, et, afin de ne pas contrevenir au principe d'égalité des sexes inscrit dans la Constitution, la catégorie de "lesbianisme" fait pour la première  fois son apparition dans le Code pénal (!). Les propos et discriminations homophobes ne seront pas interdits. C'est dans ce contexte que parler des dangers liés à la "propagande de l'homosexualité" peut faire sens dans la Russie contemporaine. Les discours politiques peuvent mentionner la "propagande de l'homosexualité" comme ils mentionnent la "propagande de l'alcoolisme" ou "de la pornographie" [8], en faisant référence à des phénomènes qui ne sont pas en soi interdits, mais qui sont vus comme potentiellement nocifs pour la société.

 

Mais à quoi l'expression "propagande de l'homosexualité" fait-elle référence ?

Un premier niveau d'interprétation repose sur une vision médicale ancienne de l'homosexualité qui reste dominante aujourd'hui en Russie et très présente sous une forme vulgarisée, dans les représentations de sens commun. L'homosexualité  est vue comme une perversion individuelle, qui peut être innée (dans une minorité de cas) ou transmise (dans la majorité des cas). Il y aurait d'un côté des "vrais" homosexuels qui seraient nés ainsi, et de l'autre des "faux" homosexuels, pervertis par les premiers. En lien avec cette conception, les relations entre personnes de même sexe souffrent d'une assimilation quasi-systématique à une sexualité non-consentie.

Un premier type d'associations renvoie à l'univers carcéral (dans un pays qui a le deuxième taux d'incarcération le plus élevé au monde, juste après les États-Unis [9]), et est particulièrement bien résumé, par exemple, dans cette citation issue d'une intervention de 2008 du directeur de la Chaire de sociologie de la famille de la Faculté de sociologie de l'Université d’État de Moscou, Anatoli Antonov :

"Il y a quelques années, nous avons mené un enquête dans les prisons pour femmes en Russie et nous avons été confronté au lesbianisme, qui est bien connu du personnel pénitentiaire. On retrouve le même tableau dans les prisons pour homme. Dans notre pays, c'est précisément la prison qui a toujours été la source de l'homosexualité. De l'homosexualité socioculturelle, parce que l'homosexualité génétique, dont il est difficile de trouver les chiffres exacts, représente moins d'un pour cent de la population. Donc, dans l'ensemble, ce phénomène est socioculturel"[10]

Les relations entre hommes dans l'univers carcéral russe, comme ailleurs, sont caractérisées par leur inscription dans un système hiérarchique violent (Kon, 2010) [11]. La mémoire du Goulag, telle qu'elle est construite par l'intelligentsia, se caractérise par son silence et son dégoût au sujet des relations entre personnes de même sexe, les dissidents politiques ayant pris soin de bien tracer la frontière entre eux et les "dissidents sexuels" (Kuntsman, 2010) : les hommes déportés pour "sodomie"  entre 1934 et 1993, environ 25 000 au bas mot (Healey, 2001), ne jouissent pas, en ex-URSS, d'un statut de victime du stalinisme.

Un deuxième type d'associations très répandu renvoie à la pédophilie, et c'est précisément celui-ci qui s'est retrouvé sur le devant de la scène dans les processus législatifs qui nous intéressent ici. Ainsi, dès 2006, deux chaînes de télévision, dans la région de Rostov, se sont faites rappeler à l'ordre pour avoir fait défiler en bas de l'écran, parmi des petites annonces pour des rencontres amoureuses, des messages portant sur des rencontres entre hommes : il était alors question de "défendre les intérêts des mineurs" contre la "propagande de formes non-traditionnelles d'orientation sexuelle et de comportement sexuel pervers" [12]. Parmi les régions ayant déjà adopté des lois anti-propagande, sept, dont Saint-Pétersbourg, mettent sur le même plan "propagande de l'homosexualité, de la bisexualité et de la transgenrité" et "propagande de la pédophilie" [13].

En plus de cette vision de l'homosexualité focalisée sur la contagion à l'échelle inter-individuelle, il existe un deuxième niveau d'interprétation, qui s'intéresse plus à la propagande de l'homosexualité sur un plan sociétal et politique. Dans cette conception, qui remonte elle aussi à la fin du XIXe siècle et a été activement relayée en URSS, l'homosexualité apparaît comme un problème occidental, un mal lié au trop-plein de civilisation, qui menacerait une Russie restée innocente. Dans la Russie de Poutine, les mouvements LGBT et plus globablement la "démocratie sexuelle" ont été beaucoup présentés comme le cheval de Troie de l'impérialisme occidental, au même titre les mouvements pour le respect des droits de l'homme ou encore pour le planning familial. Les tentatives d'organiser des gay pride (cette expression désignant en Russie de petits rassemblement dénués de toute dimension carnavalesque) sont donc clairement dans la ligne de mire des lois anti-propagande. Selon Dan Healey, qui reprend la thèse de Rudy Bleys, auteur de La géographie de la perversion (1995):

"L'affirmation selon laquelle les relations entre personnes de même sexe sont étrangères à la culture nationale et une revendication de plus en plus fréquente dans les discours anti-occidentaux qu'on observe à la fois dans les régimes communistes (Cuba, Chine) et dans les pays en voie de développement dotés d'une économie de marché et de différents systèmes politiques (tels que le Zimbabwe, l'Iran et la Malaysie). Une telle "homophobie post-coloniale" de la part de ces nations est une réaction à la fois contre l'imposition du système sexe/genre européen, et à la fois l'institutionnalisation du binarisme homo/hétéro, un instrument clé des politiques sexuelles occidentales. [...] Une amnésie collective au sujet des altérités [dissent] sexuelles et de genre préserve et promeut le mythe néotraditionnel de la "pureté" de la Russie" [14]

De plus, dans un contexte de "panique démographique" (Rivkin-Fish, 2005 ; Rozenkholm, Savkina, 2008), associer l'homosexualité à la stérilité et au "dépérissement de la nation" fait figure de leitmotiv discursif. Déjà en 1998, les programmes d'éducation sexuelle, développés avec le soutien de l'ONU notamment, avaient été interrompus, accusés de faire de la Russie un "appendice homosexualo-contraceptif de l'Occident" et d'être l'instrument d'un "génocide physique de la Nation" [15]. En 2002, le très médiatique député du parti nationaliste LDPR Vladimir Zhirinovski, avait déposé un projet de loi visant à criminaliser le lesbianisme au nom du redressement démographique [16]. En 2007, Vladimir Poutine lui-même, interrogé sur les propos tenus par le maire de Moscou, Youri Loujkov, qui avait qualifié les gay prides de "satanistes", répondait : "Mon attitude vis-à-vis des gay prides et des minorités sexuelles, elle est très simple, […] et elle se résume au fait que l'un des plus graves problème du pays, c'est la démographie" [17].

 

Mise à jour du 13/06/2013 : La loi vient d'être adoptée en deuxième lecture, finalement avec la formulation "propagande des relations non traditionnelles".

 

Notes :

[1] J'emprunte cette formulation à Foucault Michel, "La fonction politique de l’intellectuel", in : Dits et écrits, II, 1976, pp. 109-114.

[2] Zünd Céline, "Fronde contre l'homosexualité, Le Temps, 08/02/2013 : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/6be53500-715b-11e2-a707-c72da7dac99b/Fronde_contre_lhomosexualit%C3%A9#.URz1iq1i2EY . Ou encore par exemple : "Russie. Une loi contre la propagande homosexuelle", Le Nouvel Observateur, 25/01/2013 : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130125.OBS6702/une-loi-contre-la-propagande-homosexuelle-adoptee-en-russie.html

[3] Selon le texte, une personne physique risque de 4.000 à 5000 roubles d'amende (100-125 euros), une personne dépositaire de l'autorité publique de 40.000 à 50.000 roubles (1.000-1.250 euros) et une entité juridique de 400.000 à 500.000 roubles (10.000-12.500 euros).

[4] Le seul député à avoir voté contre, Sergei Kuzin de Russie Unie, interviewé ensuite à ce sujet, a affirmé avoir en fait voté pour ! Cf http://publicpost.ru/theme/id/3095/kuzin_otricaet/

[5] http://asozd2.duma.gov.ru/main.nsf/%28Spravka%29?OpenAgent&RN=44554-6&02 (ma traduction)

[6] La carte est issue de Wikipedia.

En russe, les termes utilisés historiquement pour désigner « l'homosexualité » et un « homosexuel » sont littéralement « homosexualisme » (« gomoseksualizm ») et « homosexualiste » (« gomoseksualist »). Bien que dans la période post-soviétique ces termes soient concurrencés par des traductions plus littérales de « homosexualité » (« gomoseksual'nost' ») et un « homosexuel » (« gomoseksual »), ils continuent d'être largement utilisés dans les discours politiques, scientifiques et journalistiques, le plus souvent avec une connotation négative, alors que les nouveaux termes se veulent plus neutres.

Autrement, dans ce même registre à vocation plus neutre, les termes les plus répandus aujourd'hui en Russie sont ceux, euphémisants, de « minorités sexuelles » (« seksual'nye men'shestva », abrégé en « seks-men'shestva ») et de personnes « d'orientation non-traditionnelle » (« netradistionnoi orientatsii »), selon que le contexte est plus ou moins politique – plus que l’acronyme LGBT et les termes « gay » (« gei ») et « lesbienne » (« lesbiianka »).

C'est dans ce contexte socio-linguistique qu'on peut comprendre l'utilisation du terme « homosexualisme » dans les lois interdisant sa « propagande », parfois aux côté des termes « lesbianisme », « bisexualisme »... tandis que l'usage du terme qu'on pourrait traduire littéralement par « transgenrité » (« transgendernost' »), qui correspond à l'auto-dénomination des « transgenres », paraît plus surprenant, d'autant qu'il existe en russe le terme « transseksualizm » : cette incohérence semble témoigner de la superficialité du travail législatif.

[7] Healey Dan, Homosexual Desire in Revolutionnary Russia: The Regulation of Sexual and Gender Dissent, Chicago, London: University of Chicago Press, 2001. (ma traduction)

[8] "Un projet de loi sur l'interdiction de la propagande de l'homosexualité déposé à la Douma" (V Gosdumu vnesen akonoproekt o zaprete propagangy gomoseksualizma), Rosbalt, 02/05/2006 : http://www.rosbalt.ru/main/2006/05/02/252314.html

[9] Walmsley Roy, "World prison population list (ninth edition)", Londres: International. Centre for Prison Studies, 2011.

[10] Antonov Anatolii, "Les dangers sociaux des enfants uniques et du féminisme" (Sotsial'nye opasnosti odnodetnosti i feminizma), Intervention à la table ronde "Normes sociales et perspecives de développement de la société" (Sotsial'nye normy i perspektivy razvitiia obshchestva), 17/06/2008 : http://www.sorokinfond.ru/index.php?id=393 (ma traduction)

[11] Il semblerait qu'il n'en aille pas de même pour le relations entre femmes en milieu carcéral cf Zhuk Olga, "The lesbian subculture: the historical roots of feminism in the former USSR", in Posadskaya Anastasia (dir), Women in Russia : a new era in Russian feminism, New-York, London :  Verso, 1994.

[12] Surzhenko Sergei, "La procurature a redressé la moralité des chaînes de télé" (Prokuratura podpravila nravstvennost' na telekanalakh), Kommersant (Rostov), n°56 (3387), 31/03/2006 : http://www.kommersant.ru/doc/662371

[13]  http://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%97%D0%B0%D0%BA%D0%BE%D0%BD%D0%BE%D0%B4%D0%B0%D1%82%D0%B5%D0%BB%D1%8C%D0%BD%D1%8B%D0%B5_%D0%B7%D0%B0%D0%BF%D1%80%D0%B5%D1%82%D1%8B_%D0%BF%D1%80%D0%BE%D0%BF%D0%B0%D0%B3%D0%B0%D0%BD%D0%B4%D1%8B_%D0%B3%D0%BE%D0%BC%D0%BE%D1%81%D0%B5%D0%BA%D1%81%D1%83%D0%B0%D0%BB%D0%B8%D0%B7%D0%BC%D0%B0_%D0%B2_%D0%A0%D0%BE%D1%81%D1%81%D0%B8%D0%B8

[14] Healey, op cit, pp. 256-257. (ma traduction)

[15] "Le planning familial : une menace pour la sécurité nationale de la Russie. Bulletin analytique"  (Planirovanie sem'i : ugroza natsional'noi bezopasnosti Rossii. Analiticheski vestnik), Association "Vie" (Zhizn'), Comité civil "Pour la renaissance morale de la Patrie" (Za nravstvennoe vozrozhdenie Otechestva), Moscou, 1997 : http://www.moral.ru/fplan.htm

[16] Nicolet Laurent, « Péril lesbien sur la Rusie », Le Temps, n°1333, 16 mai 2002.

[17]  http://www.youtube.com/watch?v=ukh_TPCzW-0

 

Bibliographie (travaux académiques) :

  • Bernstein Frances L., The Dictatorship of Sex. Lifestyle Advice for the Soviet Masses, De Kalb: Northern Illinois University Press, 2007.
  • Bleys Rudy, The Geography of Perversion: Male-to-Male Behavior Outside the West and the Ethnographic Imagination, 1750-1918, New-York: NYU Press, 1995.
  • Healey Dan, Homosexual Desire in Revolutionnary Russia: The Regulation of Sexual and Gender Dissent, Chicago, London: University of Chicago Press, 2001.
  • Kon Igor, La culture sexuelle en Russie (Klubnichka na berezke. Seksual’naia kul’tura v Rossii), Moscou :Vremia, 2010 (3eédition).
  • Kuntsman Ada, " 'Des êtres dégoûtants' : politique sexuelle du dégoût dans les mémoires des prisonniers du Goulag" ('Omerzitel'nye sushchestva': seksual'naia politika otvrashcheniia v memuarah uznikov GULAGa), in Plamper Ian, Shakhadat Shamma, Mark Eli (dir), L'empire des sentiments russe : une approche pour l'histoire culturelle des émotions (Rossiiskaiia imperiia chuvstv: podkhode k kul'turnoi istorii emotsii), Moscou : Novoe Literaturnoe Obozrenie, 2010.
  • Rivkin-Fish Michele, Women's health in Post-Soviet Russia. The politics of intervention, Bloomington, Indianapolis : Indiana University Press, 2005.
  • Rozenhol'm Ar'ia, Savkina Irina, '' 'Mets au monde un patriote – sauve la Russie !'. La nation et le genre dans le discours démographique de la presse écrite russe commentant le ''Discours sur la démographie'' de V. V. Poutine" ('Rodi patriota – spasi Rossiiu': Natsia i gender v demograficheskom diskurse rossiiskikh pechatnykh SMI, kommentirovannykh ''Demograficheskoe poslanie'' V. V. Putina ), Gendernye Issledovaniia, n°18, 2008.
  • Tamagne Florence, Histoire de l'homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris : Ed. du Seuil, 2000.
  • Zhuk Olga, "The lesbian subculture: the historical roots of feminism in the former USSR", in Posadskaya Anastasia (dir), Women in Russia : a new era in Russian feminism, New-York, London :  Verso, 1994.

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion au sujet de « La "propagande de l'homosexualité" en Russie (1/2) »

Les commentaires sont fermés.